Call for Papers: Health and Colonisation

The Société d’Activités et de Recherches sur les mondes Indiens (SARI) and Miroirs, a multidisciplinary and multilingual journal published by Université Toulouse 1 Capitole (www.revuemiroirs.fr) are seeking to publish a thematic volume on the ongoing health crisis across the world and situate it in a multidisciplinary perspective, i.e., historical, philosophical, literary and critical analysis…   

Crisis involves “choice”. The ghost who haunts our post-colonial world must be overcome if we want to understand why epidemics appear and reappear as if they were a curse.
Health and hygiene had been part of colonialism as well as fascist and capitalistic oppression. Dostoevsky’s protagonist Raskolnikov wants to kill the old lady who is compared to lice so that he could be a modern-day Napoleon. Hitler thought of Jews as parasites to be eradicated. The democracies which colonized the world thought that they were bringing health and progress to retarded people.

The truth was of course different from the ideological stance. The natives were seen as carriers of diseases and expelled from city centres and confined to districts far away from the white districts (administrative, business, army, residential districts) protected by the colonial police that imposed residential rules and curfews on the colonized people. In Ibadan (1930), there were 11 hospital beds for 50 Whites and 50 beds for 50 000 Nigerians. At the same time there was one Doctor for 1700 people in France and in the colonies one Doctor for 60 000 people. Half of the Congolese died of epidemics and diseases due to poverty and exploitation. The destruction of rain forests had started and it was to bring droughts and threats from the virus freed from the forests. While remaining prisoners in the bodies of animals, the viruses also began to find new terrains in human bodies.

Already there existed a connection between the destruction of nature, disease, war, hatreds, inequality and fatalism.

A publication on these questions could help us understand what happened to our world and also why, in spite of technological progress, nothing has changed. As specialists of colonization, and the developing world’s literature and history, we can bring insights that can break the gramophone mind which could, once again condition our response to the present crisis. Of course, we cannot deal with scientific theories and research but only with human sciences like history and literary criticism, but we surely can break some of the traps that have thrown the minds and the world into a circle of repetitions.

Must we really get out of confinement to run back into this global world where a virus travels first class all over the world and where local communities are so specialized that they sometimes remain unable to provide masks to the endangered populations? Can we tolerate a world system which destroys life on our planet and the brotherly values of equality and solidarity? The colonial experience and the theme of health in African, Asian, Latin American literatures can reveal the heart of darkness that blinds and binds our time. Contributions from other disciplines (civilisation, history, philosophy, anthropology, discourse analysis…) are also welcome in this thematic volume on health and colonisation.
Project proposals (up to 3000 signs) with a working title, 5 key words and a short bio should be proposed and sent by the 22nd May 2020 to michelnaumann.naumann@gmail.com and to revue.miroirs@gmail.com

Acceptance of proposals is an encouragement to submit full texts (5,000- 10,000 signs). Full texts should be sent by the 5th September 2020 to michelnaumann.naumann@gmail.com and to revue.miroirs@gmail.com

Languages in which texts can be submitted: English, French, Spanish

The contributions submitted will be evaluated anonymously by one editorial committee member and two external reviewers. Authors will be contacted by 25th October 2020 for modifications to the text, if any, suggested by the reviewers. The revised texts should be sent by 10th November 2020. The expected date of publication is December 2020.


APPEL A CONTRIBUTIONS : LA SANTE ET LA COLONISATION


La Société d’Activités et de Recherches sur les mondes Indiens (SARI) et la revue plurilingue et pluridisciplinaire Miroirs (www.revuemiroirs.fr) lancent un appel à contributions sous forme d’articles afin de publier un numéro thématique en lien avec la crise sanitaire actuelle et de la situer dans une perspective pluridisciplinaire en sciences humaines et sociales.

Les crises sont aussi des occasions de choix. Les fantômes qui hantent encore notre monde post-colonial doivent être affrontés si nous voulons mieux conjurer les épidémies récurrentes et ne plus voir en elle que la conséquence d’un destin imprévisible.
Santé et hygiène furent partie prenante de l’idéologie fasciste et du capitalisme. Raskolnikov, le protagoniste de Dostoïevski, veut tuer les poux semblables à la vieille femme qu’il projette d’assassiner afin d’être un homme nouveau. Hitler voulait éliminer ce parasite qu’était pour lui la race juive. Les démocraties qui colonisaient sans remords le monde se présentaient comme des facteurs de santé et de progrès apportés à ceux qui étaient prisonniers du passé.

La réalité fut bien différente. Les « indigènes » étaient vus comme des porteurs de maladies (physiques et mentales) et ils furent confinés à des quartiers sous équipés éloignés des centres coloniaux protégés par les lois, la police et l’armée. En 1930 il y avait 30 lits d’hôpital pour 50 blancs à Ibadan et 50 lits pour 50 000 Nigérians alors qu’en France on comptait un médecin pour 1700 habitants contre 1 pour 60 000 aux colonies. Au fond, la médecine coloniale protégeait les hommes blancs des épidémies qui tuaient chez les sujets colonisés. Déjà avait commencé cette destruction des habitats forestiers qui contribua à tant de sécheresses et d’épidémies dues aux contacts ainsi créés entre l’homme et des virus qui jusque-là ne l’avaient guère affecté.

Nous voyons clairement un lien entre destruction de la nature, maladies, refus de prévoir, guerres et inégalités.
Une publication sur ces questions nous aiderait à comprendre pourquoi notre monde commet toujours les mêmes erreurs. En tant que spécialistes des littératures, cultures et sociétés du Sud nous n’avons rien à dire du point de vue scientifique, mais nous pouvons révéler la pensée et ses illusions qui peuvent encore nous empêcher de remédier au mal et de rendre plus improbable la répétition de ce que nous vivons.

Devons-nous réellement sortir du confinement pour revenir à cette globalisation où les virus voyagent en avion sans passeports et en première classe et où les communautés locales produisent pour vendre au loin en oubliant de produire des masques ou des médicaments utiles pour se prémunir et se guérir ? Pouvons-nous tolérer un monde qui détruit les conditions même de la vie et les valeurs de solidarité ? Un retour sur l’expérience coloniale ou un détour par le thème des épidémies dans les littératures d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine pourraient nous aider à répondre à ces questions. D’autres perspectives des sciences humaines et sociales (civilisation, histoire, philosophie, anthropologie, analyse du discours…) sont également les bienvenues pour ce numéro thématique sur la santé et la colonisation. 

Les avant-projets (3000 caractères) accompagnés d’un titre provisoire, de cinq mots clés et d’une courte biographie de l’auteur.e peuvent être soumis jusqu’au 22 mai 2020 aux deux adresses : michelnaumann.naumann@gmail.com et à revue.miroirs@gmail.com

L’acceptation des avant-projets vaut encouragement mais non pas engagement de publication. Les textes, originaux (non encore soumis à la publication, entre 5000 et 10.000 mots), doivent respecter les consignes de rédaction de la revue Miroirs et devront être envoyés avant le 5 septembre 2020 à Michel Naumann : michelnaumann.naumann@gmail.com  et à revue.miroirs@gmail.com

Les contributions peuvent être rédigées en anglais, en espagnol, ou en français. Selon les critères de la publication, les textes anonymés seront soumis à une évaluation en double aveugle. Les auteur.e.s seront contactés vers le 25 octobre 2020, pour une remise des textes avec les modifications (éventuellement demandées) jusqu’au 10 novembre 2020. Les textes retenus seront publiés sur le site de la revue Miroirs en décembre 2020.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search