Panel 10  Le Sauvage urbain en aménagement et urbanisme

Modératrice/Chair: Aurélie Delage, Université de Perpignan Via Domitia, France

> Sylvain Rode, Université de Perpignan Via Domitia, France : « Nature sauvage et aménagement urbain : vers un changement de paradigme ? »

> Anaïs Leger-Smith, École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse, France : « Le Paysage des écoquartiers, entre écologie de l’espace public et identité territoriale urbain-rural : écocritique du paysage de l’écoquartier Vidailhan à Balma, Toulouse »

> Simon Blanckaert, Université de Mons, Belgique / Belgium : « Comment les nouvelles pratiques de l’urbanisme temporaire réenchantent l’espace et créent des lieux de partage du vivant : le cas du Jardin d’expériences à Mons (BE). »

> Jean-Louis Yengué et Loïse Debarre, Université de Poitiers, France : « La place du végétal dans la fabrique de la ville : exemple de requalification du parvis Nord de la gare de Nantes »

Sylvain Rode

« Nature sauvage et aménagement urbain : vers un changement de paradigme ? »

« In the urban epoch more than ever we need creative urban design and planning that makes nature the centerpiece, not an afterthought. » Timothy Beatley, Biophilic Cities. Integrating Nature into Urban Design and Planning, 2011, p. 4

Si, pour certains, les citadins aspireraient « à renouer avec le ‘sauvage’ » (Audouy, Péna, 2012, p. 102), qu’en est-il des acteurs des projets d’aménagement urbain, qui commandent, conçoivent et réalisent ces projets ? De fait, les projets d’aménagement urbain ne manquent pas qui s’efforcent de mieux intégrer la nature, la biodiversité, et les affichent comme centrales. Mais de nombreux travaux ont montré que cette place donnée à la nature dans l’aménagement tenait souvent plus du verdissement visant à créer un  décor (Arrif  et  al., 2011 ; Donadieu, 2013 ; Wintz, 2015), voire de la « verdolâtrie » (Roger, 1997), que d’un souci réel pour un fonctionnement plus écologique des espaces urbains. Pourtant, au-delà de tels cas (fréquents il est vrai !) d’instrumentalisation de la nature à des fins d’image et de marketing (Rode, 2017 et 2018), l’aménagement et ses professionnels peuvent parfois (de plus en plus souvent ?) porter une réelle attention à la nature et à ses équilibres, contribuant ainsi à une meilleure intégration de la nature sauvage au sein des projets d’aménagement urbain et, in fine, à une meilleure conciliation entre aménagement et environnement. Quels sont les discours des professionnels de l’aménagement à cet égard ? Quelles sont leurs postures, leurs visions, leurs pratiques ?

L’analyse de leurs visions (via leurs discours, leurs productions graphiques et leurs réalisations) permet de mieux comprendre les avancées et les freins pour une meilleure prise en compte des éléments naturels dans les projets d’aménagement urbain. Cette analyse permet également de cerner un phénomène émergent, partiel encore mais qui constitue probablement un mouvement de fond amené à prendre de l’importance à l’avenir : l’accent mis au sein de certains projets d’aménagement urbain sur un fonctionnement plus écologique des espaces aménagés. Pour cela, un certain nombre d’acteurs « classiques » des projets d’aménagement urbain (architectes, paysagistes) adoptent des postures et des discours renouvelés (au moins partiellement), et de nouveaux acteurs spécialisés (bureaux d’études ou consultants en écologie, entreprises de travaux publics spécialisées dans le génie environnemental, etc.) voient leur place et leur rôle s’accroître au sein de ces projets, contribuant ainsi à une meilleure prise en compte des enjeux et équilibres environnementaux dans les projets d’aménagement urbain.

Cette communication examine donc, grâce à des méthodes qualitatives (entretiens semi-directifs avec les acteurs de divers projets d’aménagement urbain, analyse de productions iconographiques visant à donner à voir et présenter des projets), les changements de représentations et de modes d’action concernant la place de la nature sauvage dans le domaine de l’aménagement urbain. Elle pose ainsi la question d’un changement de paradigme dans l’articulation des enjeux d’aménagement et d’environnement.

