Ateliers 2019-2020

OIKOS, Atelier de recherche en écocritique, écopoétique et écoanthropologie

CRESEM -UPVD

Porté par Pascale Amiot, Bénédicte Meillon,

Jean-Louis Olive et Marie-Pierre Ramouche

« Le sauvage urbain : approches écopoétiques croisées de la biodiversité

naturculturelle en ville »

Programme 2019-2020

Le mardi 17 septembre : séance de rentrée

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est canvas-26-354x500.png.

Le mercredi 2 octobre : lancement saison culturelle UPVD + inauguration Julieta             

Du 18 au 21 octobre : festival « Nature : le regard au féminin du 18 au 21 »


Le mardi 5 novembre : Marie-Pierre RAMOUCHE
« Ecopoétique du sauvage urbain dans l’œuvre de Julieta »

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est canvas-27-354x500.png.
Affiche-Oikos-CRESEM-17-09-19Télécharger
Crédit photo affiche: Pascale Amiot

______________________________________

Le 5 novembre sur le campus de l’UPVD, à 18h00, Rdc Bât Y, UPVD:

 » L’œuvre  de Julieta XFL: une invitation à se reconnecter avec le vivant », par Marie-Pierre Ramouche, Maître de Conférences en Etudes Hispaniques, CRESEM- UPVD.


Face à l’urgence de la crise environnementale à laquelle nous sommes confrontés et dont nous sommes responsables, une révolution culturelle s’impose dans notre relation au vivant. La dichotomie Nature/Culture qui s’est largement imposée en Occident (Descola) a créé une fissure entre l’humain et le non-humain qu’il nous faut colmater. L’art peut être un véhicule efficace pour amorcer ce changement de mentalité. La capacité empathique développée par certaines pratiques artistiques peut aider à la prise de conscience des problèmes environnementaux (Abella ; Sgaranella).  C’est une des convictions qui animent les membres de l’atelier Oïkos et c’est une des raisons qui ont motivé l’invitation de la graffeuse espagnole Julieta XLF lors du colloque « Réenchanter le sauvage urbain : Percevoir, penser et vivre avec la nature en ville  », organisé en juin 2019 par le CRESEM. Parallèlement aux activités du colloque, Julieta XFL a réalisé deux œuvres qui colorent depuis le campus de l’UPVD et qui sont tout à fait caractéristiques du pouvoir empathique du street art.

Les figures humaines, majoritairement féminines, et non-humaines (animales, végétales, minérales) qui peuplent les œuvres de Julieta XLF s’entrelacent harmonieusement pour former des êtres hybrides ou sur le point de le devenir. Ces enchevêtrements colorés, mêlant des attributs humains et non-humains, semblent inviter les passant.e.s à se reconnecter avec les éléments du vivant dont, dans ces jungles de béton que sont devenues grand nombre de villes modernes, on peut se croire éloigné. Artiste écoféministe, Julieta XLF choisit de représenter des personnages féminins pour guider les citadins vers cette reconnexion avec le non-humain. De ses figures féminines n’émane aucune volonté de domination du non-humain (propre à une relation patriarcale envers la « nature »), mais une invitation à retisser les liens qui nous unissent au reste du vivant. Dotés de traits qui évoquent l’innocence propre à l’enfance, ses personnages nous incitent à laisser se réveiller les sentiments biophiles propres à l’enfance qui sommeillent toujours en nous (Erich Fromm, Edward O.Wilson, Peter Khan). Tendresse, douceur et empathie se dégagent des entrelacs de cette reconnexion, ainsi qu’onirisme et mystère. Chaque œuvre de Julieta XLF semble en effet renfermer le secret d’une liaison particulière entre humains et non-humains qu’il nous faut percer à jour. » En nichant les rats de villes au cœur de cette fresque, Julieta nous invite à un renversement de notre perception du « sauvage » et du « domestique », des animaux dits « nuisibles » (tels les pigeons ou les rats) ou « désirables ». Elle nous intime ainsi de repenser les catégories socialement construites qui déterminent en grande partie notre rapport aux différentes formes du vivant. Face au désenchantement du monde moderne et post-moderne, les œuvres d’artistes tels que Julieta XLF nous font non seulement reconsidérer nos relations au non-humain mais  nous permettent  également de les réenchanter, à savoir de retrouver ce qu’elles ont de merveilleux et de sacré.

