Atelier parallèle / Parallel Session : Panel 14

Vers un réensauvagement de nos villes : écopoétique de l’envahissement des ruines et récits post-apocalyptiques

Modératrice/Chair: Claire Perrin, Université de Perpignan Via Domitia, France

> Benoît Quinquis, Université de Bretagne Occidentale, France : « Le Sauvage urbain dans Le Premier Homme d’Albert Camus »

> Marianne Celka, Université Paul-Valéry, Montpellier, France : « L’Envahissement végétal et animal comme futur désirable »

> Marinella Termite, Université de Bari, Italie / Italy : « Les Éco-réseaux scripturaux : la nature en ville de Jean Rolin à Xabi Molia »

Benoît Quinquis

« Le Sauvage urbain dans Le Premier Homme d’Albert Camus. »

Bien avant que les questions écologiques ne deviennent aussi pressantes qu’aujourd’hui, Albert Camus écrivait déjà dans ses Carnets que l’homme moderne, en se parquant dans les grandes villes, avait « amputé le monde de sa vérité, de ce qui fait sa permanence et son équilibre » : il n’y a donc rien d’étonnant à ce que l’interpénétration de la ville et de la nature soit envisagée comme un antidote envisageable à ce « mal du siècle ». Il serait tentant d’évoquer ici les ruines romaines de Tipasa dont l’écrivain a tant parlé mais ce paysage est significatif d’une victoire de la nature sur la ville plutôt que de leur cohabitation pacifique que l’on retrouve plutôt dans Le Premier Homme. Dans ce roman autobiographique inachevé, l’auteur se livre sur son enfance algérienne qui fut citadine mais ne fut pas coupée de tout contact avec la nature : au contraire, les quartiers populaires d’Algérie semblent impuissants face aux plantes invasives, mais cette présence du « sauvage urbain » n’est cependant pas présentée comme une malédiction par l’écrivain. Bien au contraire, la ville d’Algérie telle que l’a connue Camus, dominée par la poussière et une vivacité désordonnée, s’oppose radicalement à l’ordre et à la propreté mortifères qui semblent régner à New York, qu’il visita en 1946. Cela n’est pas anodin : Camus écrit Le Premier Homme à une époque où l’urbanisation, qui a été ensuite dénoncée comme outrancière, suscite espoir et enthousiasme dans une Europe encore marquée par les destructions de la seconde guerre mondiale ; sans pour autant se laisser aller à la nostalgie, l’écrivain n’en « réenchante » pas moins un sauvage urbain que l’on cherche alors à éliminer, non seulement parce qu’il y voit un remède à l’hybris du monde moderne mais aussi parce qu’il a conscience que son élimination ne saurait être qu’illusoire.

Benoît Quinquis est docteur en philosophie antique (promotion 2015 de l’Université de Bretagne Occidentale). Il est également l’auteur d’ouvrages et d’articles sur des auteurs contemporains, dont Albert Camus, et mène parallèlement une carrière artistique sous le pseudonyme de Blequin.  

Marianne Celka

« L’Envahissement végétal et animal comme futur désirable »

Le « retour du sauvage » se présente comme un élément constitutif de l’imaginaire de l’urbanité contemporaine. Un imaginaire de la concaténation des espaces, entre l’urbain et le rural, le culturel et le naturel qui suggère de nouvelles formes de l’habité. Les œuvres de science-fiction de la fin du XXe, début du XXIe siècle en témoignent. Au prisme d’une sociologie compréhensive, ces productions culturelles peuvent être appréciées comme des réservoirs d’images et de sens susceptibles de traduire une sensibilité collective. Le rapport aux environnements (techniques et sociaux), à l’architecture et à la nature y sont mobilisés à l’intérieur de trames narratives qui se déploient sur différents médias : littérature, cinéma, jeu-vidéo. Les romans de James Graham Ballard par exemple (Appareil volant à basse altitude, Hello America !) dévoilent la complexité des rapports qui se tissent entre les hommes et les environnements urbains « ré-ensauvagés ». D’autres fictions nous interpellent encore (notamment dans le cadre de récits « post-apo » : The Last Of Us, I Am Legend, etc.) dans la mesure où elles tentent de saisir l’ambiance de ces villes « assaillies » par l’extrahumain. Depuis les murs végétalisés jusqu’au projet des « Milles arbres » de l’architecte Sou Fujimoto pour la ville de Paris, l’expérience urbaine concrétise, dans le pragmatisme du réel, ce qui s’apparente à une sorte d’obsession sociale et architecturale pour l’organique, le sauvage, l’animal et le végétal. Nous souhaiterions proposer une intervention qui permette de saisir les grandes lignes de cet imaginaire en tant que tentative de réenchantement de l’urbain. Nous souhaiterions ainsi dresser le portrait idéal de l’ensevelissement des villes par le végétal et l’animal à partir de matériaux science-fictionnels et montrer dans quelle mesure il motive l’expérience contemporaine de l’urbanité.

