Panel 27 :

Arts de la rue et de l’architecture : le réenchantement des villes par le biomimétisme et l’écopoétique urbaine

Modérateur/Chair: Jean-Louis Olive, Université de Perpignan Via Domitia, France

> Marie-Pierre Ramouche, Université de Perpignan Via Domitia, France : « Le Sauvage dans le street art, ou comment une artiste colombienne réenchante les jungles urbaines.»

> Edwige Fusaro, Université de Côté d’Azur, France : «  Street art, art sauvage en Italie.»

> Manuel Bello Marcano, École Nationale d’Architecture de St-Etienne, France : « De l’expressivité des mondes : la pensée architecturale comme clé pour la construction des significations partagées. »

Marie-Pierre Ramouche

« Le Sauvage dans le street art, ou comment une artiste colombienne réenchante les jungles urbaines »

Une grande partie des œuvres de la graffeuse colombienne Bastardilla sont situées sur les murs des grandes mégalopoles latino-américaines, véritables jungles urbaines nées de l’urbanisation massive, incontrôlée, désordonnée, en un mot sauvage, qui a caractérisé l’explosion urbaine en Amérique-Latine depuis la moitié du XXe siècle. Or, dans ces jungles de béton, les œuvres vandales, illégales, rebelles, en un mot ici aussi, sauvages, d’artistes urbains tels que Bastardilla, peuvent faire l’effet de petits oasis d’humanité qui insufflent un peu de couleurs et d’âme au milieu de la grisaille et des voitures.

C’est très certainement le cas des œuvres de Bastardilla dans lesquelles se dessine une humanité reconnectée à la nature, à l’animal, au végétal, au minéral, au travers d’êtres harmonieusement hybrides dont la douceur et la force réenchantent l’univers urbain.

Marie-Pierre Ramouche  est MCF au département d’études hispaniques de l’Université de Perpignan Via Domitia et membre du CRESEM. Elle travaille sur l’image (peinture murale, cinéma) et ses rapports à l’histoire et au pouvoir dans le Mexique du XXe et XXIe siècle.

Edwige Fusaro

« Street art, art sauvage en Italie »

Gorilles, renards, félins figurent en bonne place de l’imagerie du street art, à l’instar des microbes et des herbes folles, comme pour rappeler à l’homo urbanus que la nature sauvage est bien là, sous le béton armé, et qu’elle prendra peut-être sa revanche : « laugh now, but one day we’ll be in charge » nous dit le singe d’un célèbre pochoir de Banksy. Néanmoins, le mouvement (car j’entends par « street art » le mouvement artistique dont les œuvres sont réalisées dans l’espace public (essentiellement urbain) sans autorisation ni commande préalable) relève du sauvage urbain non seulement par ses thématiques animalières et végétales, mais aussi par ses caractéristiques formelles et performatives, du point de vue esthétique, donc, et dans sa démarche, sur le plan politique et philosophique.

Au niveau esthétique, les street artistes, qui se réclament de l’héritage du graffiti writing et d’une pratique néo-primitive, se réfèrent plus volontiers à la nature qu’à la culture, si par « nature » on entend la spontanéité du geste créatif non ou peu filtré par les codes, savoirs et savoir-faire de la culture, même s’il s’agit souvent d’un leurre, cette esthétique étant largement devenue kitsch (songeons aux coulures volontaires, par exemple).

Au niveau politique, le street art procède d’une vision foncièrement participative et horizontale de l’espace public urbain, puisqu’il conteste l’exclusivité du droit à la visibilité dont y jouissent la publicité marchande, le pouvoir politique et l’art institutionnel, renouant ainsi avec une approche de l’espace communautaire beaucoup plus immédiate, intuitive, sauvage, que celle qui est la nôtre, pyramidale et organisée.

Au niveau philosophique, enfin, il participe intrinsèquement d’une vision pragmatique et sensorielle de la vie, plus proche de l’état de nature que des sociétés patrimonialisées, puisqu’il porte dans ses formes mêmes la caducité et la vulnérabilité de la vie sauvage, rejetant souvent non seulement la mommification muséale, mais aussi, plus fondamentalement encore, l’illusion de la conservation.

La communication abordera ces quatre aspects (thématique, esthétique, politique et philosophique) en se fondant sur le cas spécifique de l’iconographie street artistique italienne, non sans quelques échappées comparatives sur les autres scènes européennes du mouvement.

Edwige Fusaro est agrégée d’italien et maître de conférences habilitée à diriger des recherches en études italiennes à l’Université Côte d’Azur. Elle a fondé le Nice Street Art Project (http://nicestreetartproject.fr) et mène des recherches sur le street art parallèlement à ses recherches de spécialité sur la littérature et la culture italiennes des XIXe-XXe siècles (trois livres publiés en langue italienne). Elle prépare un livre sur le street art en Italie, à paraître en langue anglaise en 2019.

Manuel Bello Marcano

« De l‘expressivité des mondes : la pensée architecturale comme clé pour la construction des significations partagées »

Traditionnellement l’architecture est considérée comme une discipline qui a cherché à ôter l’étrangeté du monde pour nous faire sentir moins étranger. En domptant la nature par la connaissance architecturale, nous avons rendu ce monde plus humain et familier. Mais la familiarité du monde humain dans lequel nous vivons aujourd’hui témoigne d’une disproportion et d’un enjeu écologique majeur. Qu’est-ce que cela change pour nous les architectes ? Face à cette situation, l’architecture doit se poser autrement la question de l’altérité, de la rencontre et de la relation. Comment l’architecture pense-t-elle les altérités non seulement humaines mais également non-humaines ? Ces altérités pensent-elles aussi l’architecture ?

En reprenant la vision fantastique des travaux d’ A. V. Humbold (notamment en Amerique du sud et au Vénézuela), qui interprétait le monde naturel comme un tout unifié et animé par des forces interactives, de J. V. Uexküll qui étudie la multiplicité de mondes et les rapports intimes entre le corps de l’animal et son Umwelt, et enfin de H. Plessner qui propose une nouvelle ontologie basée sur la communauté plante, animal, homme, nous allons esquisser le chantier d’une pensée architecturale qui cherche plutôt à réenchanter le monde en respectant l’étranger et le non familier.

À travers des formes spécifiques de représenter les mondes de la nature, nous allons aborder dans cette contribution, les possibles influences d’un géographe (Humboldt), d’un biologiste théorique (Uexküll) et d’un représentant de l’anthropologie philosophique (Plessner), dans la conception architecturale. Nous allons placer au centre de nôtre proposition, le concept d’« expressivité architecturale ». En effet, « l’expressivité » est, dans le cas de l’anthropologie philosophique (Plessner) tout comme pour le zoologue Adolf Portmann, le point clé pour comprendre le mode commun d’existence du vivant dans le monde (plante, animal, humain). Ainsi, l’expressivité architecturale sera présentée comme étant un concept capable d’explorer et d’organiser la construction de significations partagées entre le vivant humain et non-humain.

Manuel Bello Marcano est architecte et docteur en sciences sociales. Il est également maître de conférences des ENSA en sciences humaines et sociales pour l’architecture à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Étienne et le directeur de l’unité de recherche GRF « Transformations » (ENSASE).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search