Cette séance sera animée par notre collègue Marie-Pierre Ramouche, co-porteuse de l’atelier, et Maître de Conférences en Etudes Hispaniques à l’UPVD.

Cette séance sera l’occasion d’éclairer le sens des fresques murales réalisées par l’artiste Julieta sur le campus de l’UPVD à l’occasion du colloque international  de juin 2019 sur le réenchantement du sauvage urbain. Il y sera question de réenchantement, d’écopoétique et d’écoféminisme à travers l’art du graffiti, entre autres choses. N’hésitez pas à y inviter toute personne de votre entourage curieuse de comprendre le pourquoi de ces fresques réalisées par Julieta pour animer notre campus, qui vont bien au-delà d’une simple volonté de « décor », puisqu’elle sont une invitation à percevoir de façon nouvelle notre façon d’habiter le monde, à commencer par celui de notre campus, riche en biodiversité urbaine. 


Le mardi 17 décembre, à 17h00 : Jonathan POLLOCK et Maria Luna DEL MAL, étudiante Master Mundus
« Le devenir-animal dans Truismes, de Marie Darrieussescq »

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Truisme-pdf-354x500.jpg.

Le devenir-animal dans  Truismes de Marie Darrieussecq

Mardi 17 décembre à 18h, Salle des Sociétés, rdc Bât. Y-UPVD

1ere partie: « Regard écoféministe sur Truismes de Marie Darrieussecq (1996) » par María del Mar S. Luna

María del Mar S. analysera dans le récit les concepts de déterritorialisation et de reterritorialisation ainsi que le devenir-animal de Deleuze et Guattari, en réfléchissant sur la rhétorique et les représentations culturelles dans le récit pour examiner la relation entre la pensée patriarcale occidentale,  la dégradation des femmes et le monde non-humain.
María del Mar S. Luna,  étudiante du programme Master Crossways in Cultural Narratives, travaille sur le devenir-animal et l’écoféminisme dans Lady into Fox  de David Garnett et  Truismes de Marie Darrieussecq. 

2e partie : « L’évolution du concept de devenir-animal après Deleuze et Guattari », par Jonathan Pollock Professeur des Universités, Département d’Études Anglophones, CRESEM.

Jonathan Pollock enseigne la littérature anglaise et comparée à l’Université de Perpignan. Il est l’auteur de plusieurs études dont Qu’est-ce que l’humour? (Klinksieck, 2001), Le Moine (de Lewis) d’Antonin Artaud (Gallimard, 2002), Le Rire du Mômo (Kimé, 2002), Déclinaisons (Hermann, 2010), Lire Les Cantos d’Ezra Pound (Hermann, 2014).


Le mardi 7 janvier, 17h00 : André SUCHET, Maître de conférences à l’Université de Bordeaux
Géographie sociale du sport, du tourisme et des loisirs, Sociologie des pratiques et des organisations sportives. L’artificialisation sportive de la nature en ville // les friches urbaines

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Oikos-07-01-2020-page-001-1-354x500.jpg.

 » Vie étudiante et partage d’un espace délaissé »

André Suchet, MCF HDR, Docteur en géographie, Université de Bordeaux

Mardi 7 janvier 2020 à 17h Salle des Sociétés, rdc Bât. Y – UPVD

À partir d’une approche ethno-géographique préoccupée des rapports entre pratiques sportives et territoires, André Suchet s’intéresse à l’histoire ainsi qu’aux acteurs, usages et significations de trois édifices de jeu traditionnel de pelote basque. Ces édifices abandonnés datent des années 1970 ; ils se situent sur le campus universitaire de Bordeaux Métropole et sont entourés de panneaux de basket et de terrains de tennis tout aussi délaissés. Cette étude réfléchit sur les fondements symboliques et culturels de ces friches sportives pour en comprendre les dynamiques sociales. Salle des Sociétés, rdc Bât. Y – UPVD


Le jeudi 6 février, 18h00 : Astrid GUILLAUME, Zoosémioticienne, Paris-Sorbonne,
fondatrice et présidente de la société de zoosémiotique.

