Publications (Archives 2016-2019)

10novembre2006-020

Photo M. Lauwers

 

“Le sacre de la nature” , ed. Etienne Grésillon et Bertrand Sajaloli

Sorbonne Université Presses

https://sup.sorbonne-universite.fr/sacre

Fruit d’un travail collectif réunissant des géographes1, des historiens2, des théologiens3, et ethnologue, cet ouvrage  tente une mise au point géographique, historique et politique des enjeux inhérents à la rencontre du sacré et des milieux naturels.

Bertrand Sajaloli et Etienne Grésillon seront heureux de vous rencontrer lors du Festival des Idées le 14 novembre 2019 à 17h15 (Ground Control, Paris)5 et d’une conférence débat le 17 janvier 2020 à 17h (Librairie Nouvelle d’Orléans).

1Jean-Paul Amat, Hervé Brédif, Xavier Browaeys, Denis Chartier, Dominique Chevalier, Paul Claval, Éric Glon, Yves-François Le Lay, Bertrand Lemartinel, Vannina Lari, Jean-Bernard Racine, Wolf Dietrich Sahr, Martine Tabeaud et Jean-Louis Yengue.

2 Véronique Antomarchi, Franck Collin, Nadine Deshours, Émeline Eudes, Claire Garault, Philippe Joutard, Sophie Laligant, René-Hubert Matthieu, Françoise Michaud-Frejaville et André Vauchez.

3Jean Bastaire, François Euvé.

4Marie Daugey.

5 http://www.sorbonne-paris-cite.fr/fr/festivaldesidees 

Un retour sur l’ouvrage dans le blog Géographie en mouvement :

http://geographiesenmouvement.blogs.liberation.fr/2019/11/07/nature-la-deesse-des-temps-dapocalypse/

 

The Radiance of Small Things in Ron Rash’s Writing,

par Frédérique Spill. The University of South Carolina Press, 2019.

The Radiance of Small Things in Ron Rash’s Writing examines how the poet’s language bristles with a variety of carefully registered sensory perceptions detailing minute objects, some of which, Frédérique Spill argues, less poetic minds than his might consider insignificant. Through its eleven chapters, each devoted to a different book in order of publication, Spill’s study shows how prone Rash is to making violence cohabit with beauty, thus imbuing the dreariest situations with a poignant brightness, an unlikely luminescence.

The overall discussion highlights the evolution of Rash’s writing toward a dense inventiveness and a keen poetic awareness of the workings of the natural world, which reaches a peak with the publication of Above the Waterfall. However, readers more particularly interested in one specific book may consult chapters separately. The volume concludes with three interviews with Rash, respectively focusing on novels, short stories, and poetry.

Through close readings and systematic observations of Ron Rash’s writing, Spill hopes to illuminate these seemingly insignificant details. They somehow contain larger elements—textual components that could remain unnoticed but might very well prove fraught with significance.

Frédérique Spill is associate professor of American literature at the University of Picardy–Jules Verne in Amiens, France, where she also supervises a research group. She is the author of L’idiotie dans l’œvre de William Faulkner. Spill coedited The Wagon Moves: New Essays on As I Lay Dying and contributed to Critical Insights: The Sound and the Fury, Faulkner at Fifty: Tutors and Tyros, Conversations with Ron Rash, and Summoning the Dead.

https://www.sc.edu/uscpress/books/2019/6019.html

Françoise d’Eaubonne & l’écoféminisme

par Caroline Goldblum

 
 

Escalade, VTT, canoë-kayak, course d’orientation… Malgré le succès de ces activités auprès du grand public et la permanence d’une forte motivation chez les élèves, l’EPS et son prolongement associatif, fédéré par l’USEP et l’UNSS, peinent à intégrer les activités de nature à la hauteur des attentes face notamment aux « sports de base » (athlétisme, gymnastique, natation, sports collectifs, etc.). Ces activités posent la difficulté des sites et des itinéraires naturels de pratique possible ou de l’artificialisation de ces espaces à travers des réalisations urbaines plus ou moins innovantes. Les problématiques didactiques, traitées au cas par cas selon les activités, répondent aux enjeux pédagogiques de cette compétence propre ici débattue. L’existence d’une relation au milieu naturel interroge aussi la question du développement durable et de la protection de cet environnement fragile. La problématique de la sécurité est également convoquée et génère différentes formes de réflexion sur ces activités.

Toutes ces questions sont traitées par les contributions de ce volume qui rassemble une trentaine d’auteurs d’appartenances théoriques et disciplinaires différentes, dont plusieurs sont impliqués dans les concours de recrutement des enseignants d’EPS. Organisé en trois parties relativement équilibrées, cet ouvrage traite donc à la fois des aspects historiques, sociologiques et anthropologiques et des aspects didactiques et pédagogiques des activités de nature à l’école, depuis l’invention des classes de neige jusqu’aux sports de nature actuels dans les cours d’EPS. Plus encore, une troisième partie juridique permet de faire le point complet sur le cadre réglementaire et l’actualité des obligations légales de cet encadrement scolaire des activités de nature. Elle est à jour de la réforme des obligations de 2016 et de la circulaire du 19 avril 2017 donnant pour la première fois un cadre aux activités de pleine nature. Un chapitre est consacré à la responsabilité des enseignants. Il aborde d’abord leur responsabilité civile ainsi que la substitution par l’État et l’action récursoire pouvant en découler, puis leur responsabilité pénale et quelques infractions, et enfin un volet procédural. Un autre chapitre détaille la nature des sanctions, leur typologie ainsi que la procédure et les recours dont elles peuvent être l’objet. Un tel ouvrage n’existait pas et ce travail collectif souhaite répondre aux besoins d’une indispensable préparation des étudiants au CAPEPS ou à l’agrégation d’EPS par des éléments inédits et désormais incontournables. Plus encore, cette mise au point juridique souhaite accompagner tous les enseignants d’EPS dans la compréhension et la connaissance de leur cadre d’exercice.

