Appel à contributions : “Defining the Tasks of Contemporary Ecocriticism: Toward a Literary Ecology”

Ecocritics have an opportunity to help redirect literary criticism into a significant, widely relevant social and public role. (Glen Love, 1999)

We are entering an “age of terror” (S. Estok), but we are also entering an age of pity. We are sick with ecophobia and sick with ecopathy: the climate terrifies us, the fate of the living world afflicts us. This renewed sense of the tragic reveals the return of a real that is beyond our control. Our ways of thinking are deeply affected. In the humanities, we are called to attune epistemology to an ecological paradigm.

In opposition to textuality’s lack of situatedness, ecocriticism first brought about a “geographical turn” in order to cultivate literature’s aesthetics of place. Once again part of the realm of perception, literature becomes “what happens in a place” (P. Schoentjes). Following ecology’s “winter years” (F. Guattari), the first generation of ecocriticism avoided the political. But today’s ongoing environmental crisis invites a second generation of ecocritics to combine this early concern for “what happens in a place” – in the geographical sense – with the urgency of “what is taking place” – in the historical sense of a tragedy inflicted on earthly life by modernity’s modes of production. In order to do so, ecocriticism must reduce the sterile divorce between a “political axis” and a “poetic  axis” (N. Blanc, D. Chartier and Th. Pughe) and reanimate a nature that modernity has reduced to the exploitable object (B. Latour).

Thinking the “political axis” and the “poetic axis” together – the prescriptive and the descriptive – could be one of the crucial tasks of contemporary ecocriticism. Activism without a theoretical perspective seems as problematic as the kind of hermeneutical purism which refuses to situate literature. The former ignores that literature is a system (text), while the latter ignores that all systems operate within an environment (context). Navigating between tautological closure and ecological openness (G. Bateson), ecocriticism is no longer the study of the relationship between literature and the physical environment (C. Glofelty), and is instead understood as a literary ecology which focuses on interactions between literary theory, textual production and concern for the living world. This literary ecology is made up of four overlapping spheres:

  • The interdisciplinary sphere. Relational by definition, ecocriticism aims to place literary studies within the larger ecosystem of the “environmental humanities” and, as such, it works to transform the literary disciplines by bringing them into dialogue with the sciences. One of its most important projects could be to explore its strong ties to a whole host of other disciplines whose aim is to decentralize Western universalism (decolonial studies, ecofeminism, animal studies, gender studies, environmental and/or anarchist anthropology). This sphere will prioritize the notion of transversalism.
  • The cosmopolitan sphere. Ecocriticism could also explore a “cosmopolitical” way of thinking (I. Stengers, Ph. Descola) by challenging the anthropocentric and/or ethnocentric bias of western democratic ideals. This sphere could lay the foundations of a new heterarchical and perspectivist mimesis: by reassessing “minor” genres such as tales, fables, children’s literature, and science fiction; by examining non-linear narratives and new forms of textual organization such as the rhizome, the assembly, the network, etc.; by revisiting notions of narrative tension and structures of narrative climax; by exploring narrative and poetic forms that favour symbiosis and association over confrontation and “productive conflict.” This sphere will prioritize the notion of diversity.
  • The ethical sphere. Ecocriticism has the responsibility of exploring a new literary “ethical system.” This sphere could counterbalance the rights-based approach of animal ethics by privileging stories of encounter, recognition, shared spaces and daily lives, etc. Today our humanity depends on our ability, not only to sympathize with the living world (C. Diamond), but also to recognize the indissoluble knots that bind us to the materials we produce (technologies, prostheses, quasi-objects). From animals to cyborgs, from storied matter (S. Iovino) to human-machine couplings (G. Simondon), a new literary ethics will attend to the hybridization of people, living beings and materialities. This sphere will prioritize the notions of symmetry and connectivity.
  • The initiatory or ritualist sphere. The return of the tragic reactivates the link between poiesis and catharsis (cult and culture). The function of ancient rituals from which stories first emerged (muthoi) was to produce enough stories so that an order that could not be changed would become a meaningful order. Ecocriticism could explore this ritualist function of literary stories that act as a form of mourning endangered life forms (U. Heise) and as a symbolic taming of the terror and anguish caused by the environmental crisis. This sphere will prioritize the notions of community and participation.

Guidelines

Proposals will be around two pages and include a selective bibliography as well as a clear outline. They will be sent before June 1st, 2020 to the following email addresses: romain.bionda@fabula.org and jeannelle@fabula.org.

Proposals will be peer-reviewed according to the journal’s guidelines. Authors will be informed of the editors’ decision in June 2020. A first completed version of the article must be submitted by January 15th, 2021.

Appel à contributions : Littérature(s) pour des temps extrêmes Enjeux actuels de l’écopoétique

Littérature(s) pour des temps extrêmes : enjeux actuels de l’écopoétique
Direction : Jean-Christophe Cavallin et Alain Romestaing 

Ecocritics have an opportunity to help redirect literary criticism into a significant, widely relevant social and public role. (Glen Love, 1999)

Nous n’entrons pas seulement dans une « époque de terreur » (S. C. Estok) : nous entrons dans une époque de terreur et de pitié. Nous sommes malades d’écophobie et malades d’écopathie : le climat nous épouvante, le sort du vivant nous afflige. Ce nouveau sentiment tragique trahit le retour d’un contexte excédant notre maîtrise. Nos modes de pensée s’en ressentent : sciences humaines et humanités entreprennent d’acclimater à leur épistémologie un paradigme écologique.

