Conférence-performance « Avez-vous dit sœurcière ? »

Conférence-performance « Avez-vous dit sœurcière ? »

invitée et soutenue par le Conseil Départemental 66, dans le cadre de la Semaine

des Droits des Femmes

10 mars 2020, Salle Basse, Palais des Rois de Majorque, Perpignan

par

Bénédicte Meillon, Maîtresse de Conférences à l’UPVD, Co-porteuse de l’Atelier de recherche en écopoétique et écoanthropologie OIKOS, CRESEM – UPVD (avec Pascale Amiot, Jean-Louis Olive et Marie-Pierre Ramouche)

avec la participation de Margot Lauwers , Docteure spécialiste des Ecoféminismes, CRESEM – UPVD

et de Gabrielle Raimon, en fin de cycle Théâtre au Conservatoire de Perpignan

Ouverture par Xavier Py, Président de l’Université de Perpignan Via Domitia

La porteuse de ce projet a pour l’occasion tissé un texte à dimension écopoét(h)ique, polyphonique et engagé. Basée sur un travail écoféministe portant sur l’émergence de la figure de la « sœurcière », la conférence-performance que nous présentons entremêle délibérément le politique et le poétique. A trois voix, cette conférence amène la figure de la sœurcière, qui porte un combat politique en lien avec les femmes autant qu’avec l’écologie et la Terre.

En introduction, nous situons notre travail de recherche-création multimédia et transversal (Arts-Lettres-Sciences), ainsi que notre approche hybride, à mi-chemin entre l’écriture créative et la démarche scientifique. Nous tâchons de rendre accessible notre approche écoféministe en définissant ce champ, encore minoritaire à l’Université française. Nous définissons également le concept de résilience, au cœur de notre travail. Dans une première partie sous forme de performance polyphonique clamée en sœurcières, nous déroulons et déconstruisons comment les discours, les mythes et les institutions participent aux violences faites aux femmes et à leur musèlement. Il permet d’amener la figure de la sœurcière, briseuse de tabous et recréatrice d’imaginaires, et qui porte un combat pour la liberté, l’égalité et la sororité. La deuxième partie retrace l’ascendance de la sœurcière dans le mythe de la sorcière, et précise comment la sœurcière se démarque de celui-ci. Toujours sur le mode écopoét(h)ique, nous abordons ici l’émergence de cette nouvelle figure, affranchie des dictats patriarcaux, et résolument tournée vers la résilience, la reconnexion avec ses puissances, la création, la lumière et l’espoir. Dans une troisième partie, nous explicitons comment la danse s’allie à la poésie et la photographie dans ce dense travail de co-composition avec les formes de la forêt de la Massane. Ce travail de recherche-création Arts-Lettres-Sciences, invité, financé et exposé par le CD 66 (Palais des Rois de Majorque, 3-15 mars 2020), a été co-réalisé avec Margot Lauwers (Docteure en Etudes Anglophones, spécialiste des écoféminismes), Karen Houle (Ecopoètesse et Professeure de Philosophie à l’Université de Guelph, Canada), Olivier Panaud (Professeur spécialiste du génome des plantes, LGDP- UPVD, IUF et CNRS) et Joseph Garrigue (Conservateur de la Réserve Naturelle de la Forêt de la Massane). En conclusion, nous pointons l’émergence très actuelle de cette figure écoféministe sur la scène politique, dans la culture populaire, ainsi que dans le cinéma indépendant, figure dont on peut se réjouir qu’elle apporte de nouveaux récits sur les femmes, et plus largement, sur ce qui relie les humains aux formes du vivant autres qu’humaines.

(Captation, montage et post-production par Béranger Lacoste)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search