Parution : Littérature et Écologie. Le Mur des abeilles par Pierre Schoentjes

Vient de paraître chez José Corti de Littérature et Écologie. Le Mur des abeilles par Pierre Schoentjes (cf. http://www.jose-corti.fr/PDF-TEXTES/2020-second-semestre-complet.pdf).

Ce livre explore les rapports entre la littérature, l’environnement et l’écologie, dans une perspective écopoétique mise en place avec Ce qui a lieu (Wildproject, 2015). Il complète l’enquête en s’arrêtant à quelques précurseurs oubliés –Maria Borrély–, inattendus –Charles Exbrayat– ou délaissés –Maurice Genevoix– dont la lecture permet de penser la problématique en évitant tout présentisme.

Cette nouvelle étude découle avant tout du constat qu’avec la fin de la première décennie du 21e siècle la littérature française s’est mise à faire une place importante aux atteintes à l’environnement. L’écologie, longtemps suspecte dans l’univers des lettres, est aujourd’hui solidement ancrée dans la littérature d’imagination. Dès lors il devenait souhaitable de scruter plus avant les pratiques d’écritures et d’esquisser les catégories –littérature verte, littérature marron, littérature militante, …– qui permettent d’organiser la production contemporaine.

À la lecture de ce qui a déjà été publié, l’on peut gager que la spécificité du sujet conduira aussi les auteurs à réinventer les formes romanesques. Aborder le changement climatique –phénomène qui se déroule sur une durée qui dépasse de beaucoup le cadre habituel du roman– ou faire une place à la sensibilité des animaux –impossible à aborder par le biais romanesque de la psychologie traditionnellement privilégiée– amène déjà les romanciers à repenser en profondeur les modalités du récit.

L’actualité du sujet implique que les auteurs qui sont abordés ne disposent pas (encore) tous d’une grande visibilité. Alice Ferney, Maylis de Kerangal, Laurent Mauvignier, Jean Rolin ou Sylvain Tesson sont certes célébrés, parfois simultanément par la critique universitaire et par le grand public cultivé. D’autres, Gisèle Bienne ou Claudie Hunzinger par exemple, ont depuis longtemps un cercle de lecteurs fidèles, mais ne sont pas nécessairement connus du plus grand nombre. Guillaume Poix, Frank Bouysse et Éric Plamondon ont émergé plus récemment, mais se sont déjà rendus visibles, souvent en obtenant des prix littéraires majeurs.

Quoi qu’il en soit de leur notoriété́, tous ces écrivains signent des œuvres où la problématique environnementale est l’occasion de réfléchir aux moyens par lesquels l’écriture est à même de rendre compte des problèmes et des défis actuels en matière d’écologie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search