Ateliers 2021-2022

Vendredi 12 novembre 2021 

Manifestation autour de la zoopoétique dans l’œuvre de Sylvère Petit, cinéaste et photographe du vivant, le Vendredi 12 novembre 2021, à Perpignan:

16h30:  Bibliothèque Universitaire de l’UPVD, premier étage: vernissage de l’exposition les Métamorphoses en présence du photographe, Sylvère Petit (présentation par Marie-Pierre Ramouche, Maîtresse de Conférences à l’UPVD et co-porteuse d’OIKOS)

 19h: Institut Jean Vigo, Perpignan:  projection du film Ani-maux, suivie d’une rencontre-débat avec Sylvère Petit animée par la zoopoéticienne Anne Simon , directrice de Recherche au CNRS.


Soutenance d’HDR de Bénédicte Meillon, le vendredi 3 décembre 2021,
à l’Université de Bordeaux Montaigne, à 14h00

La soutenance sera publique, organisée en présentiel et avec la possibilité de suivre par Zoom.


Séance animée par les jeunes chercheuses d’OIKOS, le lundi 7 février 2022,

de 17h30 à 19h30, Salle Environnements du CRESEM (Rdc du Bâtiment Y, UPVD)

Première partie, de 17h30 à 18h30: “Lectures écocritiques de la littérature apocalyptique: cli-fi, crise écologique et pandémies dans la fiction contemporaine”, séance modérée par Jonathan Pollock.

Avec Giulia Verardi, préparant une thèse de doctorat financée par le CRESEM, sous la direction de Jonathan Pollock, et Namadia Djariétou, préparant une thèse de doctorat au CRESEM, financés par Campus France Gabon, sous la direction de Bénédicte Meillon (voir résumés ci-dessous).

Deuxième partie, de 18h30 à 19h30: “Approches écopsychologiques et écoféministes du cinéma et de la littérature écopoétiques”, séance modérée par Béné Meillon.

Julie Fortin, préparant une thèse de doctorat financée par le CRESEM, sous la direction d’Elise Domenach et Bénédicte Meillon et Noémie Moutel, préparant une thèse de doctorat au CRESEM, sous la direction de Bénédicte Meillon (voir résumés ci-dessous).

La séance est ouverte à tous et toutes. Elle se tiendra en chair et en os.

Titre de la thèse en cours de rédaction par Giulia Verardi, sous la direction de Jonathan Pollock : « Les derniers hommes ». Fictions de la survie après la catastrophe climatique

Résumé :

En abordant le débat écologiste, le genre littéraire de la « fiction climatique » nous invite à prendre conscience de l’urgence du moment, en racontant non seulement les conséquences désastreuses que le changement climatique peut engendrer, mais aussi en offrant la possibilité de repenser notre système social pour éviter le désastre environnemental. Malgré les études menées dans le domaine des éco-fictions, le rôle des maladies et des pandémies dans ces romans n’a pas reçu suffisamment d’attention, et les interactions entre humains et non-humains n’ont pas encore été approfondies. Cette thèse vise à explorer un corpus anglophone d’œuvres contemporaines, qui seront analysées en comparaison avec le roman précurseur de Mary Shelley, The Last Man (1826). Ces romans sont : Where Late the Sweet Birds Sang (Wilhelm, 1976), Always Coming Home (Le Guin, 1985), Parable of the Sower et Parable of the Talents (Butler 1993, 1998), The Ice People (Gee, 1998), la trilogie MaddAddam (Atwood, 2003-2013) et The Swan Book (Wright, 2013). Cette étude s’appuie sur la théorie narrative, les études écocritiques et écoféministes, ainsi que sur les théories anthropologiques et sociologiques. Premièrement, elle a pour but d’examiner le temps narratif des récits, deuxièmement les communautés que les derniers êtres humains créent, et troisièmement l’écosystème dans lequel ils vivent et avec lequel ils interagissent, ainsi que les maladies causées par leur approche du monde naturel. Les résultats pourront montrer comment la théorie du chaos déterministe met en relation ces trois aspects : 1) la non-linéarité du temps narratif, 2) la manière dont les communautés (composées d’êtres humains et non-humains) évoluent d’un système hiérarchique à un système horizontal, 3) la façon dont les problèmes écologiques et la propagation des maladies s’influencent et se déterminent mutuellement.