« Les animaux sauvages dans l’art urbain: zoosémiotique et humanimalisme artistiques. »

De moins en moins présents dans les villes, les animaux réapparaissent en nombre dans l’art urbain sous des formes aussi inattendues qu’éphémères. Ils nous surprennent tapis dans l’obscurité d’une impasse ou bien au contraire s’assument fièrement sous les lumières des plus grands boulevards de la capitale.

Avec les animaux sauvages comme emblèmes, les artistes urbains, créatifs et rebelles, font passer des messages écologiques, poétiques, sociétaux qui interpellent notre propre éphémérité. L’animal sauvage en tant qu’image ancrée dans les imaginaires de l’enfance et dans le futur d’une planète à la biodiversité menacée par l’humain et ses activités nous ramène aussi bien à un état premier de bien-être enfantin, à une féérie médiévale où les animaux et les chimères, compagnons rassurants et effrayants à la fois, animaient nos jeux et nos rêves qu’à l’annonce programmée d’un futur apocalyptique, une dystopie angoissante où les animaux sauvages n’existeront plus que peints à la sauvette et illégalement sur des murs de villes déshumanisées par trop d’humanisme anthropocentré. L’animal sauvage dans l’art urbain se revendique comme un signal d’alarme modeste et fragile mais audible en faveur de la protection de la faune de la part d’artistes humanimalistes à la sensibilité créatrice à fleur de peau.


Le mardi 10 mars, à 18h00, au Palais des Rois de Majorque, Perpignan

Conférence-performance « Avez-vous dit sœurcière ? »

Suivie du vernissage de l’exposition éponyme (voir détails ci-dessous)

Travail subventionné par le CD 66 et rattaché à l’Atelier d’écopoétique, écocritique et écoanthropologie OIKOS, CRESEM, UPVD

Bénédicte Meillon, avec la participation de Margot Lauwers

et de Gabrielle Raimon pour la lecture polyphonique

La porteuse de ce projet a pour l’occasion tissé un texte polyphonique et engagé. Basée sur un travail écoféministe portant sur l’émergence de la figure de la « sœurcière », la conférence-performance que nous présenterons entremêle délibérément le politique et le poétique. A trois voix, cette conférence amènera cette figure de la sœurcière, qui porte un combat politique en lien avec les femmes autant qu’avec l’écologie et la Terre. En introduction, nous situerons notre travail de recherche-création multimédia et transversal (Arts-Lettres-Sciences), ainsi que notre approche hybride, à mi-chemin entre l’écriture créative et la démarche scientifique. Nous tâcherons de rendre accessible notre approche écoféministe en définissant ce champ, encore minoritaire à l’Université française, par le truchement d’un récit qui ancre le propos dans les violences faites aux femmes et les combats (éco)féministes. Nous définirons également le concept de résilience, au cœur de notre travail.

Dans une première partie sous forme de performance polyphonique clamée en sœurcières, nous entretissons une étude de la Dre Muriel Salmona avec le récit d’un vécu, afin de concrétiser par des chiffres et des analyses cliniques, discursives et politiques le sombre contexte sociétal et culturel d’où émerge la sœurcière. Ce texte déroule et déconstruit comment les discours, les mythes et les institutions participent aux violences faites aux femmes et à leur musèlement. Il permet d’amener la figure de la sœurcière, briseuse de tabous et recréatrice d’imaginaires, et qui porte un combat pour la liberté, l’égalité et la sororité. La deuxième partie retrace l’ascendance de la sœurcière dans le mythe de la sorcière, son évolution, comment celui-ci a été utilisé contre les femmes. Toujours sur le mode écopoét(h)ique, nous abordons ici l’émergence de cette nouvelle figure, affranchie des dictats patriarcaux, et résolument tournée vers la résilience, la reconnexion avec ses puissances, la création, la lumière et l’espoir. Dans une troisième et plus courte partie, nous expliciterons comment la danse s’allie à la poésie et la photographie dans ce dense travail de co-composition avec la figure de la sœurcière et les formes de la forêt de la Massane.

