Colloque international annuel de la Société Française d’Études Victoriennes et Édouardiennes (SFEVE) “Hitting the Road ! Expériences et Récits de voyageurs à l’époque victorienne et édouardienne”

Université de Tours, France (2-3 février 2023) 

Appel disponible sur le site de la SFEVE: notre site.

La date limite de soumission à été reculée au 15 septembre.

Dans son dernier ouvrage, Prendre la route. Une philosophie de la conduite (2021), Matthew Crawford fait le constat  que « l’histoire technologique, économique et sociale de l’automobile débouche aujourd’hui sur une disjonction de plus en plus grande entre l’être humain et ses prothèses mécaniques » ; d’après lui, les technologies modernes réduisent la latitude de l’individu à prendre des décisions réfléchies et à accomplir certaines actions que l’on effectue au cours d’un déplacement, d’une mobilité, alors même qu’elles seraient enrichissantes. Ce rapport ambivalent de l’être humain au véhicule qui lui permet à la fois de s’affranchir des distances tout en le privant d’une partie de son expérience sensible n’est ni nouveau, ni propre à notre siècle et se retrouve à chaque période où l’accélération technologique génère de nouvelles expériences de voyages.

En Grande-Bretagne, le XIXe siècle est ainsi une période très marquée par la conscience accrue des possibilités offertes par la liberté de circuler et de se déplacer. Une pluralité de facteurs encourage au départ et favorise la réalisation de voyages : la hausse du niveau de vie, les nouveaux usages du temps libre, le développement des échanges et des communications, et une meilleure diffusion de l’information. Les Britanniques prennent conscience de l’existence d’un espace encore largement méconnu et inexploré, recelant de nombreuses ressources, que ce soit à l’échelle de leur région, de leur pays, du monde, ce qui les incite à se déplacer, à voyager et à découvrir d’autres lieux et d’autres cultures. A l’instar de la Reine Victoria, qui, attirée par les paysages et la culture des Hautes Terres décrits par Walter Scott, se rend pour la première fois en Ecosse en 1842 puis multiplie les séjours à l’étranger, nombre d’auteurs s’empressent de relater leurs explorations du continent européen mais aussi de l’Afrique, de l’Amérique, de l’Inde, l’Asie, l’Antarctique. Parmi ces « écrivains voyageurs », certains sont connus (Dickens, Robert Scott, Albert Smith), d’autres méritent de l’être.

Ainsi, pour le prochain colloque annuel de la Société Française d’Études Victoriennes et Édouardiennes (SFEVE) qui se tiendra à l’Université de Tours les 2 et 3 février 2023, nous proposons d’explorer les multiples facettes de l’expérience du voyage à travers les récits autobiographiques des voyageurs britanniques ayant parcouru le monde tout au long du dix-neuvième siècle.

Afin de réfléchir à cette question du récit de voyage, les propositions de communications, tout en tenant compte des dernières études consacrées aux écritures du voyage, s’appuieront exclusivement sur des biographies, des récits et des productions de voyageurs célèbres ou moins connus aujourd’hui (explorateurs, scientifiques, missionnaires, marchands, diplomates, ingénieurs, écrivains, artistes, philanthropes…) permettront d’analyser les expériences individuelles du voyage.  Les communications proposées pourront s’articuler autour des trois axes suivants :

*Les nouvelles définitions du voyage à l’époque victorienne et édouardienne : la notion de voyage étant intimement liée à la vie de chaque individu et sa perception du monde qui l’entoure, il y a alors plusieurs formes de voyage. Il convient alors de rechercher les caractéristiques essentielles du voyage, vécu ou imaginé, propres à notre période. Ainsi, s’agissant des destinations et lieux de voyage : comment le voyage fut-il suscité ? comment et pourquoi un endroit devint-il une destination de voyage ?

*L’expérience du voyage et son influence sur la création littéraire, artistique et scientifique : Quelle peut être la puissance du voyage sur l’individu ? Comment l’évaluer en analysant ses différentes représentations littéraires, linguistiques et artistiques, Quelles en sont les influences psychiques, culturelles, sociales, politiques, scientifiques et identitaires ?

Ainsi, comme le suggère Matthew Crawford, l’écriture du voyage dépendrait aussi de la manière de voyager, en choisissant, ou pas, de recourir à la machine. Il faudra aussi s’interroger sur la perception qu’a le voyageur des rapports et des tensions entre sa propre identité et une identité collective, à l’échelle locale et nationale, et également avec la culture du lieu visité.

*La place et le rôle du voyage dans l’histoire sociale victorienne et édouardienne : dans quelle mesure les écrits et documents de la période étudiée montrent-ils que le voyage devint une possibilité et même une réalité pour beaucoup de Britanniques à cette période ?

Comment le voyage fut-il matériellement réalisé ? Quelles furent les nouvelles pratiques et formes de sociabilité liées à l’espace partagé en voyage ? Comment le voyage aida-t-il à forger les identités nationales au XIXe siècle, par l’expérience de plus en plus aisée du déplacement dans un espace local, régional, national et mondial ?

Modalités de soumission :

Les propositions de communication (format 20 minutes de présentation), rédigées en anglais ou en français (entre 300 et 500 mots) accompagnées d’une courte notice biographique, sont à adresser à l’organisateur du colloque : tri.tran@univ-tours.fr

La date limite de soumission est le 15 septembre 2022 et la confirmation de participation sera envoyée avant la fin du mois de septembre.