 



Le CEMRA/ILCEA4 de l’Université Grenoble Alpes et Memorial University of Newfoundland (Canada) ont le plaisir de vous annoncer la publication chez Vernon Press de

Negotiating Waters: Seas, Oceans and Passageways in the Colonial and Postcolonial Anglophone World, edited by André Dodeman (UGA) & Nancy Pedri (MUN)

Table of Contents:

Introduction, by André Dodeman and Nancy Pedri, vii

Sample chapter (Introduction) available here: https://vernonpress.com/file/9991/93c9ce2f9b0e0eb21a7924abad93e126/1567067084.pdf

Part 1: Controlling Water

  • Chapter 1: Negotiating Oceans, Islands, Continents, and British Imperial Ambitions in the Maps of Herman Moll, 1697-1732, by Alex Zukas (p.3)
  • Chapter 2: Journeys to the Source of the River Oxus: Victorian Desires, Colonial Texts, by Irina Kantarbaeva-Bill (p.29)
  • Chapter 3: “Newfoundland’s Robinson Crusoe?”: Mobility, Masculinity, and the Failure of Ecological Management in Michael Crummey’s Sweetland, by Caitlin Charman (p.41)

Part 2: Crossing Water

  • Chapter 4: William Bradford’s Of Plimoth Plantation: Crossing the Ocean, Travelling between Two Poles of Being, by Jean-Luc Tendil (p.61)
  • Chapter 5: “Whatever Passes through the Paths of the Sea” (Psalm 8:8): Shipboard Liminality and the Sea Voyage as the Crucible of Missionary Identity from the 1820s to the 1920s, by Rhonda Semple (p.73)
  • Chapter 6: Crossing the Sea: Marie Stopes’ Expedition to the Northern Wilds of Japan as Expression of Transcontinental Contacts and Cultural Exchange, by Marie Géraldine Rademacher (p.91)

Interlude: Interview with Lisa Moore (p.105)

Part 3: Reimagining Water

  • Chapter 7: Waterways and Ships as Heterotopias of Memory in Caryl Phillips’ Narratives, by Svetlana Stefanova (p.119)
  • Chapter 8: The Poetics of Water in Ghosh’s Ibis Trilogy, by Neela Cathelain (p.135)
  • Chapter 9: Material Ecocriticism: Maritime Trade, Displacement, and the Environment in Amitav Ghosh’s Fictional Waterscape, by Suhasini Vincent (p.149)
  • Chapter 10: Negotiating Water in Times of Drought: An Ecocritical Study of Cli-fi Novels Paolo Bacigalupi’s The Water Knife and Benjamin Percy’s Dead Lands, by Claire Perrin (p.165)

Contributors (p.181)

Index (p.187)

Disponible chez:

Vernon Press: https://vernonpress.com/book/824

Amazon: https://www.amazon.com/Negotiating-Waters-Passageways-Postcolonial-Anglophone/dp/162273758X/


Sortie en librairie du livre co-écrit par David gé Bartoli et Sophie Gosselin  : Le toucher du monde, techniques du naturer, aux éditions DEHORS

Il s’agit d’un essai de philosophie de l’écologie qui se donne pour ambition de proposer une pensée renouvelée du concept de nature. Cet ouvrage s’inscrit dans le prolongement des débats ouverts par les humanités environnementales. Il tente de penser les formes d’une habitation du monde qui prenne en charge les enjeux anthropologiques de recomposition de mondes et accompagne l’attention renouvelée aux relations entre humains et non humains.

L’hypothèse défendue par Le Toucher du monde tient dans l’idée que la technique ne découle pas de propriétés spécifiques de l’homme mais articule l’advenue au monde de tous les existants, humains et non humains, vivants et non vivants : elle articule le déploiement du naturer. Le naturer dit moins la nature comme totalité observable ou quantifiable que le mouvement incessant de co-émergence des corps. En proposant une pensée non anthropocentrique de la nature, Le Toucher du monde tente d’ouvrir une voie entre sa conception moderne, qui suppose la possibilité de son appropriation sans limite, et les propositions ambiguës d’un retour à un « ordre naturel ». Suivre cette voie implique de se défaire de tout un ensemble de schèmes théoriques portés par une longue tradition de la pensée occidentale. Mais ce geste critique s’avérerait insuffisant s’il n’accompagnait la réinvention d’un rapport sensible au monde, c’est-à-dire d’autres manières de faire l’expérience de l’espace et du temps. Par la rencontre avec différentes formes d’habiter et de faire monde, ce livre contribue aux élaborations contemporaines qui cherchent à rendre compte de la multiplicité des mondes en devenir.


