Appel à communications : “Abondance et manque” Bordeaux-Montaigne 17-18 février 2022

Abondance et manque se posent comme des états opposés et sont pourtant 
tous deux contraires de l’équilibre, de l’harmonie, du neutre. La 
recherche ou la fuite d’une de ces deux extrémités met en jeu notre 
rapport aux ressources, au besoin et au désir, et nous invite à 
réfléchir à la question de la valeur, de la norme, et de l’excès. 
D’abord une question de survie fondamentale, notre rapport à 
l’abondance et au manque peut s’observer dans l’organisation de nos 
sociétés, de la langue, mais aussi dans nos recherches d’une 
esthétique et d’une expression.

D’un point de vue civilisationnel, les notions d’abondance et de 
manque évoquent la question des ressources, du marché, et du 
consumérisme. « L’ère de l’abondance » que nous vivons est marquée par 
la prolifération d’objets de consommation mais aussi d’informations. 
Dans le cadre de la consommation ostentatoire, l’abondance de 
richesses est mobilisée pour accumuler du capital culturel. Parmi les 
ressources qui peuvent être abondantes ou manquantes, la nourriture 
est un exemple qui interroge l’ambivalence de l’abondance. Si les 
festins peuvent jouer un rôle positif de renforcement du lien social 
et du prestige de l’hôte, la surabondance actuelle des nourritures 
industrielles transformées a des effets pervers sur la santé des 
consommateurs y compris les plus précaires. L’abondance peut avoir des 
effets positifs, comme pendant certaines périodes où la prospérité 
économique se conjugue à une fertilité créatrice et artistique (par 
exemple pendant les « Roaring Twenties » ou « années vrombissantes » 
aux États-Unis), de même que le besoin peut susciter l’innovation. À 
l’inverse, les effets pervers de l’abondance se manifestent par les 
conséquences négatives de l’hyperconsommation, notamment en termes 
environnementaux, mais aussi en termes culturels, éthiques et 
spirituels.

D’un point de vue littéraire, on interrogera à la fois les 
représentations de l’abondance et du manque, et les formes qui jouent 
sur ces deux opposés. Ces questions pourront s’explorer à partir de 
l’écocritique, pour montrer comment les pertes associées à la 
dégradation environnementale sont évoquées par la littérature, et se 
demander, par exemple, si l’environnement est représenté comme un lieu 
de plénitude ou comme un site du manque et de la mutilation. De même, 
les écritures de la décadence et de la vacuité associées à la 
profusion consumériste nous interrogent sur la valeur de l’abondance 
et sur la distinction entre quantité et qualité. Un tel jeu autour du 
vide et du plein, de la saturation et de l’omission, peut affecter la 
réception du texte et rendre la compréhension difficile, jusqu’à créer 
parfois un manquement de l’interprétation : depuis les écritures 
blanches et les textes qui créent des manques afin de susciter 
l’aporie, jusqu’aux textes qui enflent, débordent, accumulant mots ou 
références intertextuelles, parfois au point de saturer le sens. Il 
s’agira aussi d’envisager les formes artistiques qui prennent appui 
sur le manque et la pénurie. Art du déchet, du bricolage, de 
l’assemblage, des restes, témoignent de la créativité qui peut émerger 
à partir du besoin. Ce sujet nous encourage aussi à réfléchir aux 
formes artistiques et visuelles qui jouent sur le vide et le plein, 
entre équilibre et déséquilibre, et à la question du remplissage (de 
la case, de la page, de la toile, de l’espace créateur, de l’horizon 
d’attente).

Nous souhaitons aussi encourager des contributions s’appuyant sur les 
problèmes spécifiques à la langue et qui pourront montrer comment 
penser le discours et les effets de sens en termes de manque et 
d’abondance. Le manque s’exprime à travers différents phénomènes liés 
à la lacune, au manquement, à l’écart et au décalage. Le traducteur, 
tantôt inondé de choix parmi lesquels il doit trancher ou au contraire 
confronté à des options très limitées, doit composer avec des manques 
lexicaux dans la langue source ou dans la langue cible. Mais la 
traduction nous amène aussi à prendre en compte des décalages plus 
larges, entre les lecteurs ou entre les cultures, ainsi qu’à nous 
poser la question de la réception : quels textes sont traduits ? 
Pourquoi y existe-t-il une abondance de traductions de certains textes 
et pas d’autres, pourquoi certaines littératures restent-elles peu 
traduites ?

