Ateliers parallèles / Parallel Sessions : Panel 1

Réenchanter les ruines, friches et vides urbains : perspectives croisées au carrefour de la géographie, de l’anthropologie, l’ethnographie, la sociologie et l’esthétique.

Modératrice/Chair: Lucie Taïeb, Université de Bretagne Occidentale, France

> Margaux Le Donné, Institut d’Études Politiques de Paris (Sciences Po), France : « Des ‘villes-vertes’ à la réappropriation de nos villes-ruine. »

> Nathanaël Wadbled, Université de Lorraine, France : « La Nature au milieu des ruines : l’ensauvagement des lieux abandonné. »

> Cécile Mattoug, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France : « Passages et dépassements de nature par l’urbain. Ethnographie de jardins sur un ‘vide urbain’. »

Margaux Le Donné

« Des ‘villes vertes’ à la réappropriation de nos villes-ruines »

Promouvant une nouvelle forme de flamboyance, les villes « modèles » du XXIe siècle se veulent hyperconnectées, dynamiques, mais aussi « vertes » et « résilientes ». Derrière ces mots, on devine la reconnaissance diffuse et progressive d’un changement de condition des villes et de leurs habitants.e.s multiples : les urbain.e.s sont et seront touché.e.s aussi par les catastrophes de l’anthropocène. La conscience de la précarité des habitats urbains change-t-elle notre perception de la vie en ville et notre rapport aux entités dites « naturelles » ? Notre proposition vise à examiner cette question en nous appuyant sur l’ouvrage de l’anthropologue Anna Lowenhaupt Tsing, The Mushroom at the End of the World. On the Possibility of Life in Capitalist Ruins (2015).

Si son étude l’amène à décrire des espaces naturels-artificiels multiples et majoritairement non-urbains, l’usage qu’elle fait de la notion de ruine nous paraît mener à deux propositions originales permettant de changer de regard sur l’espace urbain. Une ruine dans le sens qu’elle déploie est le résultat d’une simplification meée pour transformer des entités humains et non-humaines en « capital mobile », c’est-à-dire en entités déplaçables et interchangeables (p.5-6). Pour ce faire, leurs attaches diverses sont coupées (elle nomme ce processus aliénation), et la complexité écosystémique s’en trouve amputée. En ce sens, les villes et la mondialisation contemporaine sont des ruines, non seulement parce qu’elles s’étendent et dévorent les capacités de régénération des écosystèmes qui les entourent et les traversent, mais parce qu’elles-mêmes sont construites sur ce paradoxe : pour être « productives », les villes doivent détruire continuellement les attaches écologiques qui s’y nouent et s’y recréent malgré tout.

En souscrivant à cette définition proposée par A. L. Tsing, nous souhaitons mettre en avant deux points dans notre proposition. Tout d’abord, transformer notre regard sur la « ville moderne » à partir de la définition de ruine peut mener à une prise en considération alternative des vivants et paysages urbains, et plus généralement de la nature-artifice dont les villes sont tissées. De plus, voir les villes comme toujours déjà précaires, toujours déjà soumises aux aléas de pratiques capitalistes destructrices ne conduit pas selon nous à une vision triste et lasse de l’urbain mais, au contraire, à l’attention envers les espaces de résistance à la marchandisation continuelle à l’œuvre dans les épicentres du capitalisme contemporain : à se demander, en somme, comment vivre joyeusement dans les ruines urbaines.

Margaux Le Donné est doctorante en théorie politique à l’IEP de Paris. Ses recherches portent sur les critiques du concept d’anthropocène, en particulier à partir d’un prisme écoféministe. Elle enseigne actuellement à l’Université Toulouse Jean Jaurès (Toulouse 2) en tant qu’ATER. Elle a contribué au numéro de la revue Multitudes consacrée à l’écoféminisme (n°67) et co-coordonné le colloque Ecoféminismes, composer, luter, devenir organisé dans le cadre du CIRFF en août 2018.

Nathanaël Wadbled

« La Nature au milieu des ruines : l’ensauvagement des lieux abandonnés »

