Ateliers 2020-2021

Journée d’études : La Biodiversité – Enjeux littéraires, stylistiques, historiques

15 juin 2021

UNIVERSITÀ CATTOLICA DEL SACRO CUORE
Dipartimento di Scienze Linguistiche e Letterature straniere
UNIVERSITÉ DE PERPIGNAN VIA DOMITIA
Laboratoire CRESEM

Erratum: la modération de l’atelier en Première partie sera assurée par Davide Vago.


Réalisée par Béranger Lacoste, la courte vidéo de présentation de notre travail de recherche-création (voir détails ci-dessous) est en ligne. L’exposition et les conférences prévues en novembre seront reportées dès que la situation sanitaire et la réouverture des universités nous le permettront. Le film dure en réalité presque une heure et sera diffusé sur le campus dans le cadre d’une exposition multimédia (avec photos et textes) dés que possible. En attendant, bon visionnage! 

 

« Etats de corps et échos poétiques de la forêt : pour restaurer l’attention aux chorégraphies du vivant » Travail de recherche-création Arts-Lettres-Sciences réalisé in situ à la Réserve Naturelle Nationale de la Massane projet porté par Bénédicte Meillon

Avec

Pour la danse :

Caroline Granger, Professeure certifiée en anglais et histoire des arts au lycée et doctorante en danse et études anglophones à l’Université de Caen Bénédicte Meillon, Maîtresse de Conférences, spécialiste d’écopoétique, CRESEM, UPVD

Pour la vidéo :

Béranger Lacoste, vidéaste et monteur. Avec l’aide de Bénédicte Meillon et Caroline Granger pour le découpage des séquences et les choix de montage en aléatoire

Pour la prise de son :

Mina Dos Santos, doctorante en ethnomusicologie, et Béranger Lacoste, vidéaste-monteur.

Pour la photographie :

Margot Lauwers, Docteure spécialiste d’écoféminisme, CRESEM, UPVD Bénédicte Meillon, Maîtresse de Conférences, spécialiste d’écopoétique, CRESEM, UPVD

Pour l’écriture des textes:

Bénédicte Meillon, Maîtresse de Conférences, spécialiste d’écopoétique, CRESEM, UPVD

avec la participation de:

Karen Houle, Ecopoètesse et Professeure de philosophie à l’Université de Guelph (Canada) Olivier Panaud, Professeur spécialiste du génome des plantes, LGDP- UPVD, IUF et CNRS Joseph Garrigue, Conservateur de la Réserve Naturelle Nationale de la Forêt de la Massane Jean-André Magdalou, technicien scientifique, Chargé de Missions à la RNN de la Massane


La conférence à plusieurs voix prévue à 16h00 donnera l’occasion d’expliciter les objectifs, les défis et les choix qui ont guidé le travail de recherche-création Arts-Lettres-Sciences à l’origine de l’exposition inaugurée le même jour. Elle sera donnée par Bénédicte Meillon, (porteuse du projet et Maîtresse de Conférences, spécialiste d’écopoétique, CRESEM, UPVD), accompagnée par Olivier Panaud (Professeur spécialiste du génome des plantes, LGDP- UPVD, IUF et CNRS), Caroline Granger (Professeure certifiée en anglais et histoire des arts au lycée et doctorante en danse et études anglophones à l’Université de Caen), Béranger Lacoste (Vidéaste et monteur), et Margot Lauwers (Docteure spécialiste d’écoféminisme, CRESEM, UPVD. Nous partagerons tour à tour notre expérience vécue au fil d’un travail d’exploration puis de la réalisation collective de ce projet. Nous aborderons notamment comment nous avons cherché à croiser nos disciplines et nos savoirs, comment ce travail tissé ensemble nous a en bien des points sortis de nos zones de confort respectives dans tous les domaines mis en jeu et entretissés ici, et, pour certain.e.s comment cette expérience aura peut-être changé notre rapport à nos savoirs et à notre recherche.

 


Soutenances de thèse – CDED – CRESEM : « La sécheresse et le changement climatique dans les romans états-uniens de John Steinbeck à la cli-fi ».

Madame Claire PERRIN soutiendra sa thèse le vendredi 4 décembre à 14h30, partiellement à distance par visoconférence, partiellement en présentiel en Salle Yves Guitton. Il s’agit d’un doctorat de l’UPVD, spécialité Etudes anglaises, sous la direction de Pascale AMIOT et Bénédicte MEILLON, CRESEM : 

« La sécheresse et le changement climatique dans les romans états-uniens de John Steinbeck à la cli-fi ».

Au travers d’un corpus représentatif, cette thèse examine comment les discours scientifiques et politiques sur le changement climatique et l’écologie sont retranscrits, questionnés et mis en image par la fiction.  Son corpus comprend 8 romans états-uniens dont 7, publiés entre 1991 et 2016, relèvent de la nouvelle catégorie littéraire nommée cli-fi ou fiction du changement climatique, et qui représentent ce dernier par la sécheresse. Nous comparons ces romans d’anticipation à la figuration qu’offre John Steinbeck du Dust Bowl dans Les Raisins de la Colère, épisode de sécheresse dévastatrice qui frappa les États-Unis dans les années 1930. Nous démontrons que le roman de John Steinbeck s’inscrit dans une généalogie littéraire commune à la cli-fi qui fait de lui un précurseur de cette catégorie, tant pour les thèmes qu’il aborde que dans leur traitement. Nous démontrons que la cli-fi, catégorie littéraire à ce jour inexplorée en tant que telle par la recherche universitaire francophone et encore très peu analysée par la recherche anglophone, créée et nourrit un imaginaire du changement climatique propre à influencer nos représentations et notre rapport à l’environnement. L’analyse de ces représentations et des imaginaires qu’elles fécondent constituent le corps de notre thèse. Dans un mouvement de va-et-vient entre les textes et leur contexte politico-historique, ainsi que les données scientifiques sur le changement climatique, nous étudions comment la fiction et le réel s’entre-nourrissent. Ceci nous permet d’affirmer tout en l’analysant l’influence de la littérature d’anticipation du changement climatique par le biais de trois grandes thématiques : la relation entre la science et la fiction, la représentation des enjeux sociologiques et anthropologiques du changement climatique, et les discours politiques présents dans la cli-fi, liés à la fin du monde, au motif de l’apocalypse, de l’effondrement, et aux modes dystopiques et utopiques. En filigrane, nous analysons comment les œuvres de notre corpus se positionnent face aux discours climato-sceptiques et à leurs arguments dans le contexte civilisationnel états-unien des années 1930 jusqu’au début du 21ème siècle.

