Séance plénière / Keynote Session

Nathalie Blanc, (LADYSS, CNRS et Université Paris Diderot, Paris, France) :

« À la croisée du sens et des sens, impossible sauvage et production de communautés socioenvironnementales »

Modérateur/Chair: Sylvain Rode, Université de Perpignan Via Domitia, France

Nathalie Blanc, géographe, directrice CNRS, spécialiste de la nature en ville

Geographer, French CNRS Supervisor, urban nature expert

https://www.pacte-grenoble.fr/actualites/les-formes-de-l-environnement-manifeste-pour-une-esthetique-politique

« À la croisée du sens et des sens, impossible sauvage et production de communautés socio-environnementales »

De nombreuses enquêtes auprès des citadins montrent que le sauvage est opposé au domestique. Les espèces animales et végétales qualifiées de sauvages le sont également suivant une gradation qui doit beaucoup aux lieux de vie. Dès lors, l’idée selon laquelle il serait possible d’ensauvager la ville repose sur une méconnaissance de celle-ci comme un espace essentiellement humain où la nature est domestiquée. Cependant, le développement des alliances entre des espèces sauvages et des citadins témoignent d’un renouveau du lien au domestique et au sauvage qui engagent une réinvention de la ville comme espace écologique. Ces communautés socio-environnementales construisent des dispositifs immunitaires inédits dans un monde qualifié d’Anthropocénique.

“At a Crossroads between Sense and the Senses: Impossible Wildness and the Creation of Socio-Environmental Communities”

Numerous surveys among city-dwellers show that the wild is opposed to the domestic. Animal and plant species that are deemed wild are more or less so depending on where they live. Accordingly, the idea that it might be possible to rewild the city finds its origin in a misreading of the city as an essentially human space where nature is domesticated. Nevertheless, flourishing alliances between wild species and city-dwellers bear witness of a renewed vision of what ties us to the domestic and the wild, thereby bringing us to reinvent the city as ecological space. These socio-environmental communities create unprecedented immune systems in a world labeled as anthropocenic.

Nathalie Blanc est directrice de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique au LADYSS, CNRS. Pionnière de l’écocritique en France, elle a coordonné des programmes de recherche sur des domaines tels que  la nature dans la ville, l’esthétique environnementale et les mobilisations environnementales. Membre fondateur du portail français des Humanités Environnementales, elle a également été, de 2011 à 2015, la déléguée française du réseau de recherche européen COST « Investigating cultural sustainability » et est ensuite déléguée du programme européen COST sur les nouveaux matérialismes « How Matter Matters » (2016-2019) .

Elle a publié le livre Form, art, and environment: Engaging in Sustainability, aux éditions Routledge en 2016. Parmi ses autres publications choisies figurent: « Littérature et écologie. Vers une éco-poésie » avec T. Pughe et D. Chartier, dans Écologie et politique, Écoplasties. Art et Environnement Avec Julie Ramos, 2010, Manuella, Vers l’esthétique environnementale, 2008, Quae. 

Nathalie Blanc anime et coordonne un projet de LAB ArtSciences Le Laboratoire de la Culture Durable consacré successivement aux sols urbains de l’Anthropocène (SOLS FICTIONS) et à l’alimentation durable (LA TABLE ET LE TERRITOIRE) qui donne lieu à des expérimentations en matière d’écriture et d’exposition (Domaine de Chamarande, 2016 ; Ferme des Cultures du Monde, Saint-Denis).

Nathalie Blanc is the supervisor of the LADYSS at the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). As one of the pioneers of ecocriticism in France in the wake of French specialists of English studies, she has coordinated research programs in fields such as nature in cities, environmental aesthetics or environmental activism. She is one of the founding members of the French Portal for Environmental Humanities and has served, from 2011 to 2015, as French delegate for the European research network COST “Investigating cultural sustainability” before becoming a delegate for the European COST program on new materialisms “How Matter Matters” (2016-2019).

She is the author of Form, Art, and Environment: Engaging in Sustainability, published by Routledge in 2016. Among her other notable works are « Littérature et écologie: Vers une éco-poétique » co-authored with T. Pughe and D. Chartier, in Écologie et politique (2008); Écoplasties. Art et Environnement, with Julie Ramos, 2010, Manuella; and Vers l’esthétique environnementale, 2008, Quae.

N. Blanc runs and coordinates a LAB ArtSciences project : “Le Laboratoire de la Culture Durable” that has successively dealt with urban soils of the Anthropocene (SOLS FICTION), and a sustainable food project (LA TABLE ET LE TERRITOIRE) which has lead to experimentations in writing and exhibitions (Domaine de Chamarande, 2016; Ferme des Cultures du Monde, Saint-Denis).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search