Toutes les informations portant sur le colloque seront à retrouver sur le site de la Société Française d’Études Victoriennes et Édouardiennes (SFEVE) [ https://sfeve.hypotheses.org/ ] et sur la plateforme « sciencesconf.org ».

Comité d’organisation:

Tri Tran, ICD (EA 6297), Université de Tours

avec le secrétariat du laboratoire ICD (Mmes Dias et Cochet-Peymirat)

Comité scientifique:

Philippe Chassaigne (PR Bordeaux-Montaigne), Neil Davie (PR Lyon II), Laurence Roussillon-Constanty (PR Pau), Fabienne Moine (PR UPEC), Christine Reynier (PR Montpellier III), Nathalie Vanfasse (PR Aix-Marseille Université), Tri Tran (MCF HDR Tours), Adrian Wisnicki (Associate PR, Lincoln, Nebraska).

Call for papers:

Annual International Conference of the French Society for Victorian and Edwardian Studies (SFEVE) 

Hitting the Road! Travel Experiences and Narratives of the Victorian and Edwardian Era

University of Tours, France (2-3 February 2023)

In his latest book, Why We Drive: Toward a Philosophy of the Open Road (2020), Matthew Crawford observes about the current direction in automotive design that “what we have currently is a dysfunctional hybrid of human control that makes little use of the exquisite connections between mind and body, plus a crude interface of symbols”; in other words, modern technologies reduce man’s freedom to make considered decisions and to undertake certain actions that one usually performs when travelling, even though they would be rewarding. This ambivalent relationship between the human being and the vehicle, which allows him to free himself from long distances while depriving him of a part of his sensitive experience, is neither new nor specific to our century and can be found in every period when technological acceleration generated new travel experiences.

In Britain, the 19th century was a period marked by an increased awareness of the possibilities offered by the freedom to travel and to move around. A number of factors encouraged people to set off on their travels: the rise in living standards, new uses of free time, the development of trade and communications, and better circulation of information. British people became aware of the existence of a largely unknown and unexplored space, with many resources, whether on the scale of their region, their country or the world, which encouraged them to move, to travel and to discover other places and other cultures. Following the example of Queen Victoria, who, attracted by the landscapes and culture of the Scottish Highlands described by Walter Scott, went there for the first time in 1842 and then multiplied her travel experiences abroad, many authors  undertook to relate their explorations of continental Europe but also of Africa, America, India, Asia and Antarctica. Some of these ‘travel writers’ are well known (Dickens, Robert Scott, Albert Smith), others deserve to be.

Thus, for the 2023 French Society for Victorian and Edwardian Studies conference, which will be held at the University of Tours on 2 and 3 February 2023, we propose to explore the multiple aspects of travel experience through the autobiographical accounts of British people who travelled the world throughout the nineteenth century.

In order to reflect on the subject of the travel narrative, contributors’ papers, while  taking into consideration the latest studies devoted to travel writing, will be based exclusively on biographies, accounts and productions of famous or lesser known travellers (e.g. explorers, scientists, missionaries, merchants, diplomats, engineers, writers, artists, philanthropists…) thus allowing analyses of individual experiences of travel.  The proposed papers should be structured around the following three axes:

*New definitions of travel in the Victorian and Edwardian period: as the notion of travel is intimately linked to each individual’s life and perception of the world, there are several forms of travel. It is therefore appropriate to look for the essential characteristics of travel, whether experienced or imagined, specific to our period. Thus, with regard to travel destinations and places, how was travel brought about? why and how did a place become a travel destination?

*The experience of travel and its influence on literary, artistic and scientific creation: How powerful a stimulus was travel for an individual? How can this effect be evaluated by analysing its various literary, linguistic and artistic representations? What are its psychic, cultural, social, political, scientific and identity-related influences?

Thus, as Matthew Crawford suggests, the writing of a journey would also depend on the way of travelling, by choosing, or not, to resort to the machine. It will also be necessary to question the traveller’s perception of the relationships and tensions between his or her own identity and a collective identity, on a local and national scale, and also with the culture of the place visited.

*The place and role of travel in Victorian and Edwardian social history: to what extent do the writings and ordinary people of the period show that travel became a possibility and even a reality for many ? What were the material constraints to travel that people had to cope with? What were the new practices and forms of sociability associated with the space shared by travellers during their journey? How did travel help forge national identities in the nineteenth century, through the increased experiences of mobility in a local, regional, national and global space?

Each proposal (for a 20-minute presentation), written in English or French (between 300 and 500 words) accompanied by a short biographical note, should be sent to the conference organiser: tri.tran@univ-tours.fr

The deadline for submission is 15 September 2022 and confirmation of participation will be sent before the end of September.

Further information about the conference will be available on the website of the French Society for Victorian and Edwardian Studies (SFEVE) [ https://sfeve.hypotheses.org/ ]

* Organising committee:

Tri Tran, ICD (EA 6297), Tours, with ICD’s research secretaries (Norberta Dias & Isabelle Cochet-Peymirat)

Scientific committee:

Philippe Chassaigne (PR Bordeaux-Montaigne), Neil Davie (PR Lyon II), Laurence Roussillon-Constanty (PR Pau), Fabienne Moine (PR UPEC), Christine Reynier (PR Montpellier III), Nathalie Vanfasse (PR Aix-Marseille Université), Tri Tran (MCF HDR Tours), Adrian Wisnicki (Associate PR, Lincoln, Nebraska).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search