Présentation de Descendre des étoiles, monter de la Terre la trajection de l’architecture d’Augustin BERQUE et de La Forêt amante de la mer de HATAKEYAMA Shigeatsu

Librairie Archipel, Centre de culture urbaine
21 place des Terreaux, 69001 Lyon – 04 78 69 93 92
Samedi 25 janvier 2020, 15h
Présentation de
Descendre des étoiles, monter de la Terre
la trajection de l’architecture
d’Augustin BERQUE, éditions Éoliennes, Bastia, 2019
et de La Forêt amante de la mer
de HATAKEYAMA Shigeatsu, traduit par A. Berque
éditions Wildproject, Marseille, 2019
– Discutante : Isabelle Favre, paysagiste –

            Les deux livres ont en commun leur perspective mésologique – le souci de rendre vie aux milieux humains en recouvrant nos liens avec la Terre, que le paradigme ontologique de la modernité a niés : « (…) je connus de là que j’étais une substance dont toute l’essence ou la nature n’est que de penser, et qui, pour être, n’a besoin d’aucun lieu, ni ne dépend d’aucune chose matérielle » (Descartes, Discours de la méthode).

            Dans Descendre des étoiles, monter de la Terre. La trajection de l’architecture, le géographe Augustin Berque, qui fut au côté de Bernard Lassus co-fondateur du DEA « Jardins, paysages, territoires » à l’école d’architecture de Paris La Villette, montre comment l’architecture moderne, en revendiquant un « espace universel », a perdu tout lien avec la singularité des lieux concrets, ce qui aboutit aujourd’hui à l’acosmie d’un « espace foutoir » (junkspace) où une starchitecture – une « architecture E.T. », comme descendue des étoiles – se pose ici ou là comme elle se poserait ailleurs. Pouvons-nous recosmiser l’architecture en lui faisant recouvrer ses liens avec la Terre ? Telle est la question.

            Hatakeyama Shigeatsu, lui, est un ostréiculteur japonais de la région du Sanriku, celle qu’a dévastée le tsunami du 11 mars 2011. S’étant rendu compte que les reboisements systématiques en résineux, faute des nutriments que les forêts de feuillus fournissent aux rivières, avaient appauvri les pêcheries côtières, y compris l’ostréiculture, il s’est convaincu de la complémentarité entre la terre et la mer, et a lancé au début des années 90 un mouvement de reboisement des montagnes côtières en feuillus qui s’est par la suite étendu à tout le pays, tissant de nouveaux liens entre pêcheurs, agriculteurs et forestiers. Il a en particulier mis l’accent sur le côté pédagogique de cette mésologie active, et les enfants des écoles ont été parmi les premiers à participer à ces replantations de feuillus.

            Directeur d’études retraité à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), membre de l’Académie européenne, Prix culturel de la Société des architectes du Japon (2006) pour ses travaux sur l’habitat au Japon, Augustin Berque a été en 2009 le premier Occidental a recevoir le Grand Prix de Fukuoka pour les cultures d’Asie, et en 2018 le lauréat du Prix Cosmos international, qui vise à promouvoir une relation plus harmonieuse entre l’humanité et la Terre.

Courriel : abilande@wanadoo.fr.
Site : https://ecoumene.blogspot.com/.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search