Techno-Thoreau: Aesthetics, Ecology and the Capitalocene, par David Lombard

https://www.quodlibet.it/libro/9788822903709

paru aux éditions Quodlibet le 20 juin 2019

 

Cet essai littéraire entreprend une analyse écocritique d’un corpus de fiction et d’œuvres non-romanesques états-uniennes à travers l’utilisation du « sublime toxique », un concept d’esthétique qui représente au mieux les tensions entre les paysages naturels et technologiques. Une attention particulière est portée à l’héritage littéraire et philosophique d’Henry Thoreau: Walden (1854) est envisagé comme la matrice d’une tradition de non-fiction désireuse de redéfinir la relation entre l’être humain et son environnement techno-naturel grâce à la perception sensorielle, un projet qui a été revu dans d’innombrables œuvres de (non-)fiction durant le dernier quart de siècle, de Silent Spring de Rachel Carson (1962) à Walden on Wheels de Ken Ilgunas (2013). L’approche de l’ouvrage est fondamentalement centrée sur (1) la redéfinition de l’identité dans l’environnement dans les différents paradigmes étudiés, (2) l’intérêt pour le sensorium humain en tant que vecteur d’identité et de sens dans l’anthropocène, (3) la nature globale des relations problématiques entre identité et environnement étudiées dans des contextes écologique, culturel, socio-économique ou politique spécifiques tels que le Capitalocène.


Caradec, Gwenola. « Descendre et séjourner/ Dans cette espèce de terre », deux écopoétiques (Guillevic et Nicolas Pesquès) en quête « de vivre avec ». French Forum (Fall 2018, volume 43.3).  https://muse.jhu.edu/article/722368

Caradec, Gwenola. « Comme un oiseau sur la branche, l’écomotif de l’arbre dans l’album pour enfant”. Eco-graphiesÉcologie et littératures pour la jeunesse, ouvrage dirigé par Sébastian Thilges et Nathalie Prince, Presses Universitaires de Rennes, collection Interférences (July 2018, 119-132).

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4675

 


Représentations de la nature à l’âge de l’anthropocène /

Representing Nature in the Age of the Anthropocene

N° 13, 2018, de la revue Transtextes/Transtexts, numéro dirigé par Pierre-Antoine Pellerin et Jean-Daniel Collomb.

https://journals.openedition.org/transtexts/1016

Table des matières:

    • Jean-Daniel COLLOMB et Pierre-Antoine PELLERIN
      Introduction [Texte intégral]
      Introduction
    • Représentations de la nature à l’âge de l’anthropocène

      Representing Nature in the Age of the Anthropocene

Quentin Hulo, Lauréat au Grand prix Paris Match,

étudiant au DU « Photographie documentaire et écritures numériques » de l’UPVD – Antenne Carcassonne

Lors de la remise des prix, mardi 9 juillet, l’étudiant Quentin Hulo a été lauréat du prix Puressentiel Nature et Environnement pour son reportage sur LA PROTECTION DES CHIMPANZÉS AU SUD-OUEST DU CONGO BRAZZAVILLE.

Voir son compte instagram:

https://www.instagram.com/quentinhulo/?fbclid=IwAR18PCdKeHfA23XGaIPuSgjNTW18iuq13PlJB5qefpbbBLVSPhmsttbj0wc

Pour postuler à la formation:

https://www.univ-perp.fr/diplome-d-universite-documentaire-et-ecritures-numeriques-91504.kjsp

 Pour toute question ;

Territoires numériques :

territoiresnumeriques11@gmail.com


Land of Nuclear Enchantment

A New Mexican History of the Nuclear Weapons Industry
 
By Lucie Genay
 
In this thoughtful social history of New Mexico’s nuclear industry, Lucie Genay traces the scientific colonization of the state in the twentieth century from the points of view of the local people. Genay focuses on personal experiences in order to give a sense of the upheaval that accompanied the rise of the nuclear era. She gives voice to the Hispanics and Native Americans of the Jémez Plateau, the blue-collar workers of Los Alamos, the miners and residents of the Grants Uranium Belt, and the ranchers and farmers who were affected by the federal appropriation of land in White Sands Missile Range and whose lives were upended by the Trinity test and the US government’s reluctance to address the “collateral damage” of the work at the Range. Genay reveals the far-reaching implications for the residents as New Mexico acquired a new identity from its embrace of nuclear science.

Iovino, Serenella. “The Reverse of the Sublime:
Dilemmas (and Resources) of the Anthropocene Garden,” 
RCC Perspectives: Transformations in Environment and Society 2019, no. 3. 
 
 
For millennia, gardens have been a medium with which to redeem nature from its ever-impending chaos. They play a key role in the survival strategies that art and culture can offer during the “age of the human.” Yet not all these strategies are the same: some of them, in fact, conceal forms of wildness or disorder that are rooted in systems of social oppression, resource exploitation, and the disruption of planetary cycles. Taking her cue from an encounter with the Augmented Reality artist Tamiko Thiel and her eco-activist works, Serenella Iovino uses the garden as a lens to analyze the impacts of old and new forms of aestheticizing nature on the geology of our planet. Iovino focuses on landscapes of power and depletion, but also the creativity and possibility that are emerging from places of resistance.
 