Sylvain Rode est maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme à l’Université de Perpignan Via Domitia et membre de l’UMR 5281 ART-Dev. Il est responsable du master “Urbanisme, Habitat, Aménagement”. Ses travaux de recherche portent sur la prise en compte du risque d’inondation et de l’eau en aménagement (urbanisme résilient, reconquête et revalorisation des cours d’eau dans les projets de territoire et les projets d’aménagement urbain). Il est ainsi amené à interroger les relations entre aménagement et environnement, la manière dont les différents acteurs de l’aménagement se représentent et intègrent (ou non) les considérations environnementales. Ses dernières publications sur ces thèmes sont les suivantes : « Entretenir la mémoire des inondations via les repères de crue ? », Développement durable et territoires ; « L’Imaginaire de la nature végétale dans l’aménagement urbain : entre instrumentalisation, nouveautés et continuités », Crossways Journal ; « Les Transactions entre la ville et l’inondation pour un urbanisme plus résilient », La Houille Blanche.

Anaïs Leger-Smith

« Le Paysage des écoquartiers, entre écologie de l’espace public et identité territoriale urbain-rural Eco-critique du paysage de l’écoquartier Vidailhan à Balma, Toulouse »

Le programme national écoquartier encourage les concepteurs du paysage à explorer les bonnes pratiques recommandées dans la littérature (About-De-Chastenet et al., 2016), notamment par le Landscape Urbanism (Corner, 2004; Waldheim, 2016), qui s’inspire de la notion d’urbanisme de révélation (Fromonot, 2011), de territoire comme palimpseste (Corboz & Marot, 2001) et de l’approche sédimentaire pour révéler la mémoire des lieux (Marot, 2003). L’amplification géographique (Desvigne, 2009) s’appuie sur des éléments de la géographie préexistante pour dessiner le paysage proposé.  Le plan de paysage, amené immanquablement à évoluer dans le temps, préfigure des usages et active le futur espace en gestation. Dans les écoquartiers, les pratiques de la conception urbaine écologique sont omniprésentes, telles que les systèmes de gestion différenciée et de traitement durable des eaux sur site. La mixité sociale est aussi un des aspects essentiels. Dans l’écoquartier Vidailhan à Toulouse, ces bonnes pratiques permettent la construction d’une identité paysagère urbaine-rurale propre au territoire et respectueuse du lieu, ce qui pourrait bien définir un précédent pour le développement métropolitain en cours. 

Ces discours résultent du tournant paradigmatique vers une pensée écosystémique qui aurait pris le dessus dans les discours paysagistes au cours des années 2000. Or dans un espace sud européen où la figure de l’espace public minéral formel domine, tout aussi bien que la profession de l’architecte-urbaniste pour sa conception, les écoquartiers sont des poches d’expérimentation pour les paysagistes, invitant au dialogue entre biens communs écologiques et biens communs anthropocentrés, vers la notion de « biens communs écopaysagers hybrides » (Donadieu, 2012). L’exemple des écoquartiers est intéressant car il suggère, dans un contexte local d’une profession pionnière en développement, un glissement nécessaire des discours paysagistes depuis une lecture scientifique du territoire et une approche techno-managériale (DeBlock, Lehrer, Danneels, & Notteboom, 2018) vers la conception d’une certaine urbanité (les fonctions et formes urbaines, la mixité sociale…), pour aller vers une écologie de la place publique démocratique (Zask, 2018).

