Publication : L’EXPRESSION DES ÉMOTIONS chez l’Homme et les animaux – DARWIN

Traduction et édition réalisées par Patrick Tort.

Précédé de : Patrick Tort, L’origine de la sympathie

Paris, Honoré Champion

Paru le 26 novembre 1872, ce chapitre détaché de La Filiation de l’Homme
consacré à l’expression des émotions chez l’Homme et les animaux est
ordinairement reconnu par les commentateurs contemporains comme un ouvrage d’une
singulière importance pour l’élaboration de disciplines d’étude telles que
la psychologie animale, l’éthologie, l’anthropologie et les sciences du
langage et de la communication.

Pour justifié qu’il soit, cet hommage des auteurs à la modernité d’un texte
dont les intuitions majeures remontent cependant à la jeunesse de Darwin ne
doit pas faire oublier l’objectif premier du livre, qui est de fournir à l’histoire
naturelle transformiste un supplément de preuve tiré de l’étude minutieuse
des mécanismes anatomo-physiologiques mis en œuvre par la traduction
somatique des différents « états de l’esprit » – et donc de vérifier leur
relative universalité au sein de l’espèce humaine, tout en examinant les
manifestations probables de leurs ébauches animales. Et, au passage, de
réfuter là aussi les thèses providentialistes de la théologie naturelle, qui
soutiennent avec Charles Bell que l’homme est seul à disposer, suivant le
dessein du Créateur, de muscles spécialement destinés à produire sur son
visage et dans ses yeux l’ineffable inscription des passions de son âme.

Dès lors, l’opposition réitérée de l’inné (le socle naturel, biologique,
donc universel de l’expression) et de l’acquis (la sédimentation d’habitudes
et d’instructions culturelles particulières) tend à occulter, sous la
persistante banalité des commentaires qu’elle régit, ce qui chez Darwin
proclame pourtant son indispensable dépassement. Combinant sans cesse les
deux ressources, Darwin, ainsi que le montre Patrick Tort dans sa préface, n’est
ni dans un pur innéisme pré-lorenzien, ni dans l’artificialisme ou dans le
conventionnalisme de principe des sciences sociales, mais dans l’articulation
qu’avaient perçue et théorisée Condillac et, dans le registre esthétique,
Diderot entre les signes naturels des émotions et leur apprentissage
néanmoins nécessaire.

Onze volumes des oeuvres complètes de Charles Darwin précédemment parus chez
Slatkine (Genève) et/ou Honoré Champion (Paris), sous la direction
scientifique de Patrick Tort et avec la collaboration de Michel Prum.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search