Titre de la thèse de Namadia Djariétou, sous la direction de Bénédicte Meillon :« L’imaginaire de la fin du monde dans des fictions occidentales et africaines contemporaines »

Résumé :

Cette thèse porte sur la question environnementale abordée dans une perspective apocalyptique. Elle s’intéresse à des œuvres qui entrent dans le genre de la « cli-fi » (« climate fiction ») tout en questionnant le désenchantement des relations entre les humains et le monde dit « naturel », en même temps qu’elles invitent à l’éveil d’une conscience écologique. Cet imaginaire de la fin du monde naît en réaction à l’impasse écologique caractérisant la période contemporaine. La mobilisation de fictions occidentales et africaines contemporaines, appartenant à des aires géographiques, linguistiques et culturelles fort différentes, ont vocation à enrichir la lecture existante de la « cli-fi » telle qu’elle est développée dans les études occidentales. Il s’agit d’interroger l’imaginaire de la fin du monde hors du territoire occidental afin de mettre en lumière des mécanismes mis en œuvre par les Africains pour aborder la fin du monde, voire pour la contrecarrer, la faire changer de rails, ou encore y survivre. La pertinence de cette étude comparative entre deux imaginaires de la crise écologique réside dans le fait qu’ils se nourrissent de richesses culturelles différentes. Chaque imaginaire poétise la fin du monde selon ses particularités culturelles et régionales. L’implication de la fiction apocalyptique africaine dans le débat écologique actuel et dans les domaines écocritiques et écopoétiques pourrait permettre de nouvelles percées dans la pensée de la crise de l’imagination et des sensibilités en lien avec le vivant. Il n’est plus question de penser la résilience écologique et des sociétés en se limitant à la vision occidentale, mais d’intégrer aussi le point de vue d’artistes africains qui pourraient bien contribuer à rénover nos imaginaires et nos récits collectifs concernant nos manières d’habiter le monde.

Titre de la thèse en cours de rédaction par Julie Fortin, sous la direction d’Elise Domenach et Bénédicte Meillon : “Repenser l’imaginaire philosophique environnemental : voix écoféministes et traitement écopoétique de l’espace dans le cinéma contemporain”

Résumé:

Ce projet de thèse porte sur la relation entre écopoétique et écoféminisme dans le cinéma contemporain. Il s’agit d’une recherche interdisciplinaire qui s’appuie à la fois sur la philosophie, le
cinéma et l’écopoétique. Ce travail vise à interroger la perception et la représentation des liens entre humains et non humains dans l’écocinéma. Nous étudierons ainsi la manière dont l’écocinéma engendre un décentrement radical qui intime aux spectateurs et spectatrices d’adopter une position écocentrée, plutôt qu’anthropocentrique. Nous prêterons notamment attention à la question des voix, des corps, de la matérialité et des puissances d’agir portés à l’écran par ces films qui mettent au premier plan les interactions entre humains et autres qu’humains. Nous réfléchirons enfin tout du long à ce que ces nouvelles tendances impliquent comme (r)évolution du point de vue de la philosophie.

Titre de la thèse de Noémie Moutel, sous la direction de Bénédicte Meillon : « Héroïnes et trajectoires écoféministes à l’aune de la pensée de Theodore Roszak »

Résumé de la communication:

Afin de présenter les contours et enjeux de la thèse intitulée « Héroïnes et trajectoires écoféministes à l’aune de la pensée de Theodore Roszak », je procéderai en trois temps. J’apporterai d’abord les repères historiques et culturels nécessaires à l’appréhension du corpus roszakien, traversé notamment par la dichotomie opposant la contre-culture à la technocratie. L’identification de cette première tension facilitera la présentation de topoï, ou lieux caractéristiques d’une trajectoire d’émancipation écoféministe, dont j’ai pu analyser la présence dans plusieurs romans états-uniens contemporains, dont deux signés par l’auteur. Il s’agira enfin de s’interroger sur les façons dont les héroïnes de ces romans sont caractérisées telles des « sorcières ».  De quelles émancipations sont-elles les protagonistes ? Quels imaginaires suscitent-elles ?