La notion de manquement, appliquée au langage et à l’expression, nous 
interroge sur ce qui constitue une défaillance ou une inadéquation du 
langage. L’exemple des écarts accidentels, ces phonèmes, morphèmes ou 
mots qui pourraient exister mais sont absents d’une langue, nous amène 
à nous demander ce qui constitue véritablement un manquement de la 
langue. Une abondance de terminologie et d’étiquettes peut-elle être 
néfaste au lieu d’être constructive ? S’agit-il de tout pouvoir 
exprimer par les mots ? La question du manque et du décalage œuvre 
aussi au niveau sémantique. Face à des signes ambigus, et ainsi à une 
abondance d’interprétations, nos modes de pensée et de compréhension 
habituels sont déstabilisés : quand certains se délectent des joies 
créatives de l’instabilité, d’autres au contraire sont en quête de la 
certitude associée à une définition univoque.

Ce colloque est ouvert à tout.e.s mais s’adresse en priorité aux 
jeunes chercheuses et chercheurs en études anglophones.Les 
communications en anglais ou en français pourront porter, sans s’y 
limiter, sur les thèmes suivants :

  – Représentations du manque et de l’abondance dans la littérature et 
dans les arts

– Formes textuelles et narratives, choix stylistiques et rhétoriques 
qui jouent sur l’abondance et le manque

– Esthétiques en rapport avec l’abondance et/ou le manque (baroque, 
minimalisme)

– Motifs de l’abondance et du manque (festins et famines, déluges et déserts)

– L’espace et son (non) remplissage

– L’hyperconsommation, la pénurie

– Les inégalités et disparités sociales

– La distribution de Pareto

– La valeur de la rareté

– L’abondance et le manque de nourriture

– La croyance en un âge d’or

Les propositions, de 250 mots environ, sont à envoyer accompagnées 
d’une courte bio à nina.eldridge@u-bordeaux-montaigne.fr avant le 30 
octobre 2021. Elles seront étudiées par l’ensemble du comité 
organisateur, composé de Nina Eldridge, Méliné Kasparian-Le Fèvre, 
Riyad Moosoody, et Aurélien Royer (CLIMAS, Université Bordeaux 
Montaigne).


Abundance and scarcity appear as opposites and yet both mark a 
deviation from a state of harmony, balance, or neutrality. Seeking out 
or fleeing from one of these two extremities engages the way we relate 
to resources, or to desire and need, and invites us to think on issues 
of value, norms, and excesses. Primarily an issue of basic survival, 
our relationship to abundance and scarcity can be observed through the 
organisation of our societies and of language, but also in our 
concerns around aesthetics and expression.

         From a cultural and historical perspective, issues of 
abundance and scarcity evoke the realm of resources, markets and 
consumerism. The current ‘era of abundance’ is defined by an abundance 
both of consumer goods and of information. In regards to conspicuous 
consumption, an abundance of wealth is used to amass cultural capital. 
Among resources that can be either scarce or abundant, food is a 
particularly useful example for calling into question the ambivalence 
of abundance; though a feast may play a positive role in reinforcing 
social ties, or a host’s prestige, today’s overabundance of processed 
foods has shown perverse side-effects in regards to certain 
populations’ health, including the more disadvantaged. Abundance may 
also have more positive effects – such as during times where economic 
prosperity is combined with creative and artistic growth, during 
America’s ‘Roaring Twenties’ for instance (though of course times of 
need may also be a drive for innovation.) Conversely, abundance may 
also bring creative stagnation in intellectual and artistic movements 
as well as the adverse effects of rampant consumerism – notably in 
terms of the environment but also in regards to cultural, ethical, and 
spiritual concerns.

 From a literary angle, papers might consider representations of 
abundance and scarcity as well as the way literary form can play with 
these two opposing concepts. These issues might be considered via 
eco-criticism, for instance, in looking at how the losses associated 
with environmental degradation are evoked in literature or looking at 
whether nature is seen as a place of overflowing abundance or as a 
place of lack and loss. Similarly, writings about the decadence and 
vacuity that are associated with consumerist profusion or unscrupulous 
displays of wealth question the morality of abundance and encourage a 
distinction between quality and quantity. Playing with gaps and 
wholes, with saturation and omissions, may affect a text’s reception, 
sometimes creating challenges to comprehension or even gaps in our 
understandings and interpretations – from les écritures blanches and 
texts that create aporia-producing gaps, to texts that seem to inflate 
and overflow, that hoard words and intertextual references, sometimes 
to the point of saturating meaning. Attention might also be given to 
artistic forms that derive from scarcity and paucity. Junk art, the 
DIY aesthetic, collage, creating something out of whatever is left 
over… These approaches show the creativity that can be born from times 
of need. Papers might also consider works that play on the oppositions 
between the void and the whole, between equilibrium and extremes, as 
well as the issue of filling, or not filling, spaces – whether a 
panel, a page, a canvas, a workspace, a horizon of expectation.