Contre le dé-paysement de la pure textualité, une première écopoétique opérait un « tour- nant géographique » et réimplantait la littérature dans une esthétique du terrestre. Resituée dans l’univers de la perception, la littérature redevenait « ce qui a lieu » (P. Schoentjes). Fille des « années d’hiver » de l’écologie (F. Guattari), cette première écopoétique ne faisait pas de politique. Le tragique environnemental invite aujourd’hui une seconde génération à conjoindre le souci de ce qui a lieu – dans un sens géographique – à l’urgence de ce qui a lieu – au sens historique de la tragédie infligée à la vie terrestre par les modes de production de notre modernité. Pour ce faire, elle doit parvenir à réduire théoriquement le divorce stéri- lisant qui oppose un « axe politique » à un « axe poétologique » (N. Blanc, D. Chartier et Th. Pughe), et plus généralement s’intéresser à la convergence des langages (scientifiques, poli- tiques, littéraires et artistiques) travaillant à la réanimation d’une nature outrageusement désanimée par la modernité (B. Latour).

Penser ensemble l’« axe politique » et l’ « axe poétologique » – régime de la prescription et régime de la description – pourrait devenir l’une des tâches cruciales des études écopoé- tiques. Un activisme sans exigence critique semble aussi malencontreux que le purisme qui refuse de situer la littérature. L’un oublie que la littérature est un système (texte), l’autre ou- blie que tout système opère dans un environnement (contexte). Soucieuse de composer entre clôture tautologique et ouverture écologique (G. Bateson), l’écopoétique doit se repenser, non plus comme étude des rapports entre littérature et environnement, mais dans le cadre plus général d’une écologie littéraire qui prendrait pour objet les interactions entre théorie littéraire, production des textes et souci du terrestre. On peut définir quatre sphères consti- tuantes de cette écologie littéraire :

La sphère interdisciplinaire. Relationnelle par définition, l’écopoétique a pour vocation d’inscrire les études littéraires dans l’écosystème des « humanités environnementales ». Sa logique écosystémique la destine à jouer un rôle de « transformateur » théorique et à trans- versaliser l’ensemble des disciplines littéraires afin de les faire dialoguer avec l’ensemble des sciences humaines, voire avec les sciences dures. Un de ses chantiers les plus importants consiste en l’exploration des liens « archéologiques » très forts qu’elle entretient avec le groupe des disciplines travaillant au décentrement de l’universalisme occidental (études dé- coloniales, écoféminisme, animal studies, gender studies, anthropologie environnementale et/ou anarchiste). Cette sphère privilégie la notion de transversalisme.

La sphère cosmopolitique. L’étude écopoétique des textes se donne aujourd’hui pour am- bition d’esquisser une « cosmopolitique » (I. Stengers, Ph. Descola) élargie à l’ensemble du vivant et permettant le dépassement des formes de représentativité anthropocentrique et eth- nocentrique de l’idéal démocratique occidental. Cette sphère ouvre le grand chantier d’une mimèsis perspectiviste et hétérarchique. Elle peut travailler à la réévaluation de genres « mi- neurs » (contes, fables, littératures pour enfants, récits de science-fiction). Elle peut aussi re- nouveler la réflexion sur les formes littéraires : critique du récit linéaire subordonnant tout à une intrigue principale et exploration de nouvelles formes d’organisation (rhizome, assem- blage, réseau, etc.) ; critique du récit tensif (structure paroxystique) et exploration de textes privilégiant l’attention plutôt que la tension, la symbiose et l’association plutôt que l’affron- tement et le « conflit productif ». Cette sphère privilégie la notion de diversité.

La sphère éthique. L’écopoétique a la responsabilité d’explorer les formes d’un nouveau

« régime éthique » du littéraire. L’étude de ce champ peut servir à contrebalancer la politique juridique de la défense du vivant en privilégiant les récits de rencontre, de reconnaissance, d’espaces ou de vies partagés, etc. Notre humanité dépend aujourd’hui de notre capacité, non seulement à sympathiser avec le monde vivant (C. Diamond), mais encore à reconnaître l’unité indissoluble qui nous confond aux matières que nous produisons et qui nous pro- duisent (technologies, prothèses, « quasi-objets »). Des animaux aux cyborgs, des « storied matters » (S. Iovino) aux couplages homme-machine, la nouvelle éthique littéraire privilégie l’exploration de dispositifs hybrides entre les personnes, les êtres vivants et les matérialités. Cette sphère privilégie les notions de symétrie et de connectivité.

La sphère télestique ou cultuelle. Le retour du tragique suppose une réactivation du lien entre poiesis et catharsis (le cultuel et le culturel). C’était la fonction des anciens cultes dont ont émergé les premiers récits (muthoi) : produire assez de récits pour qu’un ordre qu’on ne peut changer devienne un ordre signifiant. L’écopoétique a peut-être pour vocation d’explo- rer cette fonction cultuelle des récits littéraires : à la fois travail de deuil de formes de vie en voie d’extinction (U. K. Heis) et travail de domestication symbolique des formes de vie pa- nique du nouveau désordre du monde. Cette sphère privilégie les notions de communauté et de participation.

Modalités de participation

Les propositions, d’environ deux pages rédigées, enrichies d’une bibliographie indicative et d’une ébauche de plan, devront être adressées avant le 1er juin 2020 aux adresses suivantes : romain.bionda@fabula.org et jeannelle@fabula.org.

Elles seront évaluées ensuite de manière anonyme (peer review), conformément aux usages de la revue. Les auteurs et autrices seront informées des résultats courant juin 2020.

Une première version des articles devra être rendue le 15 janvier 2021.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search