Feuilleton (Rediffusion): 

« Géographie du purgatoire »

Une traversée des Andes

Texte inédit d’Anne Sibran

Du 24 au 28 juin de 20h30 à 20h55 

Réalisation: Laure Egoroff

Conseillères littéraires: Céline Geoffroy et Emmanuelle Chevrière

Assistant à la réalisation : Lélio Plotton

1er  épisode « L’art de respirer une fois sur deux »

2ème  épisode « Mangée par le Titicaca »

3ème épisode « La petite momie du mont Ampato »

4ème  épisode « L’île qui n’existait pas »

5ème épisode « Dans la ville sans ombres »

Chanson originale de Luzmila Carpio

Bruitage : Bertrand Amiel

Prise de son, montage et mixage : Claude Niort et Arnaud Chapatte

Remerciement à Jean-Philippe Navarre, Benjamin Chauvin et Jean-Marc L’Hotel


Ça y est, le nouveau numéro d’Ecorev arrive!
Ce numéro, que j’ai eu le plaisir de coordonner, est le résultat d’un travail collectif de plusieurs mois, pour lequel je remercie chaleureusement les autrices et auteurs et le comité de rédaction de la revue.
 
Amoureux d’écologie, de politique, de sciences humaines et de philosophie, ou tout simplement amateurs de réflexions critiques, n’hésitez pas à le commander, à vous abonner ou à le demander en librairie. Voici le lien: sur Cairn: https://www.cairn.info/revue-ecorev.htm
 
Alice Sternberg
———–
 
L’écologie, une politique en actions 
EcoRev’. Revue critique d’écologie politique
n° 47, printemps 2019
272 pages
 
En partant de la diversité des pensées critiques et des projets de transformations sociales qui ont historiquement structuré le mouvement écologiste, ce numéro propose des « portes d’entrées » thématiques. Sans être exhaustif, il présente des problématiques caractéristiques, dessine des perspectives, pose des interrogations et ouvre au débat.
Formes de la démocratie
Classique : Quelle démocratie pour l’autonomie et le bien-vivre ?/Cornelius Castoriadis
Pour l’écologie, pour la démocratie/Antoine Chollet
De l’assemblée à la démo­cra­tie projective/Délia Fernandez & Jean-Baptiste de Vathaire
Prendre des décisions par consensus ou consentement/Juliette Picardeau & Léna Silberzahn
Nord/Sud
Classique : Déclaration finale du « 1er Sommet des sept peuples parmi les plus pauvres »/TOES 89
Avec la mondialisation, l’hégé­monie n’est plus possible !/Entretien avec Bertrand Badie
Biorégionalisme
Classique : Réhabiter la Californie/Peter Berg & Raymond Dasmann
Le biorégionalisme américain/Mathias Rollot
Que devient la paysannerie?
Classique : Le tracteur plus utile pour déraciner la petite paysannerie que les broussailles/Bernard Charbonneau
Classique : La fin des paysans. Vingt ans après/Henri Mendras
Le sacrifice des paysans/Yves Dupont, Pierre Bitoun & Pierre Alphandéry
Regard d’un paysan sur ­l’emprise de l’écologie en agriculture/Yannick Ogor
Humains et non-humains
Classique : Le Grand Partage/Philippe Descola
Se réapproprier la protection de la nature/Antoine Chopot
Mutations sociétales et écologiques/Laurent Gall
Des vivants, des vins/Entretien avec le Collectif Vin vivant
Ecoféminisme
Classique : Femme et nature/Susan Griffin
Classique : L’écoféminisme/Charlene Spretnak
Regards sur l’écoféminisme/­Margot Lauwers
Toutes ces femmes qui vivent en moi/Bénédicte Meillon
Techniques et modes de production
Classique : Sortir du capitalisme/André Gorz
Le nucléaire à la française/Sezin Topçu
Internet, un espace politique/Stéphane Bortzmeyer
Des plateformes et des hommes/Patrick Dieuaide
La révolution informationnelle/Raoul Victor
Lectures
 
Prix (port inclus): 12 euros
Commande: EcoRev’, 66 rue Amelot, 75011 Paris
Aussi sur: Cairn.info
 

Toward an Ecopoetics of Randomness and Design: Ecozon@ Vol 10, No 1 (2019):

 

 
i-iii
 

Articles: Toward an Ecopoetics of Randomness and Design

Franca Anik Bellarsi, Judith Rauscher
1-23
Harvey L. Hix
24-39
Susan Signe Morrison
40-59
Bénédicte Meillon
60-80
Tara Beaney
81-98
Melissa Fran Zeiger
99-116
Jessica Maufort
117-135
Clara Breteau
136-163

Articles: General Section

Marianne Marroum
164-176
Leticia Gómez, Azucena Castro
177-195

Creative Writing and Arts

Damiano Benvegnù
196-200
Ophélie Queffurus
201-203
Judith Tucker, Harriet Tarlo
204-205
Daniel Eltringham, David Walker Barker
206-215
Frances Presley
216-219
Robin Murray
220-225
John Charles Ryan
226-230

Book Reviews

Graham Huggan
231-232
Bénédicte Meillon

Julien Nègre, L’arpenteur vagabond. Cartes et cartographies dans l’œuvre de Henry David Thoreau,

Lyon, ENS Éditions, coll. « Signes », 2019, 354 p., ISBN : 9791036201158.

http://catalogue-editions.ens-lyon.fr/fr/livre/?GCOI=29021100501360

L’avis de parution et la table des matières sont en pièce jointe. Le livre sera présenté sur le stand tenu par la librairie Durance lors du congrès AFEA 2019 à Nantes.


Par-delà le régionalisme

Roman contemporain et partage des lieux, 144 p.

