Nouvelle date limite coll. « Frontière(s) et e space(s)-frontière(s) dans l’aire anglophone »

A la demande de certains collègues et au vu des circonstances, la date
limite d’envoi des propositions pour le colloque « Frontière(s) et
espace(s)-frontière(s) dans l’aire anglophone » (texte de l’appel à
communications ci-dessous) est reportée au 25 mars.

Appel à communications
Colloque international « Frontière(s) et espace(s)-frontière(s) dans
l’aire anglophone »
Université Côte d’Azur, 10-11 décembre 2020

Cadrage
On pourrait se contenter de percevoir toute(s) (les) frontière(s) comme
l’expression du discontinu, de l’existence d’un « dedans » et d’un «
dehors », bref, comme la simple mise à distance de l’« autre », que l’on
entende par ce dernier terme un territoire géographique défini, ou un
espace politique spécifique, ou bien une culture différente, ou bien
encore tout cela à la fois. Où l’on retrouve le sens étymologique du mot
« frontière » lui-même, à savoir : ce qui permet de « faire front ». Les
exemples abondent, des frontières dites « naturelles » de tel ou tel
pays, à la question du « Brexit », en passant par le mur qu’entend
construire le président D. Trump entre les États-Unis et le Mexique. 
Surgissent ici néanmoins certaines questions :
* s’agit-il dès lors de lignes statiques, sans épaisseur, alors même
qu’en règle générale, tout un chacun sait – par expérience – qu’on peut
les franchir en passant par des espèces de sas (ex. les aéroports,
appelés parfois d’ailleurs pour cette raison des « zones franches ») ?
Outre le fait que la frontière soit même devenue pour certaines
personnes un entre-deux, et en définitive rien moins qu’un lieu de vie
(cas de la « jungle de Calais »).
* comment se fait-il surtout que le terme soit utilisé dans un très
grand nombre de contextes et de discours dans lesquels l’idée même de
territoire est à comprendre aussi, et souvent en priorité, au sens
figuré ? On parle, en effet, pour ne citer que quelques cas, de «
frontières internes », « linguistiques », « religieuses », de «
frontière(s) entre riches et pauvres » et « entre partis politiques ». 
Mieux, s’il existe une multitude de « frontières » (liées donc à des
réalités aussi diverses que la citoyenneté, le territoire, la religion,
la langue et autres), ne devient-il pas inconcevable qu’elles puissent
jamais se recouvrir parfaitement ? Si tel est le cas, quelle(s) leçon(s)
en tirer ? Car des frontières qui ne se recoupent pas ne « produisent
»-elles pas ipso facto de l’hybride, ce qui nous éloigne de l’idée de «
faire front », qui suppose fatalement la confrontation ?  On saura gré
aux intervenant(e)s lors du colloque de décliner toutes ces thématiques
dans tous les domaines des études portant sur le monde anglophone, de la
littérature et des arts (ex. liens ou oppositions entre genres
littéraires, ou l’art comme vecteur d’exclusion ou d’intégration) à la
linguistique (ex. les formes de dialectes – professionnels,
générationnels, etc. – ou les accents nationaux et régionaux), en
passant par la civilisation (ex. le mythe de la frontière aux États-Unis
ou les fameuses « peace-lines » que l’on trouve en maints quartiers
d’Irlande du Nord, de Belfast à Derry/Londonderry).

Références bibliographiques

BARTH Frederik (ed.), Ethnic Groups and Boundaries – The Social
Organization of Cultural Difference, Boston: Little, Brown & Company,
1969, 153 p.  BIRNBAUM Jean, Repousser les frontières ?, Paris :
Gallimard, 2014, 232 p.  DEBRAY Régis, Eloge des frontières, Paris :
Gallimard, 2010, 87 p.
DORLING Danny, So You Think You Know About Britain?, London: Constable &
Robinson Ltd., 2011, 320 p.
FOUCHER Michel, L’invention des frontières, Paris : Fondation pour les
études de défense nationale, 1986, 320p. ; L’obsession des frontières,
Paris : Perrin, 2007, 249 p. ; Le retour des frontières, Paris : CNRS
Editions, 2016, 64 p.
STIGLITZ Joseph E., Rewriting the Rules of the American Economy: An
Agenda for Growth and Shared Prosperity, New York: W. W. Norton &
Company, 2015, 256 p.
WACKERMANN Gabriel, Les frontières dans un monde en mouvement, Paris :
Eds. Ellipses, 2003, 159 p.

Soumission des propositions de communication
Un résumé de 400 mots maximum devra être envoyé au plus tard le 25 MARS
2020  à Ruxandra Pavelchievici
<ruxandra.pavelchievici@univ-cotedazur.fr>  et Didier Revest
didier.revest@univ-cotedazur.fr
La notification d’acceptation ou refus sera envoyée le 1er avril 2020.

Publication des actes
Une sélection de communications sera publiée en 2021 sous forme d’actes
du colloque dans un numéro spécial de la revue “Cycnos”.

