Lettres topophiles #16

Appel personnel : Topophile cherche une maison à Paris ou en proche banlieue parisienne. Martin & Raphael recevraient avec plaisir vos suggestions.
Conseils de lectures
Huit conseils de lecture
Pour les vacances et les fêtes de fin d’année, voici quelques conseils de lectures :
Aux origines de la décroissance, sous la direction de Cédric Biagini, David Murray et Pierre Thiesset L’échappée, 2020) | Lire notre recension

Architectures en fibres végétales d’aujourd’hui de Dominique Gauzin-Muller, membre du conseil topophile (Muséo, 2019) | Lire notre recension

H2O. Les eaux de l’oubli, d’Ivan Illich, dont la pensée irrigue Topophile (Terre Urbaine, 2020) | Lire notre recension

Préserver les solitudes. Parcs et forêts de l’ouest sauvage de John Muir, traduit par Martin Paquot, rhapsode de Topophile (Puf, 2020)

L’Amérique verte. Portraits d’amoureux de la nature, de Thierry Paquot, membre du conseil topophile (Terre Urbaine, 2020) | Lire notre recension

Demeure Terrestre. Enquête vagabonde sur l’habiter, de Thierry Paquot (Terre Urbaine, 2020) | Lire notre recension

L’art d’habiter la Terre. La vision biorégionale de Kirkpatrick Sale (Wildproject, 2020) | Lire notre recension

L’enfant dans la ville de Colin Ward (Eterotopia, 2020) | Lire notre recension

La quinzaine des publications

La ferme des possibles, ou de la sérendipité (Stains) « C’est avec le travail de la terre crue que ma topophilie se manifeste le plus, car la terre est la chair et la mémoire du site. » Questions à son Frédéric Denise (Archipel Zéro)

L’architecture naturelle de Kengo Kuma (Arléa, 2020) « Pourquoi deux peuples d’éleveurs, l’un européen et l’autre africain, n’ont-ils pas droit à la même considération ? » Lu par Maxime Lerolle

Déclaration sur le sol (1990) « Nous avons été dépossédés de nos liens au sol lorsque la modernisation nous a coupés de la terre, du labeur, de la chair, du sol et de la tombe. » par Sigmar Groeneveld, Lee Hoinacki, Ivan Illich

L’invention du colonialisme vert de Guillaume Blanc (Flammarion, 2020) « Pourquoi deux peuples d’éleveurs, l’un européen et l’autre africain, n’ont-ils pas droit à la même considération ? » Lu par Maxime Lerolle

Le sentiment du pittoresque et son éducation (1905) « Ils sont en lutte perpétuelle contre la nature ; le beau pour eux, c’est la nature asservie aux lois de l’homme. » par Lefebvre Saint-Ogan


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search