Soutenance de thèse “regards écocritiques, écoféministes et postcoloniaux …”

Nous avons le plaisir de vous annoncer la soutenance de thèse de Sondes Ben Abdallah
le Lundi 9 mars 2020 à 14:00
Salle des Actes à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 – Site Saint Charles

Madame Sondes BEN ABDALLAH

Soutiendra lundi 9 mars 2020 à 14 h

Salle des Actes à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, Site Saint-Charles 1

une thèse de DOCTORAT

Discipline : Études romanes spécialité Études italiennes

Titre de la thèse : La femme face à la société néolibérale : regards écocritiques, écoféministes et postcoloniaux sur la littérature italienne contemporaine

Composition du jury :

  • Mme Angela BIANCOFIORE, Professeure, Université Paul-Valéry Montpellier 3, directrice de thèse
  • M. Nicolas BONNET, Professeur, Université de Bourgogne
  • Mme Silvia CONTARINI, Professeure, Université Paris Nanterre
  • M. Flaviano PISANELLI, Professeur, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Résumé de la thèse :

Notre thèse aborde la présence des personnages féminins dans le roman italien contemporain du point de vue des relations de care, du rapport à l’écologie et à la démocratie. Selon une perspective écoféministe et postcoloniale, nous étudions le rapport des femmes protagonistes du roman italien contemporain aux ‘lieux’ qu’elles habitent. À travers l’analyse littéraire de trois romans essentiels, notre travail consiste à montrer le rôle de la littérature dans la réinscription de l’esthétique dans l’éthique en présentant la femme dans la littérature comme un symbole de résistance à la crise écologique, au déracinement et au néolibéralisme effréné.
Dans le vaste panorama de la littérature italienne contemporaine, nous avons choisi de nous rapprocher de ces femmes qui, comme les terres polluées ou confisquées et les populations colonisées, n’ont pas vraiment de voix car subalternes à la culture néolibérale. Étudiée d’un point de vue écoféministe, postcolonial et selon une éthique du care, l’image de la femme protagoniste du roman italien contemporain peut proposer une nouvelle lecture des enjeux du féminisme actuel. Marilina Labruna de Carmen Covito dans La bruttina stagionata, Estrellita, dans L’Iguane d’Anna Maria Ortese ou les femmes immigrées dans l’Italie contemporaine dans les romans Amiche per la pelle de Laila Wadia, Adua d’Igiaba Scego et Pecore nere sont toutes des expressions différentes de la démocratie dans le sens où elles représentent des figures de résistance au déracinement et à l’assimilation culturelle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search