Séance plénière du 13 juin 2019 / Keynote Session of June 13th, 2019

Serenella Iovino, Université de Caroline du Nord / University of North Carolina, USA: “The Invisible Wild. Dilemmas and Resources of the Anthropocene Gardens”

Modératrice/Chair: Karen Houle, Université de Guelph, Canada


Serenella Iovino, Univ. de Turin, Italie, spécialiste d’écophilosophie, des nouveaux matérialismes et des humanités environnementales

University of Torino, Italy. Ecophilosopher, New Materialism and Environmental Humanities expert

https://romancestudies.unc.edu/people/faculty/serenella-iovino/

« Le Sauvage invisible : Dilemmes et ressources des jardins dans l’Anthropocène »

Offrant depuis des millénaires un moyen de préserver la nature d’un chaos toujours imminent, les jardins jouent un rôle clef dans la stratégie de survie qu’offrent l’art et la culture à « l’ère de l’humain ». Néanmoins, toutes ces stratégies ne sont pas égales : certaines cachent en réalité des formes de sauvage enracinées dans des systèmes d’oppression sociale, d’exploitation des ressources et de perturbations des cycles planétaires.

Pour cette conférence, le jardin servira de prisme à travers lequel analyser l’impact de formes anciennes et nouvelles d’esthétisation de la nature sur la géologie de notre planète. En me focalisant sur la signification du « sauvage » dans l’Anthropocène, comparable à un jardin planétaire déchaîné, j’envisagerai comment les jardins peuvent devenir des moyens concrêts de « réassembler le social » à travers des formes natureculturelles d’art et de politique, se transformant à la fois en lieux et en métaphores de résistance. Mes études de cas porteront sur l’installation artistique de réalité augmentée Gardens of the Anthropocene, de l’artiste nippo-américain Tamiko Thiel, les jardins japonais décrits par Italo Calvino dans son livre Collection de sable, et le Parco Arte Vivente de Turin créé par Piereo Gilardi en 2006.

“The Invisible Wild. Dilemmas and Resources of the Anthropocene Gardens”

For millennia a way to redeem nature from its ever-impending chaos, gardens play a key role in the survival strategy that art and culture can offer during the “age of the human.” Yet, not all these strategies are the same: some of them, in fact, conceal forms of wildness that are rooted in systems of social oppression, resource exploitation, and the disruption of planetary cycles.

In this lecture, I will use the garden as a lens to analyze the impact of old and new forms of aestheticization of nature on the geology of our planet. By focusing on what “wildness” means in the Anthropocene—itself comparable to a planetary garden gone wild—I will question how gardens can indeed become means for “reassembling the social” through naturalcultural forms of art and politics, becoming at once sites and metaphors of resistance.

My cases in point will be the augmented reality art installation Gardens of the Anthropocene by the Japanese-American artist Tamiko Thiel, the Japanese gardens described by Italo Calvino in his Collection of Sand, and, finally, the Parco Arte Vivente in Turin, created by Piero Gilardi in 2006.

Serenella Iovino est professeure d’études italiennes et d’humanités environnementales à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Chargée de recherche pour la Fondation Alexander-von-Humboldt et pour le Rachel Carson Center for Environment and Society, elle est l’une des membres fondateurs et la troisième présidente de EASLCE.

Serenella a publié dans des domaines aussi variés que l’éthique environnementale, la théorie écocritique, le biorégionalisme et les études géographiques, l’écoféminisme et le posthumanisme ou encore la littérature comparée et les humanités environnementales. Parmi ses publications récentes, on retrouve Material Ecocriticism (2014), Environmental Humanities: Voices from the Anthropocene (2017), tous deux co-édités avec Serpil Oppermann, ainsi que Italy and the Environmental Humanities: Landscapes, Natures, Ecologies (University of Virginia Press, 2018, en co-édition avec Enrico Cesaretti et Elena Past). Sa dernière monographie, Ecocriticism and Italy: Ecology, Resistance and Liberation (Bloomsbury, 2016) a obtenu le Prix du Livre de l’Association Américaine des Etudes Italiennes ainsi que le Prix MLA Aldo et Jeanne Scaglione pour les études italiennes.

Serenella Iovino is professor of Italian studies and environmental humanities at the University of North Carolina at Chapel Hill. A research fellow of the Alexander-von-Humboldt Foundation and the Rachel Carson Center for Environment and Society, she has been a founding member and the third President of EASLCE.

Serenella has written on a wide range of topics, including environmental ethics and ecocritical theory, bioregionalism and landscape studies, ecofeminism and posthumanism, comparative literature and environmental humanities. Her recent publications include Material Ecocriticism (2014), Environmental Humanities: Voices from the Anthropocene (2017, both co-edited with Serpil Oppermann), and Italy and the Environmental Humanities: Landscapes, Natures, Ecologies (University of Virginia Press, 2018, co-ed. with Enrico Cesaretti and Elena Past). Her last monograph, Ecocriticism and Italy: Ecology, Resistance, and Liberation (Bloomsbury, 2016) was awarded the Book Prize of the American Association for Italian Studies and the MLA’s Aldo and Jeanne Scaglione Prize for Italian Studies.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search