Inscription
Inscription au plus tard le 25 novembre par courriel auprès de  Ruxandra
Pavelchievici <ruxandra.pavelchievici@univ-cotedazur.fr>  et Didier
Revest <didier.revest@univ-cotedazur.fr>
Inscription gratuite sur justificatif pour le personnel enseignant de
l’UCA, les étudiants et les doctorants sans financement.
Personnel enseignant extérieur et doctorants extérieurs bénéficiant d’un
financement : 5€

Comité d’organisation :  Ruxandra Pavelchievici (Université Côte d’Azur)
et Didier Revest (Université Côte d’Azur)

Comité scientifique : Vanessa Guignery (École normale supérieure de
Lyon), Christian Gutleben (Université Côte d’Azur), Isabelle
Licari-Guillaume (Université Côte d’Azur), Ruxandra Pavelchievici
(Université Côte d’Azur), Didier Revest (Université Côte d’Azur),
Nicolas Trapateau (Université Côte d’Azur), Christine Zumello
(Université Sorbonne-Nouvelle)

ENGLISH VERSION

Call for papers
International conference “Frontier(s) and frontier-zone(s) in the
English-speaking world”
Université Côte d’Azur, 10-11 December 2020

It may be argued that any frontier is the expression of what is
discontinuous, of the existence of an ‘inside’ and of an ‘outside’, in
short, that a frontier is an attempt to keep the ‘other’ at bay,
whatever the meaning of the term – a given geographical territory, or a
specific political entity, or a different culture, or else all of these
put together. These considerations are in tune with the etymological
origin of the word ‘frontier’ itself, i.e. anything that helps a group
of people ‘develop a united front’. Examples abound, from the so-called
‘natural’ frontier of this or that country to Brexit, to the wall that
President Trump has set out to build between his own country and Mexico.
  At this stage, however, a number of questions arise:
* if we are therefore dealing with static, depthless lines, why can they
be crossed, as each and everybody knows from experience, through
connecting zones of a sort (e.g. airports, which are sometimes referred
to, for that very reason in fact, as ‘free zones’)? Besides, for some,
the frontier has actually become an in-between universe, i.e. nothing
less than a dwelling place (cf. the ‘Calais Jungle’).
* above all, why is it that the word is used in a high number of
contexts and narratives in which the very notion of territory also needs
to be understood (primarily) in a figurative sense? One, indeed, talks
about – to give just a few examples – ‘religious’, ‘linguistic’,
‘internal’ frontiers, ‘frontiers between rich and poor’ and ‘between
political parties’.  Better still, if there exists a whole array of
frontiers in connection – as just seen – with realities so diverse as
citizenship, territory, religion, language, and so on, how could they
possibly always overlap? And what lessons may we draw from this? Put
differently, if frontiers do not match, don’t they then inevitably
foster hybridity, a description that hardly goes with the notion of
‘developing a united front’, which necessarily presupposes
confrontation?
It would be greatly appreciated if conference contributors could address
all those issues from the various perspectives related to the fields of
study dealing with the Englishspeaking world, from literature to the
arts (e.g. the similarities and differences between literary genres, or
art as a means of exclusion or integration), to linguistics (e.g. the
dialects of English – professional, generational, etc., or national and
regional accents), to civilisation studies (e.g. the frontier myth in
the USA or the well-known peace walls that characterise many urban
districts in Northern Ireland from Belfast to Derry/Londonderry).

Bibliographical references

BARTH Frederik (ed.), Ethnic Groups and Boundaries – The Social
Organization of Cultural Difference, Boston: Little, Brown & Company,
1969, 153 p.  BIRNBAUM Jean, Repousser les frontières ?, Paris :
Gallimard, 2014, 232 p.  DEBRAY Régis, Eloge des frontières, Paris :
Gallimard, 2010, 87 p.
DORLING Danny, So You Think You Know About Britain?, London: Constable &
Robinson Ltd., 2011, 320 p.
FOUCHER Michel, L’invention des frontières, Paris : Fondation pour les
études de défense nationale, 1986, 320p. ; L’obsession des frontières,
Paris : Perrin, 2007, 249 p. ; Le retour des frontières, Paris : CNRS
Editions, 2016, 64 p.
STIGLITZ Joseph E., Rewriting the Rules of the American Economy: An
Agenda for Growth and Shared Prosperity, New York: W. W. Norton &
Company, 2015, 256 p.
WACKERMANN Gabriel, Les frontières dans un monde en mouvement, Paris :
Eds. Ellipses, 2003, 159 p.

Submission proposal
Abstracts not exceeding 400 words should be sent no later than March 25,
2020  to Ruxandra Pavelchievici
<ruxandra.pavelchievici@univ-cotedazur.fr>   and Didier Revest
<didier.revest@univ-cotedazur.fr >
Notification of acceptance or rejection will be sent by April 1st, 2020.

Publication of proceedings
A selection of papers will be published in 2021 as conference
proceedings in a special issue of “Cycnos”.

Registration
Registration no later than November 25 November by e-mail to Ruxandra
Pavelchievici <ruxandra.pavelchievici@univ-cotedazur.fr>  and Didier
Revest <didier.revest@univ-cotedazur.fr>
Free upon presentation of UCA faculty/ student ID and for non-funded PhD
candidates.
Non-UCA faculty and funded PhD candidates: 5€

Organising committee:  Ruxandra Pavelchievici (Université Côte d’Azur)
and Didier Revest (Université Côte d’Azur)

Scientific committee: Vanessa Guignery (École normale supérieure de
Lyon), Christian Gutleben (Université Côte d’Azur), Isabelle
Licari-Guillaume (Université Côte d’Azur), Ruxandra Pavelchievici
(Université Côte d’Azur), Didier Revest (Université Côte d’Azur),
Nicolas Trapateau (Université Côte d’Azur), Christine Zumello
(Université Sorbonne-Nouvelle)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search