Call for Papers: SARI Conference ‘Ecofeminism: History, Struggle and Perspectives’, 28-29 May 2021

The Société d’Activités et de Recherches sur les mondes Indiens will be organising the 16th edition of its annual conference online on the theme of Ecofeminism: History, Struggle and Perspectives on 28th and 29th May 2021.

Call for Papers
Ecofeminism: History, Struggle and Perspectives

In India as well as in the Global South, activists and the rank and file of ecological, social, political, decolonial, feminist movements have changed the relations between humans and nature as well as economic, social and gender relations.
Some of the peoples’ struggles to preserve natural resources and biodiversity became emblematic (and at times controversial) movements, such as the tree-hugging act by people which became the Chipko Movement for the protection of forest cover (Guha 1989 ; Rangan 2001) or the Navdanya initiative for seed self-sufficiency in order to spare small scale farmers the debt trap.
These struggles spring from and lead to the questioning of domination and violence in their different avatars and can give rise to denunciation of corruption (Sainath 1996) and of « development » based programmes. Very often, the protection of resources and of biodiversity remains a vital stake for women (Shiva 1988, 2005).   
The attempt to build a new world must create such new relations instead of sacrificing the struggling generations in the name of a better future. Gandhi had understood this truth and in his ashrams he upset conventional relations of domination and ascribed the same tasks to all the community members. Often the road to hope is paved with despair for the present and nightmares of the future but actually when a domino falls all the others soon fall as they are interconnected: women who defend the land against pollution preserve their incomes, they also learn that patriarchal forces, the State and vested interests are working against them. If they hope to convince their community and enlarge the battlefront, they are bound to create new human relations and a different world vision, which is logical as the Neolithic domination of nature also produced the domination of men, the subjugation of women, economic and social inequalities of classes and castes to reach finally the present technological and commercial relations which tend to transform human beings into goods. The new perspectives and connections created by resistance movements and challenging attitudes also affect speech, literature and arts. Amitav Ghosh, among other authors, has evoked these connections between ecology and women in The Hungry Tide. 

The 2021 SARI conference will deal with these questions and awaits paper proposals which work on the following themes:
-ecofeminism on the Indian subcontinent, reforms and struggles among castes, classes, religions and ideologies.
-environmental history, world visions, past and present conceptions of nature and women.
-heroines of these struggles and famous events connected with ecofeminism.
-Works of art and literature connected to such issues.
-detailed studies of the new relations created through ecofeminism (customs, languages, hopes).
-Utopias, dreams, success, illusions and failures.
-global and Indian perspectives of ecofeminism.

Bibliography
Ghosh, Amitav. The Hungry Tide. London: Harper Collins, 2005.
Guha, Ramachandra. The Unquiet Woods: Ecological Change and Peasant Resistance in the Himalaya. Berkeley and Los Angeles: University of California Press, 1990 ; 2000 reprint.
Rangan, Haripriya. Of Myths and Movements: Rewriting Chipko into Himalayan History. Delhi: Oxford University Press, 2000. 
Sainath, P. Everybody loves a good drought. New Delhi: Penguin India, 1996.
Shiva, Vandana. Staying alive. Women, Ecology and Survival in India, New Delhi: Kali for Women, 1988.
Shiva, Vandana. « Les femmes du Kerala contre Coca-Cola » in Le Monde diplomatique, mars 2005, p.20-21. https://www.monde-diplomatique.fr/2005/03/SHIVA/11985 (accédé le 5 janvier 2021)
https://www.navdanya.org/site/latest-news-at-navdanya/698-our-publications (last accessed 5th January 2021)

Authors interested in contributing a paper should send their proposal in English or in French (200 words) with a working title accompanied by a short bio (name, research related status, institutional affiliation, research interests) to madhura.joshi@ut-capitole.fr , michelnaumann.naumann@gmail.com and ahmed.al_mulla@yahoo.fr     

The modalities and the links for attending this multidisciplinary conference will be communicated in April 2021 along with the schedule.

Deadline for sending proposals: 5th March 2021
Notification to authors: 20th March 2021
Publication of conference programme: April 2021
Conference Dates: 28th and 29th May 2021 


Scientific Committee
Madhu Benoit, Université Grenoble Alpes
Fabien Chartier, Université Rennes 1
Geetha Ganapathy Doré, Université Sorbonne Paris Nord
Ahmed Mulla, Université de Guyane
Michel Naumann, Université Cergy Pontoise

Organising Committee
Madhura Joshi, Université Toulouse Capitole
Ahmed Mulla, Université de Guyane
Michel Naumann, Université Cergy Pontoise
Jitka de Préval, Independent Researcher, Specialist of Indian Cinema
Caroline Trech, Université de Rouen Normandie

****
La Société d’Activités et de Recherches sur les mondes Indiens organisera son colloque international annuel les 28 et 29 mai 2021 avec pour thématique l’écoféminisme : histoire, combats et perspectives.

Appel à communications
Ecoféminisme : histoire, combats et perspectives

En Inde et dans les autres pays du Sud global, activistes et populations engagées dans des mouvements de résistances écologique, sociale, politique, décoloniale, genrée voient se modifier au cours des luttes menées divers rapports entre les humains, la nature, les genres, la logique économique et leur environnement social.
Les luttes pour préserver des ressources naturelles et la biodiversité en Inde ont donné lieu à des mouvements devenus emblématiques, parfois controversés, tels que le mouvement Chipko pour la protection des arbres et des forêts (Guha 1989 ; Rangan 2001) ou l’initiative Navdanya pour l’autonomie des paysans en créant une banque de semis afin d’éviter la spirale de l’endettement.
Ces combats entraînent une remise en question de la domination et de la violence dans leurs différents avatars et peuvent donner lieu à une dénonciation de la corruption (Sainath 1996) et à un questionnement des programmes menés au nom du « développement ». Très souvent la protection des ressources et de la biodiversité demeure un enjeu vital, plus particulièrement pour les femmes, qui en dépendent pour leur propre survie (Shiva 1988, 2005).