Bibliographie indicative : Bugs (1981) et The Memoirs of Elizabeth Frankenstein (1995), de Theodore Roszak ; Circe (2018), de Madeline Miller ; Where the Crawdads Sing (2018), de Delia Owens.

__________________________________________________________________________________________________________________

Journée d’études « Echos poétiques de la forêt »

25 mars 2022, Salle Bleue

Bibliothèque Universitaire de l’Université de Perpignan Via Domitia

OIKOS, atelier de recherche en écopoétique, écocritique et écoanthropologie,

Axe Poétique et Perception, CRESEM, UPVD

Suivez ce lien pour retrouver les captations de la Journée d’études :

Suivez ce lien pour retrouver le teaser de l’exposition :

Programme

14h30 « La clé des sylves,depuis Robert Marteau – écologie, poésie et politique ». Aline Bergé, Maîtresse de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, UMR 7172 THALIM (CNRS/Paris 3/ENS). Conférence modérée par Bénédicte Meillon, Maîtresse de conférences HDR, CRESEM, UPVD & LARCA-CNRS, Université de Paris Cité.

15h30 Inauguration de l’exposition « Danses et anamorphoses sylvestres » : photo, danse, vidéo et poésie à la Bibliothèque Universitaire de l’UPVD, étages 1 et 2. Travail de recherche-création réalisé par un collectif porté par Bénédicte Meillon- (Maîtresse de Conférences-HDR, OIKOS, Axe Poétique & Perception, CRESEM-UPVD 14h30 « La clé des sylves,depuis Robert Marteau – écologie, poésie et politique ». Aline Bergé, Maîtresse de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, UMR 7172 THALIM (CNRS/Paris 3/ENS). Conférence modérée par Bénédicte Meillon, Maîtresse de conférences HDR, CRESEM, UPVD & LARCA-CNRS, Université de Paris Cité. ), avec Caroline Granger (Docteure en études anglophones et études en danse), Béranger Lacoste (Vidéaste), Margot Lauwers (Docteure en études anglophones et écoféminisme), Olivier Panaud (Professeur des Universités spécialiste de génomique des plantes, LGDP-UPVD et IUF), Mina Dos Santos (Doctorante en ethnomusicologie), avec la participation de Joseph Garrigue (Conservateur de la Réserve Naturelle de la Forêt de la Massane), Jean-André Magdalou (Chargé de mission scientifique à la Réserve Naturelle de la Forêt de la Massane) et Karen Houle (Poétesse et Professeure des Universités en philosophie, Université de Guelph, Canada).

16h00 « Croiser les approches du vivant :  vers une écopoétique transdisciplinaire de la forêt » présentation du travail de recherche-création réalisé in situ à la Réserve Naturelle de la Massane. Bénédicte Meillon, Maîtresse de conférences Habilitée à Diriger des Recherches à l’Université de Perpignan Via Domitia, en délégation auprès du LARCA-CNRS, Université de Paris Cité, porteuse du projet de recherche-création écopoétique réalisé en Massane, spécialiste d’écopoétique ; Olivier Panaud, Professeur des Universités, LGDP, IUF spécialiste du génome de plantes ; et Caroline Granger, Docteure en études anglophones et études en danse, Université de Caen.

17h00 « Rencontre avec l’autrice invitée Anne Sibran », modérée par Pascale Amiot, Professeure des Universités, CRESEM, UPVD.

19h00, Viendra le feu, d’Oliver Laxe, Projection à l’Institut Jean Vigo, présentation et débat animés par Marie-Pierre Ramouche, Maîtresse de conférences, CRESEM, UPVD


“L’inaperçu du point de vue écocritique et écopoétique”,
2 Conférences par Béné Meillon et Giulia Verardi, le 28 juin 2022


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search