Mots-clés : sécheresse, changement climatique, cli-fi, roman, apocalypse, écologie

This thesis examines how scientific and political discourses about climate change and environmentalism are transcribed, questioned, and staged in fiction. It analyzes 8 American novels, among which 7 belong to the new literary category known as “cli-fi,” which stands for climate fiction. These novels imagine climate change as intense drought. This study compares these futuristic novels to John Steinbeck’s depiction of the Dust Bowl in The Grapes of Wrath. We demonstrate that Steinbeck’s novel stands as an ancestor to cli-fi as much for the themes it addresses as for the way it does. We prove that cli-fi, a literary category which remains unexplored as such in francophone research, and is only starting to be tackled by anglophone research, creates and nourishes an imagination of climate change which can influence our representations of and our relation to the environment. In a back and forth movement between fiction and its political and historical context, as well as scientific data on climate change, we study how the text and the world nourish each other. This allows us to affirm the influence of futuristic climate fiction and analyze it through three main themes: the relation between science and fiction, the representation of sociological and anthropological issues pertaining to climate change, and the political discourses heard in cli-fi, related to the end of the world, the apocalypse, civilization collapse, dystopia and utopia. In the meantime, this thesis analyzes how these novels negotiate climate change denial and its arguments in the American context from 1930 to the beginning of the 21st century.

Keywords: drought, climate change, cli-fi, novel, apocalypse, environmentalism

Résumé de thèse vulgarisé

Cette thèse aborde les enjeux du changement climatique dans la littérature de fiction. Ces dernières années, les romans d’anticipation traitant de ce sujet se sont multipliés, formant une nouvelle catégorie littéraire connue dans le monde anglo-saxon sous le terme de cli-fi ou fiction du changement climatique. Au travers d’un corpus d’œuvres portant sur le changement climatique et la sécheresse, que nous relions au roman fondateur de John Steinbeck Les Raisins de la Colère, cette thèse analyse comment ce type de fiction façonne nos imaginaires du changement climatique, et par réaction notre rapport à l’environnement. Ainsi, elle examine le rôle que joue la littérature de fiction dans nos réactions ou notre déni face au changement climatique – déni qu’elles pourraient contrecarrer par leurs représentations anticipatrices et les réponses qu’elles apportent au climato-scepticisme. En analysant comment la fiction retranscrit les discours scientifiques et politiques portant sur le changement climatique et l’écologie, elle démontre que la clif-fi constitue un support culturel significatif pour l’analyse du phénomène et de nos comportements, et montre que celle-ci pourrait constituer un outil de persuasion et un moteur de changement social en réponse à l’urgence climatique, qui malgré la multiplication des données scientifiques, provoque encore peu de réactions à la mesure du problème.

Résumé vulgarisé anglais

This thesis studies climate change as it is represented in fiction. In the last few years, futuristic novels on the issue have multiplied, creating a new literary category known as “cli-fi,” which stands for climate change fiction. Analyzing 7 futuristic novels tackling climate change as drought, which we relate to John Steinbeck’s foundational novel The Grapes of Wrath, this thesis examines how this fiction shapes our imagination of climate change and of the environment. Thus, it analyzes the role played by fiction in shaping our reaction to or our denial of climate change – a denial which could be countered thanks to futuristic depictions and fictional responses to climate change denial. By examining how fiction transcribes scientific and political discourses on climate change and environmentalism, it demonstrates that cli-fi stands as a major cultural format allowing us to analyze our imagination of climate change, and it shows that cli-fi could be a persuasive tool and a vector of social change in response to climate emergency, which does not stimulate proportional reactions yet, despite the amount of scientific data on the issue.

Le jury sera composé de :

M. Jean-Daniel COLLOMB, Professeur des universités, Université Grenoble Alpes (rapporteur)
M. Charles-Yves GRANDJEAT, Professeur des universités, Université Bordeaux Montaigne (examinateur)
Mme Bénédicte MEILLON, maîtresse de conférences, Université de Perpignan Via Domitia (co-directrice) 
M. Jonathan POLLOCK, Professeur des universités, Université de Perpignan Via Domitia (président)
Mme Frédérique SPILL, Professeure des universités, Université de Picardie Jules Verne (pré-rapporteur)
Mme Pascale AMIOT, Professeure des universités, Université de Perpignan Via Domitia (directrice) 


La soutenance sera publique. Toute personne souhaitant recevoir le lien de connexion est invitée à contacter Claire Perrin (claire.perrin@univ-perp.fr).


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27/05/2021

    […] trouverez l’affiche, le programme et les détails pratiques en suivant le lien ci-contre: https://ecopoetique.hypotheses.org/6190. Nous attirons votre attention notamment sur la rencontre avec l’autrice Anne Sibran, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search