Appel à communications : Émotions, stratégies politiques et participation citoyenne dans les sociétés européennes et américaines contemporaines

Appel à communications

Émotions, stratégies politiques et participation citoyenne dans les
sociétés européennes et américaines contemporaines

Journée d’étude – 20 novembre 2020

Centre TIL EA 4182, Université de Bourgogne Franche-Comté

Cette journée d’étude propose une réflexion sur le rôle des émotions en
politique telles que définies notamment par George E. Marcus dont les
travaux, loin de valider l’opposition classique entre l’émotionnel et le
rationnel, tendent à réhabiliter les émotions en tant que composantes
essentielles de la rhétorique et de l’action politique mais aussi des
processus de participation citoyenne et des nouvelles formes
d’engagement militant. Crise de la représentativité et déclin des
idéologies contribuent à expliquer cette place nouvelle des émotions
dans la vie politique.

Alors que les pratiques de démocratie participative se multiplient,
l’objectif de ce projet est d’étudier les caractéristiques des
dispositifs de sensibilisation mis en œuvre en les reliant à la
spécificité des contextes nationaux et à la conflictualité déclenchée
par certaines crises politiques (Brexit, processus indépendantiste en
Catalogne, mouvement des Indignés, montée des populismes, crises
migratoires, émergence des mouvements nationalistes, etc.). Il s’inscrit
ainsi dans une démarche pluridisciplinaire et comparative dans le but
d’impliquer des chercheurs travaillant sur des aires géographiques
différentes et des corpus distincts tels le discours politique, la
presse ou les nouvelles technologies de communication. Une telle
collaboration permettrait de confronter outils conceptuels et analyses
afin d’interroger les enjeux liés à l’utilisation de ce registre
émotionnel à la fois dans les discours institutionnels et dans les
nouvelles formes de contestation et de mobilisation collectives.

 Pour aborder ces différentes thématiques, la réflexion, centrée sur
le XX^e et le XXI^e siècles, s’organisera en plusieurs axes :

– L’importance de la dimension émotionnelle dans les discours
politiques produits en situation de crise. Il s’agira d’analyser les
stratégies mobilisées par les différents acteurs institutionnels dans un
contexte de défiance démocratique en interrogeant les conditions qui
favorisent l’émergence de cette rhétorique émotionnelle.

Quels sont les procédés discursifs utilisés et/ou les thématiques
privilégiées pour susciter les réactions émotionnelles permettant d’agir
sur la construction des positionnements idéologiques des citoyens ?
Dans quelle mesure ces ressorts émotionnels contribuent-ils à la mise en
place de dispositifs participatifs ?
Quelles sont, dans ces dynamiques de confrontation, les spécificités du
discours populiste ?

– Les stratégies émotionnelles des mouvements protestataires
dans les espaces publics contemporains. Il s’agira d’interroger la
dimension affective de l’engagement citoyen dans les nouvelles formes de
participation à la vie publique à travers une étude des discours,
répertoires d’action collective et symboles/signes identitaires de ces
mouvements (mouvements écologistes, luttes féministes, associations de
victimes, assemblées citoyennes, mouvements autonomistes et
indépendantistes, etc.).

Comment les ressorts affectifs mobilisés dans les argumentaires de ces
collectifs citoyens contribuent-ils à créer des solidarités culturelles ?
Dans quelle mesure les mécanismes à l’œuvre dans la construction de ces
émotions peuvent-ils favoriser une culture de l’insoumission ?

–  Une analyse des processus émotionnels convoqués dans le
discours médiatique et les nouvelles technologies de l’information. Il
s’agit de conduire une réflexion sur le rôle des différents dispositifs
de la médiatisation quant à la production et diffusion des affects dans
des contextes de conflits ou bouleversements politiques.

Quel est l’impact des technologies numériques sur les pratiques
collaboratives et la structuration des mouvements sociaux ?
Comment les réseaux sociaux, via l’utilisation d’une rhétorique
émotionnelle, témoignent-ils de l’évolution des engagements collectifs
et individuels ?
Quelles peuvent être les dérives de ce type de communication
(manipulation liée aux campagnes de désinformation, peurs générées par
les /fake news/) ?

La date limite d’envoi des propositions comprenant un titre provisoire
et un résumé (300-500 mots) est fixée au 15 mai 2020.

Elles seront à adresser conjointement à :
David Bousquet (david.bousquet@u-bourgogne.fr
<mailto:david.bousquet@u-bourgogne.fr>)
Alexandra Palau (atpalau@yahoo.fr <mailto:atpalau@yahoo.fr>)

Réponse du comité scientifique : 15 juin 2020.

La journée d’étude donnera lieu à une publication.
Les langues utilisées peuvent être le français, l’espagnol ou l’anglais.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search