Les premiers pas engagés vers un monde meilleur doivent nécessairement esquisser de nouveaux rapports car il n’est plus question d’accepter des sacrifices pour accéder à un pouvoir dont profiteraient de nouvelles élites, d’autant que cette stratégie ne permet pas au présent de faire émerger l’avenir. Gandhi le savait, lui qui, dans ses ashrams, redistribuait les tâches quotidiennes et traditionnelles sur la base d’un partage qui anticipait le monde nouveau.
Espérer ce qui n’existe pas encore est une pensée qui peut nous décourager du présent. Or en réalité, lorsqu’une pièce du domino bouge ou tombe, d’autres suivent et tout se transforme en peu de temps. Une lutte pour la préservation de l’environnement qui conduirait les femmes à protéger les sources de leurs revenus contre une quelconque intrusion, à se prémunir contre la domination (patriarcale, étatique) remettrait en cause le statut consacré par les traditions et les religions et esquisserait de nouveaux rapports humains et une vision différente du monde et de la vie.
Ce nouvel idéal serait notamment moins marchand, plus égalitaire et plus respectueux de l’environnement. La réalisation de cet idéal viendrait mettre un terme à la domination de la nature qui, au néolithique, a conduit à la domination des femmes par les hommes et à l’instauration par la suite du patriarcat, des castes et des classes. Ces inégalités qui se sont créées au fil des siècles demeurent toujours vives mais elles sont davantage liées aux dérives des processus de marchandisation à l’échelle mondiale ! Ces perspectives nouvelles et ces ébranlements éveillés par les combats féministes et écologiques sont accompagnés de transformations au niveau du discours, de la littérature et des arts. Amitav Ghosh a travaillé sur ces thèmes dans Hungry Tide mais il est loin d’être le seul.

Sur le thème de l’écoféminisme, la conférence annuelle de la SARI se propose de réfléchir à ces liens subtils et riches. Nous accueillerons donc des interventions sur les thèmes suivants:
-traditions écoféministes du sous-continent indien, réformes et mouvements en ce sens au sein des castes, classes dominées et des subalternes, mouvements de rénovations religieuses et politiques…
-l’histoire environnementale, les visions du monde, de la nature et des femmes qui s’opposèrent hier et s’opposent aujourd’hui à de telles avancées ou au contraire les favorisent.
-les héroïnes passées et présentes de ces luttes et les grands combats menés hier et aujourd’hui.
-la participation des arts et des lettres à ces transformations.
-réussites et échecs des luttes et utopies.
-l’analyse des actions novatrices et quotidiennes dans le domaine des mœurs, au niveau de la langue et des aspirations individuelles et/ou collectives.
-les perspectives globales ouvertes en Inde sur ces questions.

Bibliographie
Ghosh, Amitav. The Hungry Tide. London : Harper Collins, 2005.
Guha, Ramachandra. The Unquiet Woods: Ecological Change and Peasant Resistance in the Himalaya. Berkeley and Los Angeles : University of California Press, 1990 ; réédition 2000.
Rangan, Haripriya. Of Myths and Movements : Rewriting Chipko into Himalayan History. Delhi : Oxford University Press, 2000. 
Sainath, P. Everybody loves a good drought. New Delhi : Penguin India, 1996.
Shiva, Vandana. Staying alive. Women, Ecology and Survival in India, New Delhi : Kali for Women, 1988.
Shiva, Vandana. « Les femmes du Kerala contre Coca-Cola » in Le Monde diplomatique, mars 2005, p.20-21. https://www.monde-diplomatique.fr/2005/03/SHIVA/11985 (accédé le 5 janvier 2020)
https://www.navdanya.org/site/latest-news-at-navdanya/698-our-publications accédé le 5 janvier 2021.

Ce colloque pluridisciplinaire aura lieu intégralement en ligne : les modalités de diffusion et les liens pour assister au colloque seront communiqués au début de mois d’avril 2021.   
Les auteur.e.s peuvent envoyer leur proposition de communication (de 200 mots) en français ou en anglais  avec un titre provisoire et accompagnée d’une note biographique (nom, établissement de rattachement, fonction et travaux) à madhura.joshi@ut-capitole.fr , à michelnaumann.naumann@gmail.com et à ahmed.al_mulla@yahoo.fr
Date limite d’envoi des propositions : le 5 mars 2021
Date de retour aux auteurs : le 20 mars 2021
Finalisation et Envoi du programme : début avril 2021
Dates du colloque : les 28 et 29 mai 2021 


COMITE SCIENTIFIQUE
Madhu Benoit, Université Grenoble Alpes
Fabien Chartier, Université Rennes 1
Geetha Ganapathy Doré, Université Sorbonne Paris Nord
Ahmed Mulla, Université de Guyane
Michel Naumann, Université Cergy Pontoise

COMITE D’ORGANISATION
Madhura Joshi, Université Toulouse Capitole
Ahmed Mulla, Université de Guyane
Michel Naumann, Université Cergy Pontoise
Jitka de Préval, chercheure indépendante spécialiste du cinéma indien
Caroline Trech, Université de Rouen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search