ISBN:978-2-88950-024-6

Les lieux ne sont plus sûrs, dans le récit de fiction contemporain : menacés, ils tremblent, flottent, ou disparaissent. L’espace a perdu ses repères, le territoire est mité ou disloqué. La Terre tremblante de Marie-Jeanne Urech (Hélis Hélas Éditeur, 2018) en est un exemple : ce roman du partage des lieux met en contraste un petit village de montagne archaïque et le monde terrestre, maritime et spatial d’aujourd’hui, malmené par l’innovation technologique.
Quelle attention le récit contemporain accorde-t-il aux lieux – région, petite patrie, village, canton, pays natal – que le roman régionaliste avait illustrés pendant sa période de gloire, entre 1840 et 1945, en France, en Suisse et ailleurs en Europe ? Discrédité après la Deuxième Guerre pour sa trop grande proximité avec les valeurs
du terroir et de l’enracinement, le genre régionaliste ou rustique devient infréquentable. Cependant, la préoccupation des lieux, des paysages, des environnements naturels, l’importance subjective du pays premier, le lien à la province retrouvent dès la fin des années 1970 une place notoire dans la littérature narrative, comme le révèle la présente enquête, portant sur environ cinquante romans contemporains.


Ecology and Literatures in English: Writing to Save the Planet, by 

 
42835487
In all latitudes, writers hold out a mirror, leading the reader to awareness by telling real or imaginary stories about people of good will who try to save what can be saved, and about animals showing humans the way to follow. Such tales argue that, in spite of all destructions and tragedies, if we are just aware of, and connected to, the real world around us, to the blade of grass at our feet and the star above our heads, there is hope in a reconciliation with the Earth. This may start with the emergence, or, rather, the return, of a nonverbal language, restoring the connection between human beings and the nonhuman world, through a form of communication beyond verbalization. Through a journey in Anglophone literature, with examples taken from Aboriginal, African, American, English, Canadian and Indian works, this book shows the role played by literature in the protection of the planet. It argues that literature reveals the fundamental idea that everything is connected and that it is only when most people are aware of this connection that the world will change. Exactly as a tree is connected with all the animal life in and around it, texts show that nothing should be separated. From Shakespeares theatre to ecopoetics, from travel writing to detective novels, from childrens books to novels, all literary genres show that literature responds to the violence destroying lands, men and nonhuman creatures, whose voices can be heard through texts.
 
Hardcover, 545 pages
Published January 1st 2019 by Cambridge Scholars Publishing

http://ecopoetique.hypotheses.org/files/2019/02/MakingLandfallSheet.pdf
 

Nineteenth-Century Contexts
Volume 41, Issue 1
“Poetics of Place”
 
Editorial
Anglo-, Franco- and Italophone Poetics of Place, 1819–2019
Daniel A. Finch-Race
Pages: 1-7
 
Articles
Being unsituated: Christina Rossetti’s prepositions
Mina Gorji
 
Landscapes of mourning in nineteenth-century English poetry
Stephen Regan
 
Decolonized pastoral: perambulatory perception and the locus of loss
Thomas Bristow
Pages: 35-49
 
Blind windows: Leopardi with Rothko
Davide Messina
Pages: 51-62
 
The poetry of Celtic places
Heather Williams
Pages: 63-74
(Open Access)
 
Nerval’s journeys in verse and in prose
Sarah Gubbins
Pages: 75-84
 
Gritty Metropoetics in Ada Cambridge’s “London” and Émile Verhaeren’s “Londres”
Daniel A. Finch-Race
Pages: 85-96
 
Reviews
Secrecy and Disclosure in Victorian Fiction
John Kucich
Pages: 97-98
 
Mary Shelley and the Rights of the Child: Political Philosophy in Frankenstein
Cole Heinowitz
Pages: 99-102
 
Henry James’s Style of Retrospect: Late Personal Writings, 1890–1915
Ruth Bernard Yeazell
Pages: 102-104
 
The Victorian Geopolitical Aesthetic: Realism, Sovereignty, and Transnational Experience
Ruth Livesey
Pages: 105-107
 
Storied Ground: Landscape and the Shaping of English National Identity
Anne D. Wallace
Pages: 107-109
 
The Biopolitics of Feeling: Race, Sex, and Science in the Nineteenth Century
Lynn Wardley
Pages: 109-112
 
Imagined Homelands: British Poetry in the Colonies
Philip Steer
Pages: 112-114
 
Victorian Ecocriticism: The Politics of Place and Early Environmental Justice
Mark Frost
Pages: 114-116

Traduction française aux éditions Wildproject:

GARY SNYDER
LE SENS DES LIEUX
Éthique, esthétique et bassins-versants

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Christophe Roncato Tounsi (de

A Place in Space: Ethics, Aesthetics, and Watersheds, 1995): http://www.wildproject.org/infos-lesensdeslieux


Natura Loquens, Natura Agens:
In Dialogue and Interaction with the
Environment
 
SPECIAL ISSUE of RCEI, Juan Ignacio Oliva &Carmen Flys, guest editors
Introduction
Lien vers le numro spécial: https://riull.ull.es/xmlui/handle/915/11498
 
Table des matières:
“Materia Agens, Materia Loquens : Ecocriticism and the Narrative Agency of Matter”
Serenella Iovino
 
“Engaging with Nature in Times of Rapid Environmental Change: Vulner
ability, Sentience and Autonomy”
Thomas Heyd
 
“Refractive Depths of Passion in Wuthering Heights: Brontë, Buñuel and
Beyond Humanism”
Susan Pyke
 
“The Wolf: Reenacting the Myth and Archetype In American Literature and
Society”
Imelda Martín Junquera
 
“’What I’ve Done’: Linkin Park’s Environmental Awareness”
María Antonia Mezquita Fernández
 
