SEM: Camille Adnot “This World Is a World of Imagination” : Dynamiques du monde imaginatif chez William Blake

La prochaine séance du séminaire “Politiques de l’imaginaire : le romantisme et ses héritages” (UPJV / Artois) se tiendra à Amiens lundi 12 février de 17h à 18h30. Nous aurons le plaisir d’entendre Camille Adnot (Université Paris Cité) présenter une communication intitulée :

“This World Is a World of Imagination” : Dynamiques du monde imaginatif chez William Blake 

L’Imagination est chez Blake un terme à résonance créatrice et politique, affirmant un pouvoir de façonnement du monde. Dans son Descriptive Catalogue (1809), Blake écrit : « He who does not imagine in stronger and better lineaments, and in stronger and better light than his perishing mortal eye can see does not imagine at all ». Cette réflexion sur la ligne est ancrée dans sa pratique innovante de graveur, car Blake conçoit l’Imagination comme un ensemble de lignes, ce qui n’est pas sans lien avec la question des frontières et des territoires. De même que la technique de relief etchinginventée par Blake lui permet d’unir le texte et l’image, et de redessiner les frontières entre les médias, la conception du monde en tant qu’ensemble de lignes modifiables par l’Imagination lui permet d’opérer une reconfiguration des frontières terrestres.

Les lignes construites par l’homme sur terre sont en effet vastes et flexibles : « more extensive / Than any other earthly things, are Mans earthly lineaments » (Milton a Poem, c. 1804-11). Blake en propose une cartographie imaginative et dynamique, qui démontre que ce que nous appelons « réel » est une image, et donc, est transformable par l’Imagination. Dans ses poèmes enluminés, il dessine un univers pluriel et mouvant, qui propose une alternative à une insularité statique, aussi bien qu’à l’expansionnisme impérial qu’il condamne dans l’Angleterre de son temps. Ce faisant, il fait appel à des cartographies alternatives, qui offrent une vision d’intégration et d’harmonie où se mêlent aussi bien les peuples que les sphères du vivant. L’univers blakien apparaît ainsi comme un faisceau de mondes parallèles interreliés, qu’on peut qualifier de multivers tant son modèle d’intégration est foisonnant : « The Expanding Eyes of Man behold the depths of wondrous worlds » (The Four Zoas, c. 1796-1807). À contre-courant du nationalisme, Blake dessine et redessine ce multivers dans ses anti-épopées, dont on peut observer l’héritage dans les récits de fantasy et de science-fiction d’aujourd’hui.
***
La séance aura lieu à la Citadelle d’Amiens (salle E002) et sur zoom. Lien de connexion  : https://univ-artois-fr.zoom.us/j/96464515051. Elle est ouverte à tous et à toutes et sera suivie d’un pot.



Citer ce billet
Bénédicte Meillon (2024, 9 février). SEM: Camille Adnot “This World Is a World of Imagination” : Dynamiques du monde imaginatif chez William Blake. Écopoétique. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vshg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search