             We would also like to welcome papers discussing issues 
specifically relating to language and that show how we might think 
about meaning and discourse in terms of abundance and scarcity. 
Scarcity shows itself as a lack or as an absence in various phenomena 
related to gaps. Translation studies, for instance, must navigate the 
lexical gaps that exist in either the target or the source language – 
either wading through an abundance of choices or stranded where 
solutions are scarce. Yet translating also requires keeping in mind 
the much larger gaps between cultures or between readers. Thinking 
about translation practices also asks the question of reception. Which 
texts are translated? Why are some texts re-translated and some 
literatures so scarce on the shelves of other cultures?

Scarcity also prompts the question of what’s missing. Applied to 
language and expression, this can be seen in the case of accidental 
gaps – parts of language (whether words, morphemes or phonemes) that 
could exist but simply don’t. Once noticed, they beg the question of 
whether or not every part of life can or should fit into language. Can 
excessive labelling and an over-abundance of terminology not be 
harmful or hubristic?

The lacks and gaps of scarcity also manifest in language’s semantic 
issues. Grappling with ambiguous signs destabilises our habitual mode 
of knowledge and understanding – faced with an abundance of 
interpretations one may either thrive in the creative joys of 
instability or on the contrary search for the certainty brought by a 
singular authoritative definition.

The conference is open to all but priority will be given to doctoral 
candidates. Papers may be given in English or in French.

Topics may include but should by no means be limited to:

– Representations of abundance and scarcity in literature and the arts

– Narrative and textual forms, stylistic and rhetorical devices that 
play on abundance and/or scarcity

– Aesthetics of abundance and/or scarcity (baroque, minimalism)

– Symbolic motifs such as famines and floods

– Empty or full spaces (creative or physical)

– Over-consumption, shortages

– Social inequalities and disparities

– The value of rarity

– Abundance or scarcity of food

– the Pareto distribution

– Belief in a Golden Age

  Please email a 250 word abstract as well as a short biographical 
note to nina.eldridge@u-bordeaux-montaigne.frby 30th October 2021. 
Your submission will be examined by the full committee. Committee: 
Nina Eldridge, Méliné Kasparian-Le Fèvre, Riyad Moosoody, and Aurélien 
Royer (CLIMAS, Université Bordeaux Montaigne).

Références bibliographiques/Bibliography

  Angel-Perez, Elisabeth, and Alexandra Poulain, eds. Hunger on the 
Stage. Cambridge Scholars Publishing, 2008.

  Bataille, Georges. La Part maudite : précédé de la notion de 
dépense. Les Éditions de Minuit, 1967.

  Bauman, Zygmunt. Wasted Lives: Modernity and Its Outcasts. John 
Wiley & Sons, 2013.

  Bouisset, Maïten. Arte Povera. Editions du Regard, 1994.

  Delville, Michel, and Andrew Norris. The Politics and Aesthetics of 
Hunger and Disgust: Perspectives on the Dark Grotesque. Routledge, 2017.

  Hawkins, Gay. The Ethics of Waste: How We Relate to Rubbish. Rowman 
& Littlefield Publishers, 2006.

  Hilton, Matthew. The Politics of Consumption: Material Culture and 
Citizenship in Europe and America. Berg, 2001.

  Humphery, Kim. Excess: Anti-consumerism in the West. Polity Press, 2010.

  Jones, Gavin. American Hungers: The Problem of Poverty in U.S. 
Literature, 1840-1945. Princeton University Press, 2009.

  Kimmerer, Robin Wall. Braiding Sweetgrass: Indigenous Knowledge, 
Scientific Knowledge and the Teachings of Plants. Milkweed Editions, 
2013.

  Lewis, Tania, and Emily Potter, editors. Ethical Consumption: A 
Critical Introduction. Taylor & Francis, 2013.

  McCulloch, Ann, and Pavlina Radja. Food and Appetites: The Hunger 
Artist and the Arts. Cambridge Scholars Publishing, 2012.

  Morrison, Susan Signe. The Literature of Waste: Material Ecopoetics 
and Ethical Matter. Palgrave Macmillan, 2015.

  Potter, David. People of Plenty: Economic Abundance and the American 
Character.University of Chicago Press, 1954.

  Rasula, Jed. This Compost: Ecological Imperatives in American 
Poetry. University of Georgia Press, 2012.

  Scanlan, John. On Garbage. Reaktion Books, 2005.

  Scholl, Lisa. Hunger Movements in Early Victorian Literature: Want, 
Riots, Migration. Routledge, 2016.

  Stresser, Susan. Waste and Want: A Social History of Trash. Henry 
Holt and Company, 2014.

  Vernon, James. Hunger: A Modern History. Harvard University Press, 2009.

Ybarra-Fausto, Tomas. “Rasquachismo: A Chicano Sensibility.” Chicano 
Aesthetics: Rasquachismo, Movimiento Artistístico del Río Salado, 
1989, pp. 5-8.

  Whiteley, Gillian. Junk: Art and the Politics of Trash. Bloomsbury 
Publishing, 2010.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search