Lettres topophiles #7

Lire Topophile

La vie de Topophile

Notre petite équipe bénévole s’agrandit !

Maxime Bricheux, jeune architecte et co-fondateur de Terr’o, élargit l’horizon de notre encyclopédie de réalisations topophiles : près de chez nous, en Normandie, et de l’autre côté du monde, en Asie du Sud-Est.

Moé Muramatsu, paysagiste en devenir, apporte une interprétation imaginative et colorée aux articles de Topophile, maniant allègrement crayons, pastels, feutres…

Bienvenue et merci à vous !!

La conclusion de notre série Covid

Covid #10 | La Nature, source et ressource de l’établissement humain
« Concrétisons le ‘toucher de terre’ tant intellectuel que physique, au moment où nous voyons la Terre sortir de l’ombre moderniste. »
Questions à Philippe Madec, architecte

Nous avons interrogé Emmanuelle Patte, Anne Durand, Patrick Bouchain, Renaud Garcia, Agnès Sinaï, Gilles Clément, Gilles Fumey, Tony Ferri et Thierry Paquot ; et republié des textes anciens aux propos très actuels.

Contribution de l’architecte à la salubrité des maisons et des villes, 1/2 & 2/2
En 1889, Émile Trélat (1821-1907) prononce cette conférence d’une étonnante actualité. Fils de médecin, centralien, membre du Conseil d’hygiène publique et de salubrité du département de la Seine, il fonde en 1865 l’École Spéciale d’Architecture et enseigne une science nouvelle : l’hygiène ! Il s’attache à démontrer que cinq facteurs déterminent la santé des humains : l’air, la lumière, la chaleur, l’eau et le sol, et les étudie en ville et à la campagne.

La queue comme groupe social
En 1939, René Maunier (1887-1951) établit une étymologie des queues ou files d’attente. Durant le confinement, la queue, fait urbain pourtant anodin, a représenté l’unique rassemblement social autorisé. Ces files d’attentes sont devenues notre seule excuse, notre seule occasion pour un ersatz de bain de foule, un ersatz de bain de ville.

Pendant les vacances, transformons l’école

L’école hors-les-murs, l’expérience du chantier et du milieu
« Il nous faut expérimenter ! Sortons de l’école, allons à la rencontre de toute la communauté des bâtisseurs, apprenons les uns les autres, immergeons-nous dans le milieu… »
Par Clémentine Laborderie, tailleuse de pierre, architecte, doctorante-enseignante à l’ENSA Toulouse

Imaginer le métier de vivre
« Ces lieux en marge, quand ils parviennent à durer et à penser ce qu’ils sont en train d’inventer, sont de véritables écoles à ciel ouvert. »
Entretien avec Christophe Laurens, co-fondateur du Master Alternatives Urbaines

Topophile saisit l’occasion de réfléchir à la pédagogie en relatant des expériences passées (Le Bauhaus, le Cidoc d’Ivan Illich), en rapportant des pratiques alternatives actuelles (entretiens avec Simon Teyssou, le directeur de l’ENSA Clermont-Ferrand ; avec Pavel Cenkl, le directeur du Schumacher College ; avec Antoine Aubinais, co-fondateur du festival Bellastock), en proposant des exercices conviviaux (Françoise Crémel, Thierry Paquot)… Une série à suivre.

A Handy Cube of Clay, par Tropical Space
L’atelier de l’artiste-céramiste Le Duc Ha.
Photographies : Hiroyuki Oki

Découvrons la topophilie De la taupophilie « Par le jardinage, je me suis intéressé au plus détesté des habitants de la terre : la taupe, mammifère délicat à la robe moirée et douce. » Par Gilles Clément

Biologie et topophilie « L’espèce humaine a tant modifié son milieu que l’on a beaucoup de mal à reconstituer son mode de vie pendant les 99,6 % de son existence. » Par Pierre Jouventin

La topophilie pour désirer le terroir « La topophilie française atteint son sommet au XIXe siècle, lorsque les restaurants inventent le plateau de fromages. » Par Gilles Fumey

S’incrire aux lettres topophiles


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search