“Desire at Risk: Queer Reconfigurations of Sexuality and Race in Contemporary Flood Narratives”
Isabel Hoving
 
“Silent Nature as a ‘Claw in the Gut’: Shock Therapy Epiphanies in Annie
Proulx’s Wyoming Stories”
Bénédicte Meillon
 
“‘The Gift of a Different Gaze’: A Social-Environmental Imagination of
Collective Meaning in Helen Escobedo’s Installations, 1997-2010″
Maria Alessandra Woolson
 
“Sites of Exclusion and Sites of Inclusion: Spatial and Environmental Limi-
nalities in Jimmy Santiago Baca’s Memoir , Working in the Dark: Reflections
of a Barrio Poet (1992)”
Sophia Emmanouilidou
 
“Robbed Water, Raped Earth: Wagner’s Ring of the Nibelung
as Nature Writing”
Tanya Perkins
 
“The Modern Pygmalion: Crossing Boundaries in Peter Goldsworthy’s
Wish”
Diana Villanueva Romero
 
“The Chanting Frog: Speciesism and the Possibility of Communication in
Issa’s Haikus”
Enrique Galván Álvarez
 
“’I Only Know One Me’. Terry Tempest Williams’ Eco-Writing from a
Mormon Perspective”
Ángel Chaparro Sainz
 
“’My cries heave, herds-long’: Metaphor, Posthumanism and Gerard Manley
Hopkins’ ‘No Worst, There Is None’”
Pippa Marland
………………………………………………………………………………………………………………………………
REVIEW
Julio Cañero’s Literatura chicana. La experiencia colonial interna en las obras
de Rudolfo Anaya
Noemí Pereira-Ares
 

A Long Awakening? Environmental Concerns in the United Kingdom

Since the Nineteenth Century

Les Préoccupations environnementales en Grande-Bretagne : entre visibilité et marginalisation (XIXe-XXIe siècles)
Sous la direction de Arnaud Page: https://journals.openedition.org/rfcb/2309

Penser l’art du paysage avec Henri Maldiney
 
Textes réunis par Bénédicte Coste, Dijon, EUD, coll. Sociétés, 2018. Contributions de  Catherine Cauche, Bénédicte Coste, Dandan Jiang, Jasmina Jovanovic, Anne-Sophie Letessier, Rodolphe Olcèse et Claire Omhovère. ISBN 978-2-36441-281-1. 13 euros.
 
À travers une phénoménologie du paysage où l’art éclaire le réel, à travers son choix des auteurs et des œuvres, le philosophe Henri Maldiney (1912-2013) a proposé un décentrement du regard et du savoir propres à renouveler l’étude du paysage, partir d’une question trompeusement simple :  sommes-nous « devant » ou « dedans » le paysage ? Comment s’approche le paysage ? Comment se fait-il image ? En présentant sa pensée aux chercheurs en littérature et en études visuelles à travers des exemples littéraires, picturaux et photographiques, ce recueil témoigne de la fécondité d’une pensée fondée sur l’aisthèsis, la présence et le rythme.
 

Monica Manolescu, Cartographies of New York and Other Postwar American Cities. Art, Literature and Urban Spaces (New York: Palgrave Macmillan, 2018), dont vous trouverez un descriptif ci-dessous.

Cartographies of New York and Other Postwar American Cities: Art, Literature and Urban Spaces explores phenomena of urban mapping in the discourses and strategies of a variety of postwar artists and practitioners of space: Allan Kaprow, Claes Oldenburg, Vito Acconci, Gordon Matta-Clark, Robert Smithson, Rebecca Solnit, Matthew Buckingham, contemporary Situationist projects. The distinctive approach of the book highlights the interplay between texts and site-oriented practices, which have often been treated separately in critical discussions. Monica Manolescu considers spatial investigations that engage with the historical and social conditions of the urban environment and reflect on its mediated nature, reading cartographic procedures that involve walking and surveying as subversive possibilities of representing and navigating the postwar American city. The book posits mapping as a critical nexus that opens up new ways of studying some of the most important postwar artistic engagements with New York and other American cities.                                                                                                                         

Endorsement: “Cartographies of New York and Other Postwar American Cities offers an original focus on intermediality, elucidating the way that language and text remain in play – become indispensable components in fact – in avant-garde representations of the city. Manolescu effectively shows how the work of the artists she identifies cannot be adequately understood without grappling with their tropes of metaphor and linguistic indeterminacy, textual fragmentation and semiotic slippage. Overall, this is an enlightening, original and erudite book that represents a significant and welcome contribution to spatial literary studies.” Will Norman, author of Transatlantic Aliens: Modernism, Exile and Culture in Midcentury America (2016)


The anthology Nordic Narratives of Nature and the Environment. Ecocritical Approaches to Northern European Literatures and Cultures, edited by Reinhard Hennig, Anna-Karin Jonasson and Peter Degerman, is now available from Lexington Books.

Nordic Narratives of Nature and the Environment is the first English language anthology that presents ecocritical research on northern European literatures and cultures. The contributors examine specifically Nordic narratives of nature and the environment, with a focus on the cultures and literatures of the modern northern European countries Denmark, Finland, Norway, and Sweden, including Sápmi, which is the land traditionally inhabited by the indigenous Sami people. Covering northern European literatures and cultures over a period of more than two centuries, this anthology provides substantial insights into both old and new narratives of nature and the environment as well as intertextual relations, the variety of cultural traditions, and current discourses connected to the Nordic environmental imagination. Case studies relating to works of literature, film, and other media shed new light on the role of culture, history, and society in the formation of narratives of nature and the environment, and offer a comprehensive and multi-faceted overview of the most recent ecocritical research in Scandinavian studies.