Les espaces urbains et périurbains accueillent des lieux abandonnés qui sont le terrain de l’exploration urbaine (urbex). Contrairement aux monuments du patrimoine, l’attractivité de ces vestiges du passé ne provient pas de leur intérêt historique mais de ce que l’historien de l’art Alois Riegl nomme leur valeur d’ancienneté. Il s’agit de ce qui marque la réinscription des constructions humaines dans les cycles de la nature marqués par l’érosion et la production constante de nouvelles formes qu’elle permet. Il y a un enchevêtrement entre les constructions humaines et la nature s’opposant au milieu urbain caractérisé par une artificialisation croissante protégée de l’érosion du temps : la végétation s’y développe et des animaux y trouvent un habitat. Les lieux abandonnés se différencient ainsi par exemple des parcs que l’ordre et l’entretien placent du côté de l’artificialisation. S’ils sont perçus comme des espaces de nature, les parcs n’invitent pas à l’expérience de la dynamique érosive de la nature. Ils sont en rupture dans la rationalité rassurante de l’espace quotidien. En ce sens il serait peut-être possible de parler de « lieux ensauvagés » (feral place). Les lieux abandonnés invitent ainsi à une expérience de l’« inquiétante étrangeté » (Das Unheimliche) qui est celle à la fois de l’enchantement et de l’inquiétude. L’enchantement est celui du spectacle de la nature reprenant ses droits face à l’hubris humain artificialisant le monde. L’érosion, la végétation et les animaux font apparaitre des formes inattendues qui renvoient à une sorte de merveilleux. L’inquiétude est celle du constat à la fois du caractère périssable des constructions humaines et de l’impact écologique de l’artificialisation moderne. Les ruines du monde industriel ne sont pas toujours harmonieusement intégrées à la nature comme celles antiques et médiévales chères aux romantiques. Selon une esthétique post-apocalyptique, les ruines sont le milieu de la nature, et non la nature le milieu des ruines.

Dans une perspective à la fois géographique et esthétique, cette communication se propose de caractériser la manière dont ces lieux se présentent à leurs visiteurs. À partir de la description de lieux précis permise par un travail de terrain effectué à Berlin et en Albanie, il s’agira d’identifier les représentations et imaginaires culturels auxquels ces ruines correspondent en considérant leurs différentes représentations dans l’art moderne et contemporain. 

Nathanaël Wadbled est chercheur associé à l’Université de Lorraine et chercheur post-doctoral à la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. Il est également titulaire d’un master en philosophie et a enseigné l’histoire de l’art. À côté de ses recherches sur le patrimoine et les lieux de mémoire de la Shoah, il s’intéresse à l’expérience des lieux abandonnés et au tourisme de ruine.

Cécile Mattoug

« Passages et dépassements de nature par l’urbain. Ethnographie de jardins sur un ‘vide urbain’ »

Cette recherche souhaite contribuer aux questionnements écologiques actuels sur les pratiques de l’aménagement. Entendue comme un engagement permettant le pouvoir d’agir et l’accès aux ressources environnementales, cette exigence tend à contribuer à la santé psychologique, physique et au sens de la dignité des personnes. Les espaces qu’on s’attachera à présenter sont des « vides urbains ». Espaces de la vacance en milieu urbain, ils donnent accès à de nombreuses ressources, notamment à la végétation urbaine. Lieux où se forme des économies grises, du bricolage, de l’entraide et des ségrégations multiples, on y voit des marges d’action instables, dans un environnement urbain majoritairement planifié (Béguin, 1993). Ces « vides urbains » sont des espaces pour le vivant non-humain : profitant d’une transition plus ou moins longue, une nature « sauvage » prend possession des lieux. Puis habitants « sauvages », eux-aussi, sans contrat, ni autorisation puisent dans ces ressources, transformant cette nature en culture individuelle ou communautaire.

Avant tout lieu d’une nature domestiquée et d’intimité privilégiée du jardinier, le caractère « sauvage » du « vide urbain » le conforte dans l’informalité ; son activité ne pouvant trouver sa place dans un système de contrôle et de foncier maîtrisé. Puis, dépassé par la pratique opératoire de l’aménagement qui l’emploie comme une marge de manœuvre pour les chantiers (Janin & Andres, 2008), le déchet vient concurrencer le cocon du jardinier. Les déchets forment une altérité subie venant brutaliser leurs installations, tout en leur offrant des conditions d’existence à l’abri des regards de ceux qui convoitent les « vides urbains » et se détournent devant l’apparente saleté. Le jardin en péril voit son ultime corps à corps dans le passage de l’aménagement. Altérité  plus violente encore,  c’est  l’exigence  du public qui se déploie sur ce « vide urbain » et en fait un théâtre de conflits d’intérêts individuels et publics. On « ouvre le vide », on le rend public (Habermas, 1962), on le rend citadin… Le jardinier « sauvage » se voit remplacé, désincarné, démultiplié par le corps associatif. Son jardin, quant à lui, est transformé en espace de communs ; enchantement pour certains mais désenchantement pour d’autres. S’appuyant sur une ethnographie urbaine sur un territoire de la Seine-Saint-Denis, cette proposition de communication reviendra sur un panel non exhaustif des passages qui s’opèrent sur un « vide urbain » et qui figurent des dépassements de nature par l’urbain et l’aménagement.

Cécile Mattoug est architecte-urbaniste, doctorante au laboratoire Géographie-cités (équipe EHGO) à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (depuis 2017). Sa recherche, soutenue par l’ADEME, porte sur les conflits d’usages et de représentations liés à l’aménagement des « vides urbains ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search