En conclusion, nous terminerons sur l’émergence très actuelle de cette figure écoféministe sur la scène politique, dans la culture populaire, et aussi dans le cinéma indépendant, figure dont on peut se réjouir qu’elle porte de nouveaux récits sur les femmes. Tournée du côté de la création et du sensible, cette conférence hors-normes donnera matière à sentir-penser tant à des universitaires qu’à un public général non-spécialiste de nos champs d’études.

Conférence en Salle Basse, RdC

Vernissage et exposition en « Salle à manger des rois », 1er étage

Présentation du travail mêlant photographie, danse et poésie, issu d’un travail de recherches exploratoires sur l’écopoétique de la forêt et le ré-emparement de la figure de la sorcière en soeurcière écoféministe, qui danse avec la forêt. Résurgence contemporaine de la sorcière stigmatisée et violentée par le patriarcat, la sœurcière est magicienne de la reconstruction : elle est tisseuse d’alliances, passeuse de sens, artiviste de la résilience, co-créatrice de transe-en-danse, libératrice de puissances.

En abordant la question des violences faites aux femmes et de leur résilience, il s’agit ici de sortir la figure de la sorcière du stéréotype patriarcal péjoratif pour faire émerger la figure contemporaine de la « sœurcière » : celle qui s’allie aux puissances de la terre ; celle qui entre en sororité, celle qui lutte contre les violences et le silence imposés aux femmes et à la nature, celle qui se réclame praticienne des arts de la guérison et de la magie ; celle qui danse une écopoétique de la forêt.

Ce projet est issu d’un travail transversal en collaboration avec Olivier Panaud, spécialiste du génome des plantes (LGDP-UPVD et IUF), Joseph Garrigue, Conservateur de la Réserve Naturelle de la Massane, et Karen Houle, poétesse, et Professeure à l’Université de Guelph, au Canada, spécialiste de philosophie. A partir d’une exploration in situ, nous avons travaillé ensemble à une lecture et un prolongement écopoétique de la forêt de la Massane, donnant lieu à des résultats de recherche-création Arts-Lettres-Sciences à deux volets :

Premièrement, ce travail créatif autour de la figure de la sœurcière, invité et subventionné par le CD 66 dans le cadre de ces Semaines des Droits des Femmes, et qui met en lumière la figure de la sœurcière en lien avec les droits des femmes et par une approche écoféministe.

Deuxièmement, nous présenterons sur le campus de l’UPVD au printemps un travail en cours d’élaboration et mis au point lors d’une résidence d’artiste. Ce travail mettra en exergue l’écopoétique de la forêt, davantage que les questions liées aux droits des femmes, par la photographie, la danse et l’écriture, et peut-être la vidéo. Dans les deux cas, nous nous situons à la lisière entre les sciences dites « humaines », et « naturelles »

Entrée libre, dans la limite des places disponibles.


Semaine des droits des femmes 2020 : le programme !

Ce sont cette année encore plus de 30 manifestations au contenu riche, varié et pour tous les publics qui seront proposées à l’occasion de la 11ème édition de la Semaine des droits des femmes, du 2 au 15 mars prochain. Vous trouverez ainsi en pièce jointe le programme complet de cet événement (que vous pouvez également télécharger en ligne : https://www.ledepartement66.fr/agenda/semaine-des-droits-des-femmes/) ; n’hésitez donc pas à le diffuser dès à présent à vos contacts !


