Soutenance de thèse, Claire Salles “Enchevêtrements : penser le cinéma par l’écocritique féministe”, le 11 janvier 2024

Madame Claire SALLES, candidate au diplôme de Doctorat de l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris), soutiendra sa thèse le 11/01/2024 à 14h00 à la Maison de la Recherche en salle Athéna, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris, sur le sujet suivant :

Enchevêtrements : penser le cinéma par l’écocritique féministe

Composition du jury :

Madame Laurence ALLARD (Maîtresse de conférences, Université de Lille), examinatrice
Monsieur Emmanuel ALLOA (Université de Fribourg), co-directeur de la thèse

Madame Frédérique BERTHET (Professeure, Université Paris Cité), rapporteure
Madame Teresa CASTRO (Maîtresse de conférences, Université Sorbonne Nouvelle), examinatrice
Monsieur Antonio SOMAINI (Université Sorbonne Nouvelle), directeur de la thèse

Monsieur Peter SZENDY (Professeur, Brown University), rapporteur

Mots-clés : 

féminisme, écologie, cinéma, écocritique, enchevêtrement, télécommunication, grossesse

Résumé de la thèse :

Que peut le cinéma dans l’écocide ? Cette thèse vise à étoffer l’écocritique cinématographique de la pensée féministe du trouble, étonnamment peu mobilisée. Son élaboration par Donna Haraway permet pourtant de refuser le défaitisme, par l’invitation à considérer les enchevêtrements entre les devenirs humains et plus-qu’humains, et à en faire récit. L’enjeu est alors de penser avec le cinéma de fiction pour soutenir des manières souhaitables de se relier, de manière située, non-innocente et partielle. L’enchevêtrement exploré est celui entre la télécommunication et la grossesse, puisqu’elles se caractérisent fondamentalement par la relationnalité. C’est ce que conceptualise la première partie de la thèse en s’appuyant sur la théorie des médias, les pensées éco-techno-féministes et des élaborations de la grossesse critiques de l’essentialisme et de l’anthropocentrisme. Les deux parties suivantes développent l’analyse narrative et esthétique de films et séries produits des années 1980 à nos jours dans la culture de masse du Nord global, principalement états-uniens. Ce corpus est élaboré sur le critère de la mise en scène de dispositifs de communication électrique à distance relevant d’un imaginaire de la gestation. Sont d’abord déployés les câbles ombilicaux astro/nautiques et ectogénétiques qui communiquent des signaux vitaux, puis les matrices à propos desquelles on interroge le recours à ce terme signifiant l’utérus pour désigner des mondes virtuels générés par l’informatique. La dernière partie ouvre sur des pratiques complices de science-friction et de technosorcellerie : le féminisme du trouble engage l’écocritique du cinéma à associer recherche, création et action.

La soutenance sera publique, ainsi que le pot qui s’ensuivra (18h15-20h, au même endroit). Pour toute précision et communication du manuscrit, merci de contacter Claire Salles : <claire.salles@sorbonne-nouvelle.fr>

Proxima d’Alice Winocour (2019), 43’23


Citer ce billet
Bénédicte Meillon (2024, 9 janvier). Soutenance de thèse, Claire Salles “Enchevêtrements : penser le cinéma par l’écocritique féministe”, le 11 janvier 2024. Écopoétique. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vk6p

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search