Marianne Celka est docteure en sociologie, enseignante-chercheuse à l’Université Paul-Valéry et membre du LERSEM/IRSA. Elle est également l’auteure de Vegan Order, des éco-warriors au business de la radicalité (2018), et la co-organisatrice du séminaire annuel « Métropole Sensible » avec Fabio La Rocca (UPVM).

Marinella Termite

« Les Éco-réseaux scripturaux : la nature en ville de Lean Rolin à Xabi Molia »

La ville est de plus en plus un atelier controversé du vivant à cause des tensions qui la traversent et qui retravaillent ses conditions ontologiques. Les matériaux qui la composent et les formes d’interaction qui l’animent composent un écosystème à la recherche de nouveaux équilibres. Certes, si l’urbain, porteur d’humain, doit faire face aux règnes naturels (animal, végétal, minéral) et à leurs écarts en tant que ressources du tri, les transformations de l’environnement mettent à l’épreuve la notion de biomimésis et ses atouts scripturaux. C’est dans ce cadre que l’évocation des apocalypses, l’exploitation des dystopies dans les imaginaires contemporains, non seulement de science-fiction, se proposent comme des chantiers pour interroger le profil problématique de l’espace urbain actuel. Par exemple, des mauvaises herbes de Ruines-de-Rome (Verticales, 2002) de Pierre Senges et de son projet d’une ville de sable avec Patrice Killoffer dans Géométrie dans la poussière (Verticales, 2014) aux choix citadins de Patrick Modiano ou de Jean Echenoz une approche végétalisante finit par s’imposer. De même, les cités végétales de Luc Schuiten confirment également cette tendance au niveau architectural. Par conséquent, la présence des plantes et des arbres ne témoigne pas seulement d’un décor varié mais leurs anomalies et leurs incohérences favorisent l’installation du sauvage là où il ne devrait pas exister. C’est ainsi que l’écriture se fait porteuse d’un éco-réseau capable de tisser les différents mécanismes d’interaction parmi les différents acteurs biologiques. Sans négliger l’attention portée par d’autres sciences à ce sujet (de l’architecture aux neurosciences, à la botanique, à la zoologie), cette étude vise alors à analyser comment les imaginaires urbains de Jean Rolin (par exemple, Paris dans La Clôture, P.O.L, 2001) ou de Xabi Molia (notamment Paris dans Avant de disparaître, Seuil, 2011) explorent et exploitent ces symbioses scripturales. Sensibles au réel et aux dérives du visionnaire, les univers romanesques de ces deux auteurs, avec leurs analogies et leurs différences, mettent à l’épreuve les ressources des règnes naturels pour configurer le sauvage. L’impact de l’écriture avec cette condition biomimétique, désormais incontournable pour dire la ville aujourd’hui, constitue un défi à approfondir afin de faire ressortir et questionner la spécificité et les enjeux de la « parole sauvage » dans un espace qui lui est incongru. 

Marinella Termite est professore associato (maître de conférences) en littérature française au département de lettres langues arts de l’Université de Bari, où elle fait partie du groupe de recherche sur l’extrême contemporain. Au-delà d’articles sur des aspects de la production actuelle (comme la deuxième personne, les formes de l’ailleurs et du déracinement, l’e-kraa créole, les premiers romans, les bestiaires, l’imaginaire végétal) et sur des auteurs tels que Pierre Bergounioux, Arno Bertina, Emmanuel Carrère, Patrick Chamoiseau, Sylvie Germain, Régis Jauffret, Richard Millet, Marie NDiaye, Marie Nimier, Amélie Nothomb, Pierre Senges, Jean-Philippe Toussaint, Bertrand Visage, elle a, entre autres, publié les volumes L’Écriture à la deuxième personne. La voix ataraxique de Jean-Marie Laclavetine. Préface de Marie Thérèse Jacquet (Berne, Peter Lang, 2002), Vers la dernière ligne. Préface de Marie Thérèse Jacquet (Bari, B.A. Graphis, coll. « Margini critici/Marges critiques », 2006) et Le Sentiment végétal. Feuillages d’extrême contemporain. Préface de Marie Thérèse Jacquet (Macerata, Quodlibet, coll. « Ultracontemporanea », 2014).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search