The promo code in the attached flyer provides a thirty per cent discount when ordering the book. Information about the anthology and its contents is also available on the publisher’s website: https://rowman.com/ISBN/9781498561907/Nordic-Narratives-of-Nature-and-the-Environment-Ecocritical-Approaches-to-Northern-European-Literatures-and-Cultures.


Clément Barniaudy, Maître de Conférences à l’Université de Montpellier, vient de publier son essai sur le Vent: Aménager au gré des vents: La géographie au service de l’action.
 
“Invisible et insaisissable, les vents ne cessent d’accompagner nos parcours dans l’espace géographique. Nous « baignons » ainsi constamment dans un océan aérien en mouvement. L’omniprésence des vents alimente conversations quotidiennes comme œuvres artistiques. Pourtant, le vent est aussi « ce grand méconnu » des études climatiques comme des recherches en sciences humaines.”
 

 
Numéro spécial en français de la revue internationale Crossways Journal, dirigé par Margot Lauwers et moi-même, intitulé:
 
La première page en cliquant sur ce lien vous conduira à la table des matières, à partir de laquelle vous pouvez accéder aux résumés en cliquant sur le titre ou au chapitre entier en cliquant sur le lien vers le document PDF.
 
Ce volume comprend des articles qui ont d’abord été évalués et révisés selon un premier travail de sélection et de relecture par les co-directrices de la revue, puis en aveugle par le comité de relecture de la revue Crossways. Ce travail transdiciplinaire en humanités environnementales rassemble des contributions explorant des approches émanant de littéraires, de philosophes, de géographes, urbanistes, sociologues et d’artistes qui se penchent sur des contextes et des médias variés. Il associe à une démarche universitaire une pratique écopoétique. Il reflète et prolonge une partie des travaux menés au sein de l’atelier de recherche en écocritique et écopoétique de l’Université de Perpignan sur la question du réenchantement écopoétique du monde et de la place du végétal en milieu urbain. Toutes les contributions ont été selectionnées , relues et révisées sous la co-supervision des co-éditrices de ce numéro spécial, puis une deuxième fois en aveugle par le comité de relecture de la revue Crossways.
 

Nous vous en souhaitons une excellente lecture et nous remercions encore toutes les personnes ayant contribué d’une manière ou d’une autre à l’aboutissement de ce volume collectif.

 
Bien à vous tous et toutes
 
Margot Lauwers et Béné Meillon

La Parole aux humanités
 
Numéro 17 du web-magazine, mars 2018: émission animée par Stéphane Lojkine, professeur de littérature française, CIELAM

Avec la participation de

  • Julien Bernard, Maître de conférences en philosophie, épistémologie des sciences, logique, Centre Granger, Aix-Marseille Université
  • Françoise Besson, Professeure de littérature britannique et canadienne, Laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes, Université Toulouse-Jean Jaurès

Dernier numéro de L’Atelier (« Comédies animales »), coordonné par Antoine Traisnel et Anne Ullmo, à l’adresse suivante : http://ojs.u-paris10.fr/index.php/latelier.

L’Atelier
Vol. 10, No 1 (2018): Comédies animales
Sommaire
http://ojs.u-paris10.fr/index.php/latelier/issue/view/50ARTICLES
——–
Erasmus Darwin ou la théorie de la séduction naturelle (1-24)
Caroline Dauphin
Robert Burns et la fable animalière (25-44)
Yann Tholoniat
The Spectral and the Comic Animal in Contemporary British Theatre (45-61)
June Pham
“Nose to the Ground on Sunday”: comédie animale et zoopoétique dans
Sunday in the Park with George de Stephen Sondheim et James Lapine (62-78)
Mathieu Duplay
Comédies canines et autres facéties animalières dans l’œuvre de Louise
Erdrich (79-102)
Elisabeth Bouzonviller

 

Hybridités posthumaines – cyborgs, mutants, hackers

Isabelle Boof-Vermesse, Matthieu Freyheit et Hélène Machinal

• 266 pages
• 15,5 x 24 cm
• ISBN : 979-10-309-0098-9

http://editionsorizons.fr/index.php/hybridites-posthumaines-cyborgs-mutants-hackers.html

Fin des grands récits, fin du monde, fin de l’homme : nous n’en finissons plus de penser les fins et de nourrir la pensée du post-, et d’interroger ce faisant les conditions de notre présence. C’est qu’il faut encore des humains pour penser le posthumain… S’il révèle les limites de la réflexion sur l’après, inversement le posthumain peut fissurer le socle épistémologique de la finitude humaine. Le « post » est toujours un « déjà ». Dans la fiction et dans les pratiques, cette réflexion elle-même hybride donne naissance à des manifestations hybrides, parmi lesquelles les cyborgs, les mutants et les hackers occupent une place privilégiée en tant que figures singulièrement populaires dans la représentation de nos rencontres avec d’autres formes – animales, machiniques, médiatiques… Si le principe de comparaison laisse entendre précisément qu’hybrider, c’est penser, une approche de ces figures et structures hybrides semble propre à la compréhension des systèmes et des communications dans lesquelles nous nous inscrivons.
 
