Panel 20 :

Écopoétique française d’un réenchantement végétal à travers les jardins et les ruines chez Hugo et Gracq

Modérateur/Chair: Daniel Finch-Race, University of Bristol, Grande Bretagne / United Kingdom

> Isabelle Camille Deschamps Vierø, Université Bordeaux-Montaigne, France : « Le Jardin dans Les Misérables de Victor Hugo. »

> Sébastien Baudoin, Lycée Victor Hugo, Paris (CPGE), France : « Le Sauvage et l’artifice : le motif de la ville ensauvagée dans les récits de Julien Gracq. »

Camille Deschamps Vierø

« Le Jardin dans Les Misérables de Victor Hugo »

Étudiée depuis un angle littéraire, la problématique du réenchantement du rapport entre l’humain et le non-humain en milieu urbain nous évoque les jardins de villes. Ces jardins sont des lieux fermés, domestiqués par l’homme, où « se recompose l’articulation fondamentale dans notre imaginaire entre nature et culture ». Cependant, si telle est la vision communément admise des jardins urbains, un lieu anthropocentré fonctionnant par et pour l’humain, il accède à une dimension toute autre dans Les Misérables de Victor Hugo.

Il nous semble particulièrement intéressant d’effectuer une relecture écopoétique des Misérables en nous concentrant sur les jardins qui parsèment le texte. En effet, dans ce chef d’œuvre de la misère urbaine, la nature des jardins est non seulement perçue comme le point de départ d’une réflexion sur le rapport entretenu entre la nature et l’homme, mais également l’espace où humains et non-humains se spiritualisent. Dans ces jardins, la nature permet aux humains de penser et comprendre à la fois l’unité du monde et la manière dont sa nécessaire harmonie, produite par « […] un mélange paradoxal d’unité́ et de diversité » permet de toucher à l’infini et au cosmos.

Alors que le texte multiplie les lieux géographiques, il semble que les nœuds du récit se nouent et se dénouent au sein ou à la lisière de jardins. Ces derniers fonctionnent de manière ambivalente avec les personnages, se détachent des archétypes littéraires et classiques et la nature s’y exprime librement, sans toujours donner l’impression d’être contenue ou maîtrisée. Ainsi, des basculements s’opèrent, les humains se retrouvant maîtrisés et dominés par les saisons et la nature urbaine avec laquelle ils vivent.

De plus, la manière kaléidoscopique dont Hugo écrit la nature participe à l’enchantement qui entoure et constitue les scènes rattachées aux jardins. Invariablement, des scènes de méditation, d’amour, de communion, doublent l’embellissement du jardin par les mains du jardinier ou la force des saisons, d’une sublimation de l’âme par la compréhension de son appartenance au cosmos.

Notre communication étudierait ainsi les interactions entre humains et non-humains au sein des jardins des Misérables et viserait à montrer que ce lieu urbain hautement significatif du lien entretenu entre la nature et la culture est l’élément central qui enchante Les Misérables pour en faire le roman de l’infini.

Camille Deschamps Vierø a effectué un master de recherche en littérature comparée portant sur la perception naturelle du temps et du lieu en littérature et plus particulièrement sur le rôle qu’y jouent les saisons. Elle est désormais inscrite en deuxième année de doctorat à L’École Doctorale Montaigne Humanités. Ses travaux portent sur l’écriture diariste du temps et l’évolution de la pensée écologique dans les littératures scandinave, anglophone, française et allemande.

Sébastien Baudoin

« Le Sauvage et l’artifice : le motif de la ville ensauvagée dans les récits de Julien Gracq »

Dans ses romans, Julien Gracq manifeste une prédilection pour les ruines conquises par la végétation, au point de se livrer à une méditation profonde sur la manière dont la nature redynamise ces espaces abandonnés pour leur donner une nouvelle vie. Ainsi, que ce soit les « ruines de Sagra » dans Le Rivage des Syrtes ou le paysage de la « chapelle des abîmes » dans Au château d’Argol, Gracq décrit des tableaux singulièrement saisissants en ce qu’ils inversent les attentes : il s’agit moins de montrer comment des édifices sont colonisés par la nature que d’illustrer la manière dont la végétation vient compléter la ville ou le monument conquis pour lui donner un surcroît de puissance perdue. C’est cette nouvelle dynamique que nous aimerions explorer en ce qu’elle procède de la création d’une nature-lieu, mi-urbaine mi-végétale qui n’est pas sans lien avec la fascination poétique que l’on ressent à la lecture des récits gracquiens.

Sébastien Baudoin est professeur en classes préparatoires aux grandes écoles, docteur-ès-Lettres, agrégé de lettres modernes et rattaché au CELIS (Clermont-Ferrand II). Il est spécialiste de Chateaubriand et a écrit une thèse portant sur le paysage chez cet auteur (Poétique du paysage dans l’œuvre de Chateaubriand, Paris, Classiques Garnier, 2011). Il a également travaillé sur les œuvres de Julien Gracq : « Fascination et métamorphoses de la route : le point de vue du promeneur dans Les Terres du Couchant de Julien Gracq », in Travaux de Littérature, vol. XXVIII. Écrire la promenade, sous la direction de Philippe Antoine, Genève, Droz, 2015, et « Le Paysage en marche : détours et méandres de la révélation dans quelques récits de voyages de Julien Gracq », participation au séminaire « L’Idée de révélation comme lieu commun du voyage », dirigé par Philippe Antoine, équipe « Lumières et Romantismes du CÉLIS, Maison des Sciences de l’Homme, Clermont-Ferrand, le 9 février 2011). Il prépare actuellement un livre sur Julien Gracq lecteur de Chateaubriand. Il s’intéresse beaucoup à la question de l’ensauvagement, du rapport entre le végétal et l’urbain dans la littérature.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search