DU LUNDI 2 AU VENDREDI 16 MARS 2020

Palais des Rois de Majorque, Salle à manger des rois

Exposition « Avez-vous dit soeurcière ? »
OIKOS- Atelier de recherche en écopoétique, écocritique et écoanthropologie, CRESEM, UPVD

Photo Margot Lauwers

Travail de recherche-création photographie-danse-poésie sur l’écopoétique de la forêt, par le prisme de l’écoféminisme, réalisé par Karen Houle, écopoètesse et Professeure des universités en philosophie à l’Université de Guelph au Canada, Margot Lauwers, Docteure spécialiste d’écoféminisme et Bénédicte Meillon, spécialiste d’écopoétique (CRESEM, UPVD). Avec la participation de Joseph Garrigue, Conservateur de la Forêt de la Massane, et d’Olivier Panaud, Professeur spécialiste du génôme des plantes (LGDP-UPVD, IUF et CNRS). 

Présentation de l’exposition le mardi 10 mars à 18h00
Exposition ouverte au public du lundi au vendredi de 10h à 17h sans interruption

Vous pouvez retrouver la vidéo de la conférence-performance en suivant ce lien : https://youtu.be/WheUh8u_0BU

Contact et renseignements : CRESEM-UPVD / benedicte.meillon@univ-perp.fr


Semaine des droits des femmes 2020 : le programme !

Ce sont cette année encore plus de 30 manifestations au contenu riche, varié et pour tous les publics qui seront proposées à l’occasion de la 11ème édition de la Semaine des droits des femmes, du 2 au 15 mars prochain. Vous trouverez ainsi en pièce jointe le programme complet de cet événement (que vous pouvez également télécharger en ligne : https://www.ledepartement66.fr/agenda/semaine-des-droits-des-femmes/) ; n’hésitez donc pas à le diffuser dès à présent à vos contacts !

Compte tenu du COVID qui rebat bien des cartes de nos activités anthropiques, OIKOS doit suspendre et reporter ses séances et manifestations prévues de mars à juin 2020. Celles-ci auront lieu, dans la mesure du possible, à la rentrée 2020. Restez connect.é.e.s pour la suite…


Le mardi 31 mars, 17h00 : Etienne Noiseau et Ariane Demonget, et l’Association Beau Bruit

« Écoute sensible de l’environnement »

Intervenants : Beau bruit

Crédit Photo Pascale Amiot

Étienne Noiseau et Ariane Demonget développent avec l’association Beau bruit des actions de création et de médiation à partir de l’environnement sonore. Basées dans les Pyrénées Orientales, leurs activités comprennent la réalisation de créations sonores, des ateliers pédagogiques envers tous publics, une revue critique (Syntone) et un média local participatif (Résonances – le Conflent à nos oreilles).

http://beaubruit.net
http://syntone.fr
http://resonances.xyz


Le mercredi 15 avril (à confirmer) : Performance de l’Atelier de Création du Master ALC

Le mardi 21 avril : Journée d’étude internationale à Milan, Universita Cattolica del Sacro Cuore
« La biodiversité : enjeux littéraires, stylistiques, historiques »

Le mardi 5 mai : Marine CRESSY, créatrice et illustratrice des livrets « Mini-guide du jardinier promeneur en Roussillon »
Séance participative à la découverte de la biodiversité du campus UPVD le long de l’écosentier

_____________________________________________________

Le jeudi 18 juin, à 19h30, à L’Institut Jean Vigo, Perpignan

“Filmer à hauteur de bêtes: Ani-maux & Animots »

Projection-débat en présence du réalisateur du film documentaire Ani-maux, Sylvère PETIT (réalisateur et photographe) et d’Anne SIMON, spécialiste de zoopoétique, Directrice de Recherche au CNRS et du programme “Animots.”

http://www.lesfilmsdici.fr/fr/catalogue/5155-ani-maux.html

Séance couplée avec une exposition de photographies par Sylvère Petit, sur le campus de l’UPVD, à la Bibliothèque Universitaire, en clôture du programme 2019-2020 de l’atelier de recherche OIKOS sur la question du Sauvage Urbain .

***


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search