 

Space and Place in Alice Munro’s Fiction: “A Book with Maps in It”, ed. Christine Lorre-Johnston and Eleonora Rao (Rochester: Camden House, 2018), 236 p.

Alice Munro, the 2013 Nobel Prize laureate in Literature, has revolutionized the architecture of the short story. This collection of essays on Munro engages with literary geography, an emergent interdisciplinary field that is located at the interface between human geography and literary studies and is one of the most salient manifestations of the ongoing spatial turn in the arts and humanities.

Critical readings of Munro’s stories have labeled her literary production “regional,” since she sets the majority of her short stories in the area of rural Ontario where she grew up. Until now, however, little attention has been devoted to the role of that location in the stories and to the way that particular setting interacts with her characters’ development or stasis. This collection contains eleven essays organized in two parts: first, Conceptualizing Space and Place: Houses, Landscapes, Territory; and second, Close Readings of Space and Place.

Table of contents:

Introduction – Christine Lorre-Johnston and Eleonora Rao
Where Do You Think You Are? Alice Munro’s Open Houses – Robert McGill
“Whose House Is That?” Spaces of Metamorphosis in Alice Munro’s Dance of the Happy ShadesWho Do You Think You Are?, and The View from Castle Rock – Eleonora Rao
Mapping the Vernacular Landscape in Alice Munro’s “What Do You Want to Know For?” and Other Stories – Corinne Bigot
Stories in the Landscape Mode: A Reading of Alice Munro’s “Lives of Girls and Women,” “Walker Brothers Cowboy,” and “Lichen” – Claire Omhovère
“What Place Is This?” Alice Munro’s Fictional Places and Her Place in Fiction – Anca-Raluca Radu
“The Emptiness in Place of Her”: Space, Absence, and Memory in Alice Munro’s Dear Life – Ailsa Cox
Down the Rabbit Hole: Revisiting the Topos of the Cave in Alice Munro’s Short Stories – Christine Lorre-Johnston
Spaces of Utopia and Spaces of Actuality in Alice Munro’s “Jakarta” – Fausto Ciompi
Spatial Perspectives in Alice Munro’s “Passion” – Giuseppina Botta
Charting Alice Munro’s Terra Incognita: Punctuated Space in “Free Radicals” – Lynn Blin
Heterotopy in Alice Munro’s “In Sight of the Lake” – Caterina Ricciardi


Yvonne Reddick
Ted Hughes: Environmentalist and Ecopoet 
London: Palgrave Macmillan, 2017
77,55€ 343 pages ISBN 978-3-319-59177-3
e-book: 62,08€ ASIN: B075FN62NZ
http://www.palgrave.com/gb/book/9783319591766


The publisher DeGrruyter  has released the  paperback edition of  Handbook of Ecocriticism and Cultural Ecology at the reduced price of 49.99 Euros (from 199.99 Euros regular hardcover price). This includes shipping. Individual ASLE and EASCLE members will have to fill out one of the attached forms and send it to Katja Lehming at DeGruyter at the email address given there:

HEAS PB FLYER_ASLE

HEAS PB FLYER_EASLCE


Corinne Dale, The Natural World in the Exeter Book Riddles.
This is one of the first full-length eco-critical studies of Anglo-Saxon literature:
 
This is the first volume in their new series, “Nature and Environment in the Middle Ages”, which will provide a forum for questions of nature, the environment and sustainability in subjects across the humanities, in the period c. 400-1500
 

Daniel A. Finch-Race/Julien Weber (eds). L’Esprit Créateur. Volume 57, Issue 1 (2017)– French Ecocriticism/L’écocritique française. <https://muse.jhu.edu/issue/36308>

Bertrand Guest. Révolutions dans le cosmos. Essais de libération géographique: Humboldt, Thoreau, Reclus  Editions Classiques Garnier, 2017.


Posthumus, StephanieFrench Écocritique: Reading Contemporary French Theory and Fiction Ecologically. Toronto: UP Toronto, 2017 (http://www.utppublishing.com/French-Ecocritique-Reading-French-Theory-and-Fiction-Ecologically.html)


 Finch-Race, Daniel et Stephanie Posthumus, dirs. French Ecocriticism: From the Early Modern Period to the Twenty-First Century. Frankfurt: Peter Lang, 2017 (https://www.peterlang.com/view/9783631713242/fm_introduction.xhtml)

Cormac McCarthy’s Borders and Landscapes, edited by Louise Jillett, Bloomsbury, October 2016.
 
_____________________________________________________________________

Publication: n°  55 de Caliban  “Sharing the Planet / La planète en partage” (coordonné par  Françoise Besson, Aurélie Guillain et Wendy Harding), publié aux PUM.

La table des matières est disponible en suivant ce lien: caliban-55-2016

_____________________________________________________________________

Charles Darwin, Œuvres complètes, Sous la direction de Patrick Tort. 
La Formation de la terre végétale par l’action des vers. Avec des observations sur leurs habitudes. Traduction d’Aurélien Berra coordonnée par Michel Prum. Précédé de Patrick Tort, « Un regard vers la terre », 204 p., broché.

____________________________________________________________________

« L’Europe des sciences et des techniques.
Un dialogue des savoirs, XVe-XVIIIe siècle »
Liliane Hilaire-Pérez, Fabien Simon, Marie Thébaud-Sorger (dir.)

Un certain nombre d’articles dans ce beau volume transdiciplinaire traitente des sciences la nature et des territoires, des liens entre science et fiction, etc.

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4243


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search