Tout cela concerne aussi une limite fine à explorer entre le contexte global, le phénomène de métropolisation et la culture locale. La mise en place d’une image partagée paysagère post-métropolitaine à Toulouse implique le glissement d’un discours globalisé vers l’incorporation des particularités locales, des racines rurales, du passé agricole (sans pour autant tomber dans le régionalisme), et d’autre part des particularités métropolitaines pré-existantes (DeMarco, 2015). Cela passe par la mise en place d’une nouvelle catégorie d’espaces, ni urbains ni ruraux, décrits par (Buscemi, 2014) comme « un paysage stratifié de processus physiques, sociaux, culturels et mentaux qui ensemble créent un territoire spécifique et participent de la relation éthique et épistémologique entre l’homme et la nature ». Peut-on se référer à l’école territorialiste italienne qui conçoit la planification paysagère comme mode de co-production du territoire (Magnaghi, 2014) ? et la définition du « géosystème » de l’école de paysage de Toulouse comme un concept permettant d’analyser les combinaisons dynamiques de facteurs biotiques, abiotiques et anthropiques associés à un territoire (Beroutchachvili & Rougerie, 1991; Bertrand & Bertrand, 2002) ?

Il s’agit ici d’observer dans le contexte toulousain l’évolution des pratiques des paysagistes dans les écoquartiers vers une pratique plus urbanistique et leur contribution à une image partagée paysagère, entre ruralité et métropolisation.

Anaïs Leger-Smith est ingénieur paysagiste, docteure en aménagement et urbanisme, maitre de conférences associée en Ville et Territoires à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse et chercheuse associée au laboratoire de recherche en architecture (Université Fédérale de Toulouse). Elle a soutenu en 2014 une thèse intitulée « Évolution des pratiques des paysagistes face aux enjeux écologiques de la conception urbaine ». Elle développe des recherches sur la théorie du projet de paysage, la conception urbaine écologique, la critique en paysage, l’urbanisme participatif et les imaginaires paysagers. Elle a aussi pratiqué le métier en agence de paysage, en France et pendant plusieurs années au Royaume-Uni. Elle intègre dans son travail des perspectives internationales, notamment reliées à son expérience britannique.

Simon Blanckaert

« Comment les nouvelles pratiques de l’urbanisme temporaire réenchantent l’espace et créent des lieux de partage du vivant : le cas du Jardin d’expériences à Mons (Be) »

Dans le cadre du colloque, je souhaite introduire une communication sur le rôle de la construction temporaire et du végétal dans une approche pédagogique de la réappropriation d’espaces publics, notamment à travers le cas du projet « Jardin d’expériences » à l’Université de Mons. Dans son ensemble, la proposition tentera d’expliquer les méandres du processus de la fabrication de la ville (nature, culture, visions) dans une nouvelle occupation temporaire de l’espace, d’initiative pédagogique et au profit de la qualité de vie.

Dans une première partie, j’exposerai l’espace qui a fait l’objet du projet. Situé dans la deuxième couronne montoise, c’est un espace dans un entre-deux (temporel, structurel et spatial) que l’on peut qualifier de « stérile », en attente… C’est un espace ouvert engazonné et tondu régulièrement, de propriété privée mais d’usage public qui a une simple logique fonctionnelle de « passage » et de « contrôle » des populations. Il a été donné en mars 2018 une opportunité d’en (re)créer un lieu à travers une expérience pédagogique sous forme de chantier in-situ.

Dans une deuxième partie, j’aborderai le projet « Jardin d’expériences », projet pédagogique à destination d’étudiants architectes qui questionne et propose une réflexion sur l’évolution de la spatialité du paysage et de la nature à travers un projet d’occupation temporaire. Je détaillerai notamment le process « design and build » à travers quatre étapes du projet : la semaine de conception, les récoltes, le totem, la semaine de chantier.

Dans un troisième temps, la communication s’attardera à détailler les trois temps du projet (action, abandon, réaction) et leur impact sur la transformation de l’espace en lieu. Nous partirons d’une première observation et des constats très rapides d’appropriation par la « faune locale » qui y trouve refuge et continuerons jusqu’à la création et l’évolution d’un nouveau paysage et de nouvelles envies de transmettre, notamment à travers la création d’un relai enfants et habitants.

