Enregistrement audio “Lectures écoféministes de l’anthropocène : quels mondes voulons-nous ?”

Noémie Moutel, agrégée de civilisation des mondes anglophones
Structure de recherche associée à la MRSH :ERLIS
Date : 25/11/2019
Lieu : MRSH Caen

Lien vers l’enregistrement audio : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/sites/default/files/forge/audio/noemieMoutel_0.mp3

Cette communication a été enregistrée lors d’une séance du séminaire pluridiciplinaire Organisation et réorganisation des espaces culturels : politiques et représentations organisé par l’équipe ERLIS (EA 4254). En 2019-2020, le séminaire s’intitule Les espaces culturels et littéraires à l’épreuve de nouvelles approches : écoféminisme, écocritique et écopoétique.

Noémie Moutel est agrégée de civilisation des mondes anglophones, doctorante et chargée d’enseignements à l’Université de Caen Normandie depuis 2013. Elle a récemment publié “La Métaphore du Viol de la Terre: une proposition écoféministe” dans Écologies et Humanités, Revue Essais n° 13, 2018 et “Theodore Roszak’s Glade in the Memoirs of Elizabeth Frankenstein: an Ecofeminist Dwelling of Emancipation” dans Dwellings of Enchantment: Writing and Reenchanting the Earth, édité par Bénédicte Meillon, Rowman & Littlefield’s Ecocritical Series (à paraître).

Résumé de la communication

Dans la continuité des travaux récents sur les Humanités environnementales (voir notamment la présentation d’Aurélie Choné « Repenser l’idée de nature : pour un Guide des Humanités environnementales en France »). cette intervention propose une exploration de la “nébuleuse” écoféministe. Trois mondes saillants du paysage de la recherche écoféministe guident notre arpentage: celui des femmes pacifistes et anti-nucléaires de Greenham Common; celui de l’expédition polaire féminine imaginée par Ursula K. Le Guin; et celui des sorcières au temps de la révolution industrielle, illustré par la pièce de théâtre Le Monde Renversé, du Collectif Marthe. L’intérêt de cette exploration est aussi d’éprouver une proposition conceptuelle centrale à mon travail doctoral. Il me semble en effet que les trajectoires d’émancipation écoféministes nécessitent des déplacements entre quatre espaces concrets et théoriques : le foyer (domestique, institutionnel, point où la norme se focalise), la lisière (d’un espace normé, lisière matérielle ou abstraite), la forêt (zone de non-droit ou d’exploration solitaire, zone où l’on est cachée) et la clairière (lieu de re-connaissance, de subversion, de transmission, de potentialisation d’autres mondes).

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/6365


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search