Séance animée par les jeunes chercheuses d’OIKOS : “Lectures écocritiques de la littérature apocalyptique: cli-fi, crise écologique et pandémies dans la fiction contemporaine”

Séance animée par les jeunes chercheuses d’OIKOS, le jeudi 9 décembre 2021, à 12h30, Salle Environnements du CRESEM (Rdc du Bâtiment Y, UPVD)

“Lectures écocritiques de la littérature apocalyptique: cli-fi, crise écologique et pandémies dans la fiction contemporaine”

Avec Giulia Verardi, préparant une thèse de doctorat sous la direction de Jonathan Pollock, et Namadia Djariétou, préparant une thèse de doctorat sous la direction de Bénédicte Meillon et Jonathan Pollock. La séance est ouverte à tous et toutes. Elle aura lieu uniquement en chair et en os et sera modérée par Béné Meillon.

TITRE DE LA THESE en cours de rédaction par Giulia Verardi, sous la direction de Jonathan Pollock : « Les derniers hommes ». Fictions de la survie après la catastrophe climatique

RESUME (282 mots) :

En abordant le débat écologiste, le genre littéraire de la « fiction climatique » nous invite à prendre conscience de l’urgence du moment, en racontant non seulement les conséquences désastreuses que le changement climatique peut engendrer, mais aussi en offrant la possibilité de repenser notre système social pour éviter le désastre environnemental. Malgré les études menées dans le domaine des éco-fictions, le rôle des maladies et des pandémies dans ces romans n’a pas reçu suffisamment d’attention, et les interactions entre humains et non-humains n’ont pas encore été approfondies. Cette thèse vise à explorer un corpus anglophone d’œuvres contemporaines, qui seront analysées en comparaison avec le roman précurseur de Mary Shelley, The Last Man (1826). Ces romans sont : Where Late the Sweet Birds Sang (Wilhelm, 1976), Always Coming Home (Le Guin, 1985), Parable of the Sower et Parable of the Talents (Butler 1993, 1998), The Ice People (Gee, 1998), la trilogie MaddAddam (Atwood, 2003-2013) et The Swan Book (Wright, 2013). Cette étude s’appuie sur la théorie narrative, les études écocritiques et écoféministes, ainsi que sur les théories anthropologiques et sociologiques. Premièrement, elle a pour but d’examiner le temps narratif des récits, deuxièmement les communautés que les derniers êtres humains créent, et troisièmement l’écosystème dans lequel ils vivent et avec lequel ils interagissent, ainsi que les maladies causées par leur approche du monde naturel. Les résultats pourront montrer comment la théorie du chaos déterministe met en relation ces trois aspects : 1) la non-linéarité du temps narratif, 2) la manière dont les communautés (composées d’êtres humains et non-humains) évoluent d’un système hiérarchique à un système horizontal, 3) la façon dont les problèmes écologiques et la propagation des maladies s’influencent et se déterminent mutuellement.

Title: The last men. Fictions of survival after the climate disaster.

Abstract:

By approaching the environmental debate through the literary field, the genre of climate fiction invites us to become aware of the urgency of the moment, by not only portraying the disastrous consequences that climate change can bring but also by providing opportunities to rethink our social infrastructure to avert the environmental disaster. Despite the studies conducted in the field of eco-fictions, the role of diseases and pandemics has not received enough attention, and questions of whether, and how, the “last men and women” interact with each other and with non-humans have still to be fully researched. This thesis is aimed at exploring an Anglophone corpus of contemporary works, which will be analysed in comparison to the pioneering work by Mary Shelley, The Last Man (1826). These novels are: Where Late the Sweet Birds Sang (1976) by Kate Wilhelm, The Ice People (1998) by Maggie Gee, Always Coming Home (1985) by Ursula Le Guin, Parable of the Sower (1993) and Parable of the Talents (1998) by Octavia Butler, the MaddAddam trilogy (2003-2013) by Margaret Atwood, and The Swan Book (2013) by Alexis Wright. Drawing on narrative theory, ecocritical and ecofeminist studies, as well as anthropological and sociological theory, the study investigates firstly the narrated time of the stories, secondly, the communities or societies that the last human beings create, and thirdly, the environment they live in, and they interact with, as well as the diseases caused by their approach to the natural world. The results may show that an alternative or queer determinism relates the three aspects: 1) the nonlinearity of the narrated time, 2) the way in which the communities, including human and non-human beings, evolve from hierarchical to horizontal systems, 3) how the ecological problems and the propagation of diseases influence and determine each other.

Sujet de thèse de Namadia Djariétou, sous la direction de Bénédicte Meillon et Jonathan Pollock : « L’imaginaire de la fin du monde dans la fiction occidentale et africaine contemporaine »,

Résumé du projet de thèse :

Cette thèse porte sur la question environnementale abordée dans une perspective apocalyptique. Elle s’intéresse à la fiction de la fin du monde offrant au lecteur le désenchantement de la relation de l’homme avec le monde naturel et l’invite à l’éveil d’une conscience écologique. Cet imaginaire de la fin du monde naît en réaction à l’impasse écologique caractérisant la contemporanéité actuelle. La mobilisation des fictions occidentales et africaines contemporaines, appartenant aux aires géographiques, linguistiques et culturelles différentes, ont vocation à renchérir la lecture existante de la fiction apocalyptique, telle qu’elle est questionnée par les études occidentales. Il s’agit d’interroger l’imaginaire de la fin du monde hors du territoire occidental afin de s’apercevoir des mécanismes mis en œuvre par les Africains pour écrire la fin du monde. La pertinence de cette étude comparative entre ces deux imaginaires de la fin du monde réside dans le fait qu’ils se nourrissent de richesses culturelles différentes. Chaque imaginaire poétise la fin du monde selon ses particularités culturelles et régionales. L’implication de la fiction apocalyptique africaine dans le débat écologique est d’aboutir à une ouverture de la fiction apocalyptique de la fin du monde condensant et harmonisant les acquis produits par les deux imaginaires. Il n’est plus question de penser la résolution écologique en se limitant à la vision occidentale, mais d’intégrer le point de vue africain, dans la mesure où la menace écologique concerne tous les espaces sans distinction aucune.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search