Pour finir, la proposition se fera critique sur les difficultés à faire cohabiter deux visions sur l’occupation des entre-deux : d’un côté la vision mono-fonctionnaliste et réglée des espaces ouverts en ville par les gestionnaires et de l’autre une tentative de faire changer la pratique de l’espace et la vision de la nature à travers la création d’un nouveau lieu.

Simon Blanckaert est paysagiste DPLG. Il est depuis 2013 enseignant (cours ex-cathedra et ateliers de projets) à la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de Mons (Belgique) et depuis 2017 chercheur doctorant en art de bâtir et urbanisme (dont le sujet est axé sur l’influence des projets d’échelle locale en rapport à la planification d’échelle territoriale à travers les espaces « entre-deux »). Également indépendant, il est à l’origine de la création du collectif OUT (Opportunities for Urban Territories) qui tend à faire bouger les entre-deux structurels, spatiaux et temporels. Il anime également au sein de l’association « le centre du paysage » l’axe « académie du paysage » en Wallonie.

Jean-Louis Yengué et Loïse Debarre

« La Place du végétal dans la fabrique de la ville. Exemple de la requalification du parvis Nord de la gare de Nantes »

La reconsidération de la nature dans l’aménagement et le développement urbain est un thème particulièrement fécond dans la littérature scientifique tant la ville durable représente une utopie généralisée : la « quête d’un nouvel équilibre social, centré sur une vie tournée vers le noyau familial, plus proche de la nature tout en bénéficiant des avantages économiques liés à une bonne accessibilité aux centres urbains » (Bailly, Bourdeau-Lepage, 2011). Devant l’appauvrissement continue de la biodiversité au cours des dernières décennies, la protection des habitats naturels, des espèces, la demande d’un développement durable est devenue des priorités pour la plupart des grandes villes des pays développés. Aujourd’hui, on cherche à maintenir une trame verte et bleue, à recréer des formes de continuités écologiques comme des corridors entre les différentes espèces et les habitats naturels, on s’appuie sur la théorie de la résilience pour la prise en compte des risques et des processus écologiques dans les politiques publiques, on fait revenir une biodiversité en milieu urbain car elle constitue une solution face au changement climatique. Mais la réhabilitation de cette nature et la prise en compte de la biodiversité annoncent-elles de nouveaux paradigmes susceptibles de changer les façons de gérer les villes ? À travers le projet de requalification du parvis Nord de la gare de Nantes et sa liaison avec le Jardin des Plantes, nous avons étudié les enjeux de l’instrumentalisation de la nature en ville et les formes de gestion associées. Nous montrerons dans cette communication comment, en donnant un nouvel usage et de nouvelles fonctionnalités à cet espace, la place de la nature se doit d’évoluer au même rythme que les pratiques sociales et spatiales des habitants et des usagers. 

En ville, le désir de nature et son expression spatiale expliquent les transformations du lien entre l’urbain et le rural. Pour prendre en considération à la fois le besoin de nature et le désir d’urbanité des individus et repenser le processus d’urbanisation, il devient essentiel d’imaginer, à travers une véritable gouvernance d’ensemble, des mesures urbanistiques et architecturales qui améliorent la qualité de vie en ville, dans l’objectif de susciter de nouveaux comportements en matière de consommation d’espace. Favoriser le développement d’espaces verts qui remplissent de multiples fonctions en ville, en appliquant une gestion différenciée de ces espaces verts tout en mettant en place de nouvelles formes de gestion de l’espace urbain public apparaissent alors comme des solutions durables afin de lutter contre l’étalement urbain et densifier le centre des villes.

Loïse Debarre est étudiante en M2 géographie aménagement, environnement et développement, parcours Transitions Environnementales et Sociétales à l’Université de Poitiers. Elle a réalisé un master 1 sur la requalification du parvis Nord de la gare de Nantes et sa liaison avec le Jardin des Plantes.

Jean Louis Yengué est professeur de géographie à l’Université de Poitiers, rattaché au laboratoire RURALITES. Il travaille sur les relations entre l’homme et le végétal en mettant un focus sur les services